A quelques heures de la fin du mercato, le championnat de Belgique conserve toujours ses plus beaux joyaux. Alors que l'on pensait que les résultats du Standard sur la scène européenne ou que la volonté anderlechtoise de tourner la page allaient aboutir à un exode des Milan Jovanovic, Steven Defour, Dieumerci Mbokani, Mbark Boussoufa et Jan Polak dans des championnats huppés, il n'en fut rien. Même le diamant costaricain, ...

A quelques heures de la fin du mercato, le championnat de Belgique conserve toujours ses plus beaux joyaux. Alors que l'on pensait que les résultats du Standard sur la scène européenne ou que la volonté anderlechtoise de tourner la page allaient aboutir à un exode des Milan Jovanovic, Steven Defour, Dieumerci Mbokani, Mbark Boussoufa et Jan Polak dans des championnats huppés, il n'en fut rien. Même le diamant costaricain, Bryan Ruiz a dû se contenter d'un départ à Twente, aux Pays-Bas. Quant à Lucas Biglia, arrivé à Anderlecht avec un statut de capitaine des - 20 ans argentins et à qui on prédisait une belle carrière post Anderlecht, il est toujours là, trois ans plus tard. " C'est vrai que le championnat belge ne fait plus partie de nos priorités. Ou alors il faut qu'on ait la puce à l'oreille, grâce à l'un ou l'autre bon résultat ", explique Gilles Grimandi, scout pour Arsenal. " Il y a un an, la Belgique était très tendance ", ajoute Alain Pasqualou, scout au Mans. " Il y avait eu les Jeux Olympiques et certains se demandaient ce qu'il y avait derrière cette génération. Tout jeune belge de -22 ans devenait intéressant. Aujourd'hui, le buzz est retombé. Il y a un an, Le Mans ne pouvait plus aller faire son marché en Belgique, tant la concurrence était vive. Aujourd'hui, on peut y retourner. " " Il y a deux raisons : la crise qui ne touche pas que le football belge et la faiblesse du championnat ", explique le manager de Sébastien Pocognoli et de Sinan Bolat, Kismet Eris. " Les grands clubs ont acheté beaucoup mais c'est un peu l'arbre qui cache la forêt. Aujourd'hui, tous les clubs attendent de vendre avant d'acheter. Quant au niveau du championnat, il ne permet pas de réaliser une plus value. C'est bien simple, en Belgique, il n'y a que le Standard qui peut faire la différence. Leurs performances sur la scène européenne ont attiré du monde. Mais c'est clair qu'à côté de cela, personne ne va voir un Zulte Waregem-Courtrai. " Les raclées de Gand contre Rome (1-7) et d'Anderlecht à Lyon (5-1) ne plaident pas non plus en faveur du championnat belge. " Quand vous êtes l'AS Rome et que vous voyez les résultats, vous n'êtes pas tenté d'acheter ni de suivre ces équipes-là ", ajoute Eris. Reste le départ d' Oguchi Onyewu à l'AC Milan... sur base de la Coupe des Confédérations avant tout, selon Eris : " Cette compétition est d'un niveau plus élevé qu'un match à Dender. Là, on a pu juger le joueur dans une situation différente, qui se rapproche davantage du niveau d'un championnat italien, anglais ou espagnol. " par stéphane vande velde"Il y a un an, après les JO, la Belgique était très tendance (un scout d'Arsenal)"