Dans cinq mois, jour pour jour, les Diablotins de Johan Walem effectueront leurs grands débuts face à la Pologne dans le Mapei Stadium de l'US Sassuolo. C'est là aussi que la Belgique croisera le fer ensuite avec l'Espagne puis l'Italie.
...

Dans cinq mois, jour pour jour, les Diablotins de Johan Walem effectueront leurs grands débuts face à la Pologne dans le Mapei Stadium de l'US Sassuolo. C'est là aussi que la Belgique croisera le fer ensuite avec l'Espagne puis l'Italie. Une plongée dans le grand bain continental pour ce qui n'est jamais que la troisième génération de l'histoire du football belge à prendre part à un Championnat d'Europe Espoirs après celle de 2002 des Jean-François Gillet, Koen Daerden ou Stijn Huysegems et l'inoubliable cuvée 2007 de Jan Vertonghen et consorts. Et si l'on ne connaît pas encore à ce stade le nom des 23 élus, on sait qu'ils sont encore une petite trentaine à pouvoir revendiquer une place dans le groupe qui cherchera en Italie à décrocher son ticket pour les JO de Tokyo en 2020. L'occasion d'un état des lieux prospectif des forces en présence à M-5.C'est entre les perches qu'il y aura probablement le moins de débats. Difficile en effet de penser que Johan Walem puisse renverser une hiérarchie qui tient la route depuis plus d'un an. Numéro deux en début de campagne, Senne Vits (22 ans, Lierse) n'apparaît plus comme un candidat crédible pour une place dans les trois. Un temps cité parmi les prétendants, Gaëtan Coucke (20 ans, Lommel) devrait faire partie du groupe qui débutera un nouveau cycle en septembre 2019 aux pays de Galles. Mile Svilar (19 ans, Benfica) aurait, lui, choisi la Serbie.21 - Genk -- 9 sélections Barré par Danny Vukovic à Genk, mais n°1 de Walem pendant la campagne, le Limbourgeois peut craindre la concurrence d' Ortwin De Wolf pour sa place de titulaire dans les cages en Italie, mais il ne fait aucun doute qu'il fera partie du groupe. Son penalty arrêté en Turquie est l'un des tournants de la campagne. 21 - Lokeren - 2 sélections Propulsé n°1 par intérim après la blessure de Nordin Jackers, il fut très bon en Italie et en Suède lors du match décisif pour la qualification. Il a aussi pour lui une place de titulaire dans les buts à Lokeren avec Trond Sollied qui pourrait l'amener à concurrencer Jackers pour le poste de n°1 à plein temps.20 -- Antwerp - sélections Titulaire avec les U17 au Chili lors de la belle aventure des hommes de Bob Browaeys, mais barré par Sinan Bolat à l'Antwerp, il semble condamné au rôle ingrat de numéro 3 avec Walem. Né en 1998, il pourrait être le titulaire du poste pour la prochaine campagne.C'est dans l'axe que les changements ont été les plus nombreux tout au long de la qualification. Il est probable que si Zinho Vanheusden ne s'était pas blessé longuement, Walem aurait plus rapidement trouvé la combinaison gagnante qui s'orchestre désormais autour de l'Anversois et de Wout Faes. Leur entente a mis fin aux rêves d'éléments comme Samy Mmaee (22 ans, Saint Trond), Nathan De Medina (21 ans, Mouscron) et même probablement Mathias Bossaerts (22 ans, NEC Nimègue) de se faire une place dans les 23. En embuscade, on retrouve aujourd'hui Maximiliano Caufriez, Rocky Bushiri (19 ans, Eupen) et plus certainement encore Sebastiaan Bornauw. Sur le côté gauche, Elias Cobbaut et Casper De Norre ont normalement un coup d'avance désormais sur Senna Miangue (21 ans, Standard) alors qu'à droite Dion Cools est partant certain pour l'Italie. En back up, Jur Schrijvers pourrait profiter du fait que Johan Walem considère avant tout Alexis Saelemaekers (19 ans, Anderlecht) comme un offensif.22 - Club Bruges - 14 sél. S'il a connu des heures plus heureuses à Bruges, il reste l'un des tauliers du groupe de Walem puisqu'il est le seul avec Siebe Scrijvers à avoir disputé l'intégralité de tous les matchs de la campagne qualificative de l'EURO. 21 - Waasland-Beveren - 4 sél. Arrière droit polyvalent capable d'évoluer aussi comme milieu de terrain, il pourrait profiter du fait que Walem considère avant tout Saelemaekers comme un offensif pour réclamer une place dans les 23. 