C'est par une drache bien belge que la ville de Mons nous accueille en cette fin de matinée. Pas question de retarder l'entraînement pour autant : " On n'est pas au Club Med ", déclarait le président Dominique Leone, début de semaine dernière en annonçant que les joueurs étaient priés de se présenter chaque jour de la semaine au Tondreau jusque fin mai.
...

C'est par une drache bien belge que la ville de Mons nous accueille en cette fin de matinée. Pas question de retarder l'entraînement pour autant : " On n'est pas au Club Med ", déclarait le président Dominique Leone, début de semaine dernière en annonçant que les joueurs étaient priés de se présenter chaque jour de la semaine au Tondreau jusque fin mai. C'est donc sous la pluie que le noyau montois entame son échauffement sous les ordres de Bruno Leclercq. Consignes en français puis en anglais, le préparateur physique est le seul membre du staff qui sera encore de la partie la saison prochaine. Au centre du terrain, Cedomir Janevski et son adjoint Stéphane Demets observent la scène bien emmitouflés dans leur anorak. Le long des barrières, quatre irréductibles supporters ont sorti les parapluies pour venir voir une fois de plus leurs favoris tâter du ballon. Alors que l'échauffement touche à sa fin, Mustapha Jarju arrive tranquillement suivi quelques minutes plus tard par Harry Novillo. Les deux excédentaires se contentent de trottiner autour des différents terrains qui jouxtent le stade. Seuls Joachim Mununga, tracassé par une blessure aux adducteurs, Matumona Zola et Tim Matthys manquent à l'appel. On imagine bien que tous ne sont pas là de gaieté de coeur. La culbute en D2 entérinée, Leone s'est empressé de nommer son fils Romain ainsi que Pierre François, managers de crises. Côté joueurs, la direction n'y est pas allée de main morte non plus : elle désire conserver les jeunes Adrien Saussez, Dylan De Belder et Brice Ntambwe ainsi que Matthys, sans doute le seul joueur du noyau qui pourrait être monnayé. Tous les autres, majoritairement encore sous contrat la saison prochaine, sont priés d'aller voir ailleurs. Malgré ces circonstances particulières, l'atmosphère n'est pas trop plombée. Ça rigole même franchement pendant certains exercices du côté de De Belder, Arnor Angeli, Noé Dussenne et Nicolas Timmermans. Alors que Jarju et Novillo tournent toujours en rond, une poignée de supporters supplémentaires pointent le bout de leur nez en même temps que quelques rayons de soleil bienvenus. Parmi eux, Patrick Ferriol, le sympathique photographe officiel du club : " On s'y attendait depuis le mois d'août à cette descente, ce n'est vraiment pas une surprise. Ce qui m'embête, c'est que je vais me retrouver tout seul à prendre mes photos sur le bord du terrain la saison prochaine. La D2, ça n'attire pas la presse. " Alors que, côté supporters, on spécule sur les joueurs qui parviendront à se recaser en D1, ceux-ci terminent une séance de toro et débutent une petite opposition sur un demi-terrain. Olivier Werner et Geordan Dupire prennent place dans les cages et Janevski arrête de temps en temps l'exercice d'un coup de sifflet pour donner des consignes. Le Macédonien n'a logiquement pas été reconduit et l'identité de son successeur n'est pas encore connue même si deux noms sont fréquemment cités : Arnauld Mercier, le coach actuel des voisins de Boussu-Dour et Drazen Brncic, en poste à Verviers. Au bout d'une heure et demie, Janevski met fin à la punition et les joueurs rentrent au vestiaire. Seuls Dussenne et De Belder prolongent la séance par un petit concours de jongles : " Le perdant payera le sandwich de midi " !PAR JULES MONNIER - PHOTOS: BELGAIMAGEAu bout d'une heure et demie, Cedomir Janevski met fin à la punition.