Cela faisait 26 ans que l'ASSE attendait cela. : retrouver l'Europe. Il a fallu passer par 26 années de galère, marquées par la caisse noire, une première relégation en 1984 (deux autres suivront), une succession d'entraîneurs et de présidents et une politique sportive peu cohérente. En 2004, Frédéric Antonetti, l'entraîneur actuel de Nice, faisait remonter les Verts. Elie Baup offrait une place en Intertoto en 2005 et le duo de président Bernard Caïazzo- Roland Romeyer s'attelait à construire une équipe ambitieuse.
...

Cela faisait 26 ans que l'ASSE attendait cela. : retrouver l'Europe. Il a fallu passer par 26 années de galère, marquées par la caisse noire, une première relégation en 1984 (deux autres suivront), une succession d'entraîneurs et de présidents et une politique sportive peu cohérente. En 2004, Frédéric Antonetti, l'entraîneur actuel de Nice, faisait remonter les Verts. Elie Baup offrait une place en Intertoto en 2005 et le duo de président Bernard Caïazzo- Roland Romeyer s'attelait à construire une équipe ambitieuse. Si ce retour en UEFA fut gagnant (victoire 1-2 à l'Hapoël Tel Aviv), il n'a pas non plus focalisé l'attention. Pour expliquer le peu d'engouement, le président Caïazzo a reconnu que " l'affiche n'était pas énorme et que le club se situait dans une période difficile avec des matches tous les trois jours ". " On était impatients que ce match arrive car l'Europe ceci, l'Europe cela, depuis des semaines, cela faisait beaucoup ", ajoutait le médian Geoffrey Dernis. " Et on a peut-être oublié de se concentrer sur les autres rencontres. Il faut retrouver l'allant de la saison dernière. On manque de confiance ". Car en championnat, Saint-Etienne doit encore trouver ses marques. L'entraîneur Laurent Roussey cherche encore son système de jeu passant du 4-1-4-1 au 4-4-2, via le 4-2-3-1. Les attaquants se snobent, comme en témoigne, contre Caen, le regard noir porté par Ilan sur Bafetimbi Gomis devant l'individualisme forcené de l'international français. Il faut dire que l'augmentation de salaire accordée cet été à Gomis a été très mal vécue par le vestiaire. Et puis, il y a l'affaire Luc Sonor, du nom de l'ancien défenseur de Monaco, choisi comme adjoint cet été. Ce qui a d'ailleurs déjà fait bondir l'ancien joueur des Verts et consultant, Jean-Michel Larquéqui, sur les ondes de RMC, a déclaré : " Ce n'est pas avec Sonor, qui est une pipe, que le staff technique va progresser mais pour être tranquille (...), Laurent Roussey a bluffé les deux présidents qui sont tombés dans le piège, et il a pris un adjoint qui, lorsqu'il était footballeur n'était pas une flèche, et qui par la suite a prouvé qu'il était encore moins compétent ". COUPE UEFA : Carton plein des clubs français. Quatre victoires dont deux à l'extérieur (le PSG à Kayserispor et Saint-Etienne à l'Hapoël Tel Aviv) et deux à domicile (Rennes contre Twente et Nancy contre Motherwell). HATEM BEN ARFA, le médian de Marseille, a du mal à s'imposer dans son nouveau club. A cause de petites blessures mais aussi de son caractère. Selon RMC, il s'est engueulé avec son coéquipier Modeste Mbami quelques instants avant Liverpool. CRIS, le défenseur de Lyon, titulaire indiscutable depuis quelques années, supporte mal les critiques qui font état de sa méforme actuelle et qui prônent la titularisation de Jean-Alain Boumsong aux côtés de Mathieu Bodmer de plus en plus aligné en défense centrale. JOHN MENSAH, le défenseur ghanéen de Lyon, a été arrêté sèchement par la police lors d'un contrôle routier. En effet, le Ghanéen qui parle peu français, n'obtempérait pas aux ordres des policiers. KEVIN MIRALLAS (Saint-Etienne) est out pour trois semaines. Il souffre de la cuisse droite (claquage). Il n'a toujours pas disputé un match avec sa nouvelle équipe. EDEN HAZARD, le médian belge de Lille, rentré à la 73e minute contre Auxerre, a inscrit le but de l'égalisation à la 89e minute avant que son coéquipier, Tulio De Melo, ne donne la victoire à Lille dans les arrêts de jeu. Il a inscrit son premier but pour le LOSC. JOHAN MICOUD, l'ancien médian de Bordeaux, dont le contrat n'avait pas été prolongé par les Girondins, a annoncé, à 35 ans, sa fin de carrière. STéPHANE VANDE VELDE