21 - Anderlecht - 5 sélections Son profil plaît à Walem, cela ne fait aucun doute. Et il a prouvé dans les deux matchs les plus compliqués de la campagne (contre la Turquie et la Suède) qu'on pouvait compter sur lui quand le bateau tanguait. Reste à voir le niveau de forme affiché dans les prochains mois21 - Genk - 3 sélections Arrivé sur le tard dans le groupe de Walem, il a rapidement su apporter les garanties pour combler le vide laissé par Cobbaut et Miangue à l'arrière gauche en fin de campagne. Un dépannage express que la polyvalence naturelle de cet ancien milieu de terrain aussi à l'aise du pied gauche que du pied droit pourrait faire perdurer dans le temps.20 - Ostende - 8 sélections Pas toujours rassurant, l'ex-capitaine de la génération 1998 est néanmoins le seul demi-finaliste du mondial U17 au Chili à s'être installé durablement dans le onze de Walem. Son expérience des grands rendez-vous peut être prépondérante aux yeux du coach.19 - Standard - 4 sélections Sans cette rupture du ligament croisé du genou gauche encourue à la fin septembre 2017 en Youth League avec l'Inter, Zinho Vanheusden aurait peut-être déjà pris une autre dimension. Désormais bien installé au Standard et revenu juste à temps pour participer à la fin de la campagne avec les U21, il fait figure de partant certain pour l'EURO. 19 - Anderlecht - 1 sélection Si son statut ne change pas dans l'Anderlecht version 2019, on imagine mal Walem se priver de ses services. Dans le même registre qu'un Wout Faes, il a pour lui une meilleure relance et six centimètres en plus. Deux atouts qui ne comblent pas encore son manque d'automatismes avec Vanheusden. 21 - Waasland-Beveren - 1 sél. Pilier de la défense à trois d' Adnan Custovic depuis plusieurs semaines à Waasland, mais arrivé sur le tard dans le groupe de Walem, ce défenseur central droitier, formé à Mons, Anderlecht puis au Standard est loin d'avoir déjà son ticket pour l'EURO. En balance avec Bushiri et Bossaerts, sa présence dans le groupe dépendra de ses prestations en club. C'est dans le triangle du milieu que les places seront les plus chères. Tout au long de la campagne, Johan Walem n'a cessé de privilégier la forme du moment tout en montrant une vraie capacité d'adaptation aux types d'adversaires rencontrés. S'il n'y a donc pas de chasse gardée, il est néanmoins désormais exclu de rappeler des joueurs comme Charly Musonda Jr., Zakaria Bakkali ou Youri Tielemans. Avant sa blessure, rien n'empêchait par contre de penser que, rétabli à temps, un novice comme Albert Sambi Lokonga puisse venir tirer son épingle du jeu. Dans l'optique d'un tournoi, la réflexion du sélectionneur se voudra en tout cas plus globale que jamais. Et dans un groupe A dont on dit qu'il est le plus relevé de la compétition, Walem cherchera avant tout à trouver l'équilibre. Le seul à être épargné par toute considération collective, c'est Siebe Schrijvers, capitaine et grand ordonnateur du jeu tout en reconversion des U21. Derrière lui, Walem a le plus souvent misé sur une base plus compacte que créative. Une thèse qui pourrait faire le jeu de Bryan Heynen, Alexis de Sart, Samuel Bastien ou Jordi Vanlerberghe. Dans des styles aux antipodes l'un de l'autre Dries Wouters (21 ans, Genk), Stéphane Oméonga (22 ans, Genoa) et Aristote Nkaka (22 ans, Ostende) partent avec les défaveurs des pronostics.21 - Genk - 8 sélections Associé à De Sart, Vanlerberghe ou Bastien, il a toujours répondu présent, mais a aussi été victime de la tournante opérée par Walem dans le milieu. Première roue de secours de Philippe Clement avec Genk derrière Ruslan Malinovskyi et Sander Berge, il semble impensable de ne pas le voir faire le voyage en Italie.22 - Ostende - 6 sélections Sur courant alternatif avec Ostende, il jouit néanmoins d'une bonne cote auprès du sélectionneur pour sa capacité à opérer en sentinelle. Et son but à l'aller contre la Suède à pesé lourd au décompte final. On a l'impression que sa sélection dépendra de la montée en puissance ou non de ses plus sérieux concurrents à un poste de pur récupérateur.22 - St-Trond - 10 sélections Si les prestations en club sont un adjuvant, alors Alexis de Sart ne doit pas craindre pour sa place dans le noyau. Très à l'aise dans le dispositif de Marc Brys, le Liégeois livre une deuxième saison consécutive pleine et preste à un haut niveau chaque semaine. Reste ce motif d'inquiétude : Walem ne l'a plus fait débuter un match à enjeu depuis novembre 2017 avec les Espoirs.22 - Club Bruges - 18 sél. 100% de temps de jeu en éliminatoire et un statut d'indéboulonnable sous Walem que même un temps de jeu restreint à Bruges n'a aucune chance de venir bousculer. Capitaine, mais