Lorsqu'il a pris la place de Javier Clemente, début novembre, Luis Fernandez s'est déclaré heureux d'avoir été enrôlé par un club centenaire. Le Français a passé sous silence le fait que si ce club a une histoire, il vit tout de même une mauvaise période. L'Espanyol était dernier au classement et, depuis son arrivée, l'ex-entraîneur du Paris SG n'est pas parvenu à donner une impulsion à son équipe. Fernandez espérait que le derby de samedi dernier contre un Barça pas très fringant allait servir de détonateur avant un autr...

Lorsqu'il a pris la place de Javier Clemente, début novembre, Luis Fernandez s'est déclaré heureux d'avoir été enrôlé par un club centenaire. Le Français a passé sous silence le fait que si ce club a une histoire, il vit tout de même une mauvaise période. L'Espanyol était dernier au classement et, depuis son arrivée, l'ex-entraîneur du Paris SG n'est pas parvenu à donner une impulsion à son équipe. Fernandez espérait que le derby de samedi dernier contre un Barça pas très fringant allait servir de détonateur avant un autre rendez-vous difficile à La Corogne. Il n'en a rien été. Pour expliquer les mauvais résultats de leur équipe, les dirigeants ont largement critiqué l'arbitrage. Une situation arrangeant bien l'entraîneur qui, en France, a connu beaucoup de problèmes avec les hommes en noir. Mais si les dirigeants ont tapé sur la table pour protester, c'est aussi pour détourner l'attention. En insistant sur certaines décisions arbitrales défavorables, ils ont mis un léger frein aux virulentes critiques à l'égard du noyau. Fernandez a beau se garder de charger son prédécesseur en prétendant que " les joueurs qui sont là ne le sont pas par hasard, s'ils sont là, c'est qu'ils ont le niveau ", les observateurs insistent sur le fait que le groupe a été mal conçu et que les mauvais résultats aidant, les joueurs ont perdu une partie de leur confiance au niveau du jeu. Tout cela a obligé le président, Daniel Sanchez Libre, à annoncer que des renforts vont arriver. Il a même déclaré, en début de semaine dernière, qu'il était prêt à signer un chèque de deux millions d'euros pour six mois à Rivaldo et que l'annonce officielle serait faite dans les 48 heures. Manifestement, l'accord n'était pas aussi proche. S'il vient, Fernandez devra réfléchir pour bien monter une équipe autour de lui car avec De LaPena, il aurait deux meneurs à sa disposition. Mais il est fort probable que l'entraîneur français préférerait voir débarquer des garçons dénichés dans les autres grands championnats, où il y a des effectifs imposants et de bons éléments qui peuvent être prêtés. VALENCE s'est facilement qualifié pour le troisième tour de la Coupe de l'UEFA en battant l'Haifa Maccabi (4-0) lors du match retour organisé sur terrain neutre à Rotterdam. Les Espagnols se sont ainsi rachetés de leur pénible 0-0 enregistré voici un mois à domicile. RECORD DE CARTONS ROUGES : le derby barcelonais restera dans les annales pour avoir battu le record du nombre d'exclusions décrétées au cours d'une rencontre de la Liga. Six joueurs ( De la Pena, Soldevilla et Lopo pour l'Espanyol ; Marquez, Quaresma et Cocu pour le Barça) ont été renvoyés au vestiaire avant la fin de la rencontre. BUTEURS : 1. Ronaldo (Real) 13 buts ; 2. Torres (Atletico), Salva (Malaga) 9 ; 4. Mista (Valence), Eto'o (Majorque) 8.(N. Ribaudo)