"Sterling ? Je ne pense pas qu'il ait des os dans son corps, c'est comme s'il était fait d'acier. Il a un physique incroyable pour un jeune joueur. " C'est ce qu'a déclaré BrendanRodgers, le manager de Liverpool, après la plantureuse victoire des siens dans le match contre l'ennemi juré d'Everton, le 28 janvier dernier.
...

"Sterling ? Je ne pense pas qu'il ait des os dans son corps, c'est comme s'il était fait d'acier. Il a un physique incroyable pour un jeune joueur. " C'est ce qu'a déclaré BrendanRodgers, le manager de Liverpool, après la plantureuse victoire des siens dans le match contre l'ennemi juré d'Everton, le 28 janvier dernier. Des arguments qui ont permis au jeune attaquant d'être sélectionné une nouvelle fois avec l'équipe nationale d'Angleterre pour le match amical contre le Danemark, le 5 mars dernier. Et pourtant, ce petit prodige a bien failli préférer BobMarley à SaGracieuseMajesté. Car né en Jamaïque, sa mère, Nadine, aurait aimé qu'il opte plutôt pour l'île dont il est originaire plutôt que pour celle qu'il a rejointe, à l'âge de cinq ans, en compagnie de ses trois frères et soeurs. Arrivé au Royaume-Uni, dans la banlieue de Londres, Raheem fréquente d'abord l'école secondaire de Copland. Mais il y rencontre quelques soucis, puisqu'il doit rejoindre ensuite un établissement spécial pour enfants à problèmes. Dans le même temps, il effectue ses premiers sprints dans le centre de formation des Queens Park Rangers. Il a alors dix ans. En février 2010, RafaBénitez, encore à Liverpool à l'époque, fait un pied de nez à toute l'Angleterre du football en réussissant à arracher ce jeune talent. Celui-ci est transféré pour seulement 600.000£ (environ 720.000 €). Mais à cette somme s'ajoutent plusieurs primes à la prestation pour atteindre un montant maximum de 5 millions £ (un peu moins de 6 millions €). En équipes d'âge, son coach, RodolfoBorell, ancien entraîneur des jeunes de Barcelone, actuellement actif à City, ne tarit pas d'éloges sur lui : " Je suis content de la contribution de Raheem. Il est rapide, a de la technique mais il est jeune. Il a encore un long chemin à parcourir. " Les débuts en Premier League de cet ailier impétueux sont à l'image de sa jeune carrière : précoces. Le 24 mars 2012, dans un match contre Wigan il devient, à 17 ans et 106 jours, le second joueur le plus jeune à jouer pour Liverpool, devançant de 37 jours un certain MichaelOwen. Le 20 octobre 2012, à la 29e minute d'un match contre Reading, contre-attaque de Liverpool, passe en profondeur de Suárez et premier goal de Sterling en Premier League. Mais là encore, il est second dans l'histoire des Reds derrière... Michael Owen. La suite est aussi fulgurante que son accélération puisqu'il s'installe comme une des seules certitudes de l'équipe en attaque, aux côtés de Luis Suárez. Pour sa première saison, le jeune Liverpudlian marque deux buts et délivre cinq passes décisives. Si le joueur est talentueux, il est aussi réputé pour être parfois peu assidu. Pendant une tournée d'avant-saison aux États-Unis, en 2012-2013, Brendan Rodgers menace même de le renvoyer par le premier avion s'il n'améliore pas son attitude. Explosif sur le terrain, Sterling peut l'être aussi en dehors. En 2013, par exemple, il est accusé de violence par sa petite amie et est innocenté mais c'est déjà la seconde affaire du genre à laquelle il doit faire face. Très tôt, on compare le jeune Sterling avec un autre surdoué du football anglais : ThéoWalcott. Mais s'il a hérité de son explosivité, il ne partage heureusement pas la même qualité de genoux que son compatriote dont la blessure pourrait d'ailleurs lui profiter en vue de la Coupe du Monde. Car l'équipe aux Three Lions, il connaît déjà. Le 14 novembre 2012, il fait ses premiers pas avec elle en match amical contre la Suède. Après cette première cap, il doit attendre plus d'un an et demi pour être de nouveau repris pour le match amical contre le Danemark. Est-ce de bon augure pour une place au Brésil ? La concurrence promet d'être rude avec NathanRedmond (Norwich City), AdamJohnson (Sunderland) et AndrosTownsend (Tottenham). On règle ça sur un 100m ? Par Olivier Eggermont - photo: belgaimage