surtout vrai leader technique, il est celui sur qui reposent tous les principes de jeu du groupe.22 - Standard - 9 sélections Plus qu'un autre, on a l'impression qu'il sera tributaire de ses performances en club s'il veut espérer valider son ticket pour l'Italie. La concurrence derrière lui semble plus rude que jamais, mais son vécu avec l'équipe pourrait faire la différence.20 - Hamburger SV - 5 sél. Son choix de quitter Anderlecht pour l'Allemagne semble avoir été le bon. Dortmund, Stuttgart (auquel il appartient toujours) et aujourd'hui Hambourg en Bundesliga 2. Titulaire indiscutable cette saison, sur la route du titre, sa présence dans le groupe se justifierait largement. Un temps menacé par l'éclosion de Lokonga, son profil de sentinelle créative manque à Walem.À l'inverse du milieu de terrain, les places de titulaires semblent, sauf catastrophe, ici attribuées à l'avance. Seul persiste le doute sur le nom des premiers suppléants tant le trio Isaac Mbenza - Landry Dimata - Dodi Lukebakio paraît avoir déjà fait ses preuves avec à leur actif cumulé 11 buts et 10 assists sur l'ensemble de la campagne. Derrière, Aaron Leya Iseka devra encore une fois se contenter du rôle de supersub. Une spécificité familiale qui, si elle ne fait pas son bonheur, lui permet de déjà composter son ticket pour l'Italie. À l'inverse d' Obbi Oulare (22 ans, Standard), vrai poissard ou de Ryan Mmaee (21 ans, Aarhus), disparu des radars après avoir débuté la campagne dans la peau d'un titulaire. Resteraient donc deux places à acquérir et elles pourraient bien toutes deux revenir à des joueurs du Sporting d'Anderlecht. À gauche, pour seconder Mbenza, Walem apprécie le profil de feu follet de Francis Amuzu tandis qu'à droite, Saelemaekes, dans un autre rôle que Lukebakio, plaît beaucoup. Au grand dam de Julien Ngoy (Grasshopper Zurich, 21 ans) qui, dans un club qui ne tourne pas, tire toutefois son épingle du jeu depuis plusieurs semaines. Trop discret depuis son départ du Lierse, Manuel Benson (21 ans, Mouscron) semble, lui aussi, mal embarqué tandis que les très jeunes Loïs Openda (18 ans, Bruges) et Cyril Ngonge (18 ans, Bruges) devront probablement attendre le prochain train pour s'engager avec les Espoirs.22 - Fortuna Düsseldorf - 12 sél. Sa découverte de la Bundesliga s'est mieux passée que son acclimatation à la Premier League. On ne parle plus de ce gaucher trop individualiste pour le Charleroi de Felice Mazzù et son triplé contre le Bayern Munich le 24 novembre dernier l'a même découvert dans un rôle d'avant-centre qu'on ne lui soupçonnait pas encore. Une corde de plus à son arc qui le rend d'autant plus indispensable.22 - Huddersfield Town - 12 sél. Trop juste pour le Standard, trop fort pour la Ligue 1, Isaac Mbenza se dépatouille désormais à Huddersfield, en Premier League. Un club plus taillé pour le physique de déménageur d'un Laurent Depoitre que pour les arabesques techniques du joueur toujours propriété de Montpellier. Pas de quoi remettre en cause son statut d'ambianceur numéro 1 du vestiaire de Walem.21 - Anderlecht - 12 sélections Ses 7 buts en 12 sélections, son doublé en Suède et plus globalement sa montée en puissance progressive tout au long de la campagne qualificative ainsi que son statut de vice-capitaine en font un partant certain pour l'Italie.21 - Toulouse - 12 sélections Partie prenante dans 9 des 10 matchs (mais seulement 2 titularisations) de la campagne, le joker attitré de Walem avec les Diablotins est le plus souvent titulaire à la pointe du dispositif d' Alain Casanova à Toulouse. De bon augure après deux saisons compliquées à Marseille et Zulte Waregem. Les malheurs d'Obbi Oulare confirment qu'il n'a pas vraiment de rivaux.19 - Anderlecht - 2 sélections Rare éclaircie dans la grisaille bruxelloise de la première moitié de championnat, le jeune Belgo-Ghanéen a aussi su saisir l'opportunité offerte par Walem de se montrer contre l'Italie en amical en octobre. Buteur pour sa première, il postule désormais pour une place sur le côté gauche.19 - Anderlecht - 1 sélection Son éclosion à Anderlecht le rendrait presque indispensable, malgré sa méconnaissance du groupe, mais Walem le voit plus comme un ailier de débordement que comme un arrière droit. Une incongruité qui pourrait le desservir au moment de se départir de la concurrence d'éléments offensifs plus percutants comme Julien Ngoy.