2018 est l'année du RC Genk. Les Limbourgeois ont récolté 81 points en championnat durant l'année civile. Ils ont inscrit 129 buts dans les 60 parties disputées, toutes compétitions comprises. Genk est aussi l'équipe de ce championnat. En 21 journées, il n'a essuyé qu'une seule défaite, sur ses terres, contre le Cercle Bruges, faute d'avoir concrétisé ses nombreuses occasions.
...

2018 est l'année du RC Genk. Les Limbourgeois ont récolté 81 points en championnat durant l'année civile. Ils ont inscrit 129 buts dans les 60 parties disputées, toutes compétitions comprises. Genk est aussi l'équipe de ce championnat. En 21 journées, il n'a essuyé qu'une seule défaite, sur ses terres, contre le Cercle Bruges, faute d'avoir concrétisé ses nombreuses occasions. Le Racing a donc entamé la trêve hivernale en leader incontesté, avec 48 points. Quelle différence avec la saison précédente ! Au même moment, il était onzième avec 24 points, soit la moitié, et un goal-average de 27-27, contre 49-19 actuellement, soit moins d'un but contre et 2,33 buts pour par match. En début de saison, PhilippeClement, qui insuffle beaucoup de confiance à ses joueurs, a annoncé qu'il devrait faire tourner le noyau pour pouvoir lutter sur trois fronts. Il y est parvenu, à une exception près. En quarts de finale de la coupe contre l'Union, il a lancé ses piliers trop tard. Il a appris à ses dépens qu'il n'est pas encore en mesure de gagner sans ses quatre ténors ou avec seulement l'un d'eux. Il n'atteindra donc pas un de ses trois objectifs de la saison, la finale de la coupe. Autant l'équipe était crispée il y a un an, autant elle survole ses matches maintenant. De nouveaux joueurs ne cessent de se manifester et de s'ériger en chefs de file. Trossard et Pozuelo ont été les meilleurs au début. Après la blessure de Trossard et la baisse de forme de Pozuelo, Malinovskyi, qui est peut-être le plus régulier sur l'ensemble de la saison, a été fantastique tandis que Heynen remplaçait avec verve Berge, blessé. En pointe, Samatta a marqué de tous les angles possibles, ne laissant guère de chances à ses collègues. L'équipe n'a pas de point faible. Le gardien Vukovic prend des points, commet fort peu de fautes, l'arrière droit Maehle est une des sensations de la D1A, avec son énorme abattage, et suite au forfait de Trossard, Paintsil a montré des échantillons de sa classe à gauche. Encore fallait-il voir comment Genk réagirait à un contrecoup. Il en a eu trois : sa défaite à Sarpsborg en EL, son élimination de la coupe à l'Union et sa défaite à domicile contre le Cercle. Chaque fois, il s'est relevé et a réagi en remportant une victoire convaincante. S'il parvient à conserver tous ses joueurs en janvier, c'est à dire si aucun club espagnol ne paie la clause de départ de Pozuelo, qui pourra freiner cette machine bien huilée en coupe d'Europe et en PO1 ? A l'issue du dernier championnat régulier, les meilleurs buteurs, Marcus Ingvartsen et Siebe Schrijvers, n'avaient inscrit que cinq buts chacun. Ally Samatta (26 ans), plus souvent joker que titulaire la saison passée et auteur de quatre buts en trente matches, en est, en 21 journées, à quinze buts et deux assists, tandis que Trossard (neuf goals) et Malinovskyi (huit) ont déjà fait mieux que les meilleurs buteurs de la saison dernière. Il suffit que Samatta arme son tir pour marquer. Comme quoi la confiance engendre presque automatiquement des buts.