Iker Casillas

Real Madrid, 4
...

Real Madrid, 4 Sa saison exceptionnelle lui a valu le trophée Zamora du meilleur gardien d'Espagne, établi non pas sur des votes mais sur des chiffres. Iker a joué 36 matches et encaissé 32 buts. Dans les deux matches où il était absent, le Real a encaissé quatre buts de plus que la moyenne. Arsenal, 2 Longtemps capitaine exemplaire. Son expérience et sa science du jeu ont fait la différence mais, à l'instar de toute l'équipe, a craqué nerveusement sur la fin. Real Madrid, 5 Il a explosé ! Souvent aligné à l'arrière droit, il a inscrit plusieurs buts sur des reprises de la tête sur corner. Point noir : il a été le joueur le plus averti de la Liga, 17 cartons jaunes en 33 matches (il en faut cinq pour être suspendu ! Manchester Utd, 7 A formé avec le Serbe Nemanja Vidic la paire centrale la plus complémentaire d'Angleterre, voire d'Europe. Intraitable sur l'homme et dans les duels, il incarne aussi la rage de vaincre mancunienne. AS Rome, 2 A 35 ans, il a retrouvé l'équipe nationale. D'une grande régularité, ce défenseur polyvalent a joué dans l'axe, sur les ailes et a même marqué des buts importants. Quelle vitalité ! B. Munich, 2 La véritable âme du Bayern. Les dirigeants bavarois se sont montrés tellement enthousiastes de sa prestation qu'on se demande s'ils étaient vraiment conscients de l'étendue de son talent en engageant le Ch'ti le plus célèbre du monde. Arsenal, 3 Le maître à jouer d'Arsenal. Il a hissé son niveau de jeu pour réaliser une première partie de saison éblouissante. Ratisseur, créateur et désormais buteur, c'est le milieu moderne par excellence. Manchester Utd, 7 Joueur de l'année en Angleterre, il file vers la Ballon d'Or européen. Ses statistiques parlent d'elles-mêmes : 42 buts. Alors que ce n'est pas un centre-avant ! Liverpool, 2 Avec 24 buts, El Niño a battu le record de Van Nistelrooy : celui du nombre de buts inscrits par un étranger lors de sa première saison en Premiere League. Il a tenu l'attaque de Liverpool a lui tout seul. Inter, 3 Il a ébloui le public - même adverse - par ses prouesses techniques. Dommage ses prises de bec avec son coach qui l'ont incité à prolonger son absence pour blessure en fin de saison. De retour à la dernière journée, il a assuré le titre à l'Inter. Barcelone, 4 Il a malheureusement été blessé à deux reprises. Mais, lorsqu'il était sur le terrain, il a ébloui le Camp Nou de sa classe. Dribbles, changements de rythme, passes géniales, feintes : tout y était. La véritable vedette du Barça, cette saison, c'était lui.