Embauché l'été dernier, Josep Guardiola a insufflé un élan nouveau au club catalan. Guardiola, un enfant du cru, a la bride sur le cou. Il a pu refaire de Barcelone une formation avide de succès, qui allie résultats et spectacle. Les anciens meneurs, Ronaldinho et Deco, ont pu chercher leur bonheur, ailleurs tandis que Dani Alves, Seydou Keita, de Séville et Alexander Hleb d'Arsenal complétaient l'équipe. Agé de 38 ans, Guardiola n'en est qu'à sa première saison au poste d'entraîneur principal mais il semble déjà maîtriser parfaitement son nouvel emploi. Il a tempéré les égos, affiné le système de jeu et ramené le spectacle au Camp Nou. Le Barça se rapproche de son 19e titre et est à 90 minutes d'une finale européenne. Barcelone opère à nouveau son £uvre de séduction mondiale.
...

Embauché l'été dernier, Josep Guardiola a insufflé un élan nouveau au club catalan. Guardiola, un enfant du cru, a la bride sur le cou. Il a pu refaire de Barcelone une formation avide de succès, qui allie résultats et spectacle. Les anciens meneurs, Ronaldinho et Deco, ont pu chercher leur bonheur, ailleurs tandis que Dani Alves, Seydou Keita, de Séville et Alexander Hleb d'Arsenal complétaient l'équipe. Agé de 38 ans, Guardiola n'en est qu'à sa première saison au poste d'entraîneur principal mais il semble déjà maîtriser parfaitement son nouvel emploi. Il a tempéré les égos, affiné le système de jeu et ramené le spectacle au Camp Nou. Le Barça se rapproche de son 19e titre et est à 90 minutes d'une finale européenne. Barcelone opère à nouveau son £uvre de séduction mondiale. Les Néerlandais Tonny Bruins Slot, bras droit de Johan Cruijff à Barcelone de 1988 à 1996 et sans emploi depuis qu'il a quitté Valence l'année dernière, et Henk ten Cate, ex-assistant de Frank Rijkaard à Barcelone, actuel entraîneur du Panathinaikos, analysent le phénomène catalan. Tonny Bruins Slot : " Le succès de Guardiola ne me surprend pas. Les atouts des gens ressortent très vite et il était déjà doué durant sa carrière de joueur. Je n'oublierai jamais le jour où Cruijff et moi l'avons vu jouer pour la première fois. Nous avions déjà Luis Milla au milieu défensif (aujourd'hui sélectionneur des -19 ans espagnols) mais il refusait de prolonger son contrat, sous l'influence de son manager. Nous avons demandé à mon collègue adjoint Charly Rexach si les équipes d'âge ne recelaient pas un bon médian. Charly n'a pas dû réfléchir une seconde : -Pep Guardiola. Nous l'avions visionné et avions découvert un gamin tout maigre qui distribuait le jeu. Johan n'avait pas besoin d'en savoir davantage. Il l'a adjoint au noyau A. En l'espace de six mois, Guardiola avait gagné ses galons de titulaire. Il développait exactement le football que nous souhaitions à ce poste : il osait effectuer des passes rapides, il cherchait toujours le joueur le plus en profondeur et il sautait ainsi une ou deux stations dans la construction du jeu. Nous pouvions ainsi appliquer le rythme voulu. Guardiola est intelligent et cela se reflétait déjà dans son jeu. L'année dernière, quand la direction a cherché un successeur à Rijkaard, Johan lui a conseillé Pep. Détail amusant, ils se ressemblent très fort, comme entraîneurs. Leur vision du football est identique et comme Johan, Pep est au milieu des joueurs. Il participe aux petits matches d'entraînement, comme Johan. Ils restent en contact officieux. Lorsqu'ils se croisent, Johan dit à Pep ce qu'il pense de son jeu et ce qu'il ferait différemment, à sa place. Ces courts entretiens font grand bien à Pep. A tous les détails, on remarque que Guardiola a été formé par Johan. L'enseignement de celui-ci constitue sa base de travail. Il y ajoute évidemment ses propres idées. "Henk ten Cate : " Il suffit d'observer le jeu pour remarquer les similitudes entre Cruijff et Guardiola. Le Barça actuel ressemble beaucoup plus au Barcelone de Cruijff qu'à celui de Rijkaard. Cruijff appliquait déjà cette circulation haute du ballon, cette pression rapide, il groupait beaucoup de monde devant le ballon. Sous notre direction, Barcelone était également offensif mais son football était nettement moins collectif que maintenant. Le Barcelone actuel forme une équipe soudée. Chacun participe réellement au jeu pendant 90 minutes. De ce point de vue, la manière dont des footballeurs individualistes comme Thierry Henry et Samuel Eto'o jouent en fonction de l'équipe m'épate. Leur mutation est l'£uvre de Guardiola. Sous sa direction, Henry et Eto'o ont compris que Lionel Messi était la plus grande étoile de Barcelone. Parvenir à faire jouer des footballeurs aussi doués au service de la grande vedette du club relève de l'art. " Bruins Slot : " Freiner Messi est presque impossible. Beaucoup de footballeurs donnent l'impression que le ballon leur colle aux pieds mais Messi use en plus de courts mouvements. Soyez attentifs : Messi n'effectue pas de pas complets. Il les interrompt aux trois quarts. Il est donc plus rapide sur le ballon que son adversaire. Quand un défenseur pense pouvoir intervenir, Messi a déjà envoyé le ballon de l'autre côté. Il effectue littéralement un mouvement dans le mouvement. C'est ce qui le rend unique. " Ten Cate : " Messi combine une touche de balle