Diplômé en communication commerciale, Martijn Monteyne se spécialise en management sportif. " Je préfère étudier que jouer aux cartes ou au snooker ". Le frère de Jan-Pieter, le défenseur du G. Beerschot, n'est pas un footballeur raffiné mais il est le seul Roularien à n'avoir pas raté une minute de jeu cette saison.
...

Diplômé en communication commerciale, Martijn Monteyne se spécialise en management sportif. " Je préfère étudier que jouer aux cartes ou au snooker ". Le frère de Jan-Pieter, le défenseur du G. Beerschot, n'est pas un footballeur raffiné mais il est le seul Roularien à n'avoir pas raté une minute de jeu cette saison. L'arrière droit, international Espoir, a été formé par Roulers, dont il est devenu une icône. Depuis ses débuts, sous la férule de Raoul Peeters, à 16 ans, il n'a plus quitté l'équipe fanion. Lorsque Roulers a accédé à la D1, d'aucuns se sont demandé si ce battant avait le niveau. Monteyne comprend ces doutes : " Ils valaient pour toute l'équipe mais il n'y a guère de différence entre les deux divisions. Roulers aligne un quatuor défensif. Je dois avant tout neutraliser mon adversaire pour éviter tout problème aux défenseurs centraux puis leur offrir mon soutien. Seul Christian Wilhelmsson m'a mis en difficulté. En fin de saison, j'étais las. J'avais 28 matches dans les jambes plus les sélections en -21 ans ". Roulers poursuit sur sa lancée, mais aussi avec les mêmes carences que la saison passée : il prend des points à domicile mais pas en déplacement. Au Schiervelde, il reste invaincu. Il a même vaincu le Club 3-2 et arraché un point à Genk (3-3). A cause des insultes racistes lancées à la tête d' Ebou Sillah, Roulers a acquis une mauvaise image. Monteyne s'en agace : " On parle peu de nous et voilà qu'on fait tout un plat de ça. Je n'ai jamais rien entendu. Enfin, si Sillah affirme avoir entendu des insultes, ce doit être vrai ". Le club flandrien aligne essentiellement des Belges. Il n'a que deux Français, Abdoulaye Soumaré et Wagneau Eloi, et un Sierra Léonais, Paul Kpaka. " Un noyau majoritairement belge crée plus facilement un esprit d'équipe ". C'est ce qui fait sa force : le travail, l'esprit d'équipe, même si Dirk Geeraerd a rompu avec le kick and rush de Dennis Van Wijk. " Le club tente d'enrôler des joueurs au bagage plus fourni. Il ne faut pas expédier de longs ballons à Steve Barbé et Tom Peeters mais procéder par combinaisons. Nous nous appuyons sur une solide organisation mais les arrières latéraux peuvent monter quand l'occasion s'en présente ". Monteyne est vice-capitaine : " J'en suis à ma sixième saison. Je suis déjà un ancien ! J'essaie de diriger les autres ". MATTHIAS STOCKMANS