Habituellement, les tours préliminaires de la Ligue des Champions constituent des formalités pour les clubs espagnols. Cette fois, pourtant, on avait froncé les sourcils lors du tirage au sort. Everton et Monaco, ce n'étaient vraiment pas des cadeaux pour des équipes comme Villarreal et le Betis Séville, peu rompues aux exigences de la C1. A plus forte raison lorsqu'il faut affronter ces rivaux de taille trois semaines avant le début de la Liga.
...

Habituellement, les tours préliminaires de la Ligue des Champions constituent des formalités pour les clubs espagnols. Cette fois, pourtant, on avait froncé les sourcils lors du tirage au sort. Everton et Monaco, ce n'étaient vraiment pas des cadeaux pour des équipes comme Villarreal et le Betis Séville, peu rompues aux exigences de la C1. A plus forte raison lorsqu'il faut affronter ces rivaux de taille trois semaines avant le début de la Liga. Cela s'est pourtant bien passé pour les n°3 et 4 du dernier championnat d'Espagne : Villarreal s'est imposé 1-2 à Everton et le Betis a gagné 1-0 contre Monaco. Si ces résultats ne les mettent pas à l'abri d'une mauvaise surprise lors du match retour, c'est tout de même une sérieuse option sur les poules de la Ligue de Champions qu'ils ont prise. " Avec les Anglais, il faut se méfier jusqu'au bout ", concède l'entraîneur chilien de Villarreal ManuelPellegrini. " Mais en gagnant en déplacement, on a réalisé un pas important en direction de notre objectif. Je crois que la clef de notre réussite réside dans le fait que l'ossature de l'équipe a pu être conservée. Peu de changements sont intervenus dans l'effectif par rapport à la saison dernière. Les joueurs se connaissent et les automatismes sont déjà au point ". De son côté, l'entraîneur du Betis, LorenzoSerraFerrer û bien remis de son opération au tendon d'Achille qu'il s'était fracturé durant le stage de préparation û refuse de vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, mais il s'avoue soulagé : " On a arraché une victoire méritée face à une belle équipe monégasque. Le but tardif d' Edu nous procure un léger avantage en vue du match retour ". Un avis partagé par DidierDeschamps, l'entraîneur monégasque, qui estime les chances sévillanes à 60 %. En finale aller de l'Intertoto, le Deportivo La Corogne a aussi pris une sérieuse option sur la qualification à la Coupe de l'UEFA en battant Marseille 2-0. CesarAugustoLendoiro, le président du Depor, se dit très satisfait du travail accompli par le nouvel entraîneur JoaquinCaparros, arrivé du FC Séville. Il avait la lourde tâche de succéder à JavierIrureta, qui avait passé sept belles années à La Corogne, mais il s'en tire bien car on décèle beaucoup d'enthousiasme dans l'équipe. Lendoiro est à ce point séduit qu'il se dit prêt à offrir à son nouveau mentor l'attaquant supplémentaire qu'il réclame. Seul, parmi les représentants espagnols engagés sur la scène européenne, Valence a mordu la poussière à Hambourg. Avec cette défaite 1-0, le club ché devra cravacher la semaine prochaine à Mestalla. SUPERCOUPE : En finale aller, samedi à Séville, le Betis s'est incliné 0-3 face au FC Barcelone sur des buts de Ludovic Giuly, Samuel Eto'o et Ronaldinho. JAVIER SAVIOLA (23 ans), toujours sous contrat avec le FC Barcelone et prêté la saison dernière à Monaco, sera cette saison cédé sur base locative au FC Séville. WILLY SAGNOL, le défenseur français du Bayern Munich, reconnaît des contacts avec le FC Valence où on lui propose un contrat de quatre ans, mais il privilégie toujours son club allemand actuel. CADIX négocie le transfert de ZvonimirVukic (26 ans), le milieu de terrain serbe du Shakhtar Donetsk. Celui-ci avait déjà évolué précédemment en Espagne, avec l'Atletico Madrid B. LUISARAGONES a convoqué le milieu de terrain du Deportivo La Corogne, Sergio Gonzalez, et l'attaquant de Liverpool FernandoMorientes pour le match amical de ce mercredi contre l'Uruguay, à Gijon. Ce sont les deux seules nouveautés. " Je suis heureux comme un gosse qui vient de recevoir une nouvelle paire de chaussures ", a déclaré Sergio. (D. Devos)