parfaite à une énorme mobilité et à son explosivité. Souvent, dans le premier mètre, il change déjà deux fois de position. Il rend fous les défenseurs. En plus, il effectue ses actions aux environs du rectangle. Il suscite donc le danger dès qu'il entre en possession du ballon. Aucun autre joueur n'égale Messi actuellement. " Bruins Slot : " Le médian défensif remplit généralement un rôle crucial dans les équipes offensives. Yaya Touré accomplit brillamment sa mission. Grâce à lui, Xavi et Iniesta peuvent soutenir l'attaque dès qu'ils sont en possession du ballon. En plus, Touré tient compte des défenseurs centraux, au cas où ils voudraient monter. On leur barre la route quand on procède avec deux médians défensifs. Ce n'est donc pas une bonne formule quand on veut être dominant. Touré est seul à ce poste et conserve son équilibre et sa dynamique à l'équipe. Mentalement, Carles Puyol est la force tranquille des Catalans. Il jouit d'un grand respect au sein du noyau et rayonne de la puissance du vrai Catalan dans toutes ses entreprises. " Ten Cate : " Xavi est le joueur le plus important de Barcelone. Il l'était déjà quand j'étais entraîneur. On sous-estime souvent ce genre de joueurs car on les remarque moins que ceux qui passent une demi-équipe en solo mais la vista et les passes de Xavi sont cruciales dans l'entrejeu. Lors de notre premier titre national, j'ai d'ailleurs souligné l'apport de Xavi et de Rafael Márquez. Ils ont des traits qui permettent aux individualistes d'exceller. Le processus a été long mais je remarque que Xavi obtient enfin la considération qu'il mérite. " Bruins Slot : " Chelsea développe le type de football qui fait peiner Barcelone. Il laisse très peu d'espaces et sa transition est rapide. Guus Hiddink a l'art de déceler les points faibles dont son équipe peut tirer profit. Il est très rusé. La manière dont il a préparé tactiquement la Russie pour son match de quarts de finale contre les Pays-Bas, à l'EURO, est la marque des grands entraîneurs. A mes yeux, Hiddink est un des rares entraîneurs capables de démanteler Barcelone. Celui-ci ne cède pas de brèches derrière la ligne d'attaque. En perte de balle, les cinq premiers joueurs exercent une pression immédiate sur le ballon afin de le récupérer le plus vite possible. Même Thierry Henry s'y met. Pour un joueur élégant, il a déjà beaucoup travaillé cette saison. C'était moins fréquent l'année dernière. L'adversaire du Barça peut essayer de faire plus jouer l'entrejeu vers l'avant, mais la défense de Barcelone est sa moins bonne ligne. Elle est fragile quand on ose la placer sous pression... " Ten Cate : " Le système appliqué par les Catalans est difficile à analyser et à contrer. Parfois, ils jouent sans véritable centre-avant. La zone reste libre et les attaquants s'y engouffrent à tour de rôle. Guardiola s'est peut-être inspiré du style de jeu de Cruijff. Il se laissait souvent retomber, ce qui plaçait les défenseurs adverses devant un dilemme : fallait-il le suivre ou le laisser filer ? Les adversaires actuels du Barça affichent la même incertitude. Or, dès que la machine est lancée, plus rien ne peut l'arrêter. " Bruins Slot : " Barcelone pratique le football comme il doit l'être : très pur, selon les principes de base. Cela ne changera guère à l'avenir. Autre fait important : outre l'entraîneur de nombreux Catalans sont titulaires (Xavi, Puyol, Iniesta et Valdés). Le public est critique mais accorde beaucoup de crédit à cette équipe. En observant la partie strictement footballistique, je trouve que la dernière ligne est perfectible. Dani Alves est un achat parfait, il est excellent à l'arrière droit. Puyol joue à l'arrière gauche mais sa place est au c£ur de la défense. Des purs arrières, il est le seul de niveau international. Gerard Piqué est issu de l'école des jeunes du club. Il a ensuite mûri à Saragosse et à Manchester United mais son développement n'est pas achevé. La défense a donc besoin de qualité et d'expérience, surtout à l'arrière gauche et à gauche de l'axe. Parfois, aussi, le gardien plonge trop vite. Victor Valdés jouit depuis des années de la confiance du club mais il n'atteint pas le niveau d' IkerCasillas ou de PepeReina. Barcelone devrait avoir le meilleur joueur disponible à chaque poste, pour répondre à la qualité et aux ambitions du club. " Ten Cate : " Je ne m'étendrai pas sur la gestion des transferts de Barcelone mais s'il se renforce, il songera d'abord à la défense. L'axe et l'arrière gauche sont perfectibles. Sinon, l'équipe est bien équilibrée. Cette saison, j'ai vu à peu près tous ses matches à la télévision et c'est généralement un régal. On va rapidement comparer cette phalange au Dream Team de Cruijff. J'ai du mal à comparer des équipes mais à Barcelone, on adore ce petit jeu. Quand j'y travaillais, c'était déjà le cas. Les journaux nous ont baptisé le Dream Team II, mais selon moi, une équipe ne mérite ce compliment que quand elle joint le beau football aux résultats. L'équipe actuelle développe souvent un football de rêve, elle répond déjà à un critère. Si elle remporte aussi le titre ou la Ligue des Champions, voire les deux, peut-être pourrons-nous parler de Dream Team III. " par simon zwartkruis (vi)