Au terme du premier tour, le Betis Séville faisait office de candidat à la relégation. Il l'est toujours, mais le retour au bercail de RicardoOliveira (28 ans) lui permet d'envisager l'avenir de manière plus optimiste. L'attaquant brésilien avait marqué le club de son empreinte entre 2004 et 2006, avant de tenter sa chance à l'AC Milan où il ne s'est pas imposé. Il était alors revenu en Espagne, à Saragosse, mais le club est descendu en 2008 et il n'entendait pas s'éterniser en D2. Chez les Béticos, qui ont déboursé neuf millions d'euros pour le rapatrier durant le mercato hivernal, il a déjà imprimé sa griffe : le club a gagné le derby dans l'antre du FC Séville (1-2, avec un but d'Oliveira), puis a fa...

Au terme du premier tour, le Betis Séville faisait office de candidat à la relégation. Il l'est toujours, mais le retour au bercail de RicardoOliveira (28 ans) lui permet d'envisager l'avenir de manière plus optimiste. L'attaquant brésilien avait marqué le club de son empreinte entre 2004 et 2006, avant de tenter sa chance à l'AC Milan où il ne s'est pas imposé. Il était alors revenu en Espagne, à Saragosse, mais le club est descendu en 2008 et il n'entendait pas s'éterniser en D2. Chez les Béticos, qui ont déboursé neuf millions d'euros pour le rapatrier durant le mercato hivernal, il a déjà imprimé sa griffe : le club a gagné le derby dans l'antre du FC Séville (1-2, avec un but d'Oliveira), puis a fait trembler le FC Barcelone (menant 2-0 avant de se faire rejoindre in extremis à 2-2) mais est retombé de haut au Real Madrid, voici dix jours (défaite 6-1 malgré un nouveau but d'Oliveira). " Pour moi, ce retour au Betis équivaut un peu à un retour à la maison ", dit-il. " Lors de mon premier passage, j'avais gagné une Coupe du Roi et j'avais participé à la Ligue des Champions avec ce club, mais j'avais surtout entretenu des rapports privilégiés avec les supporters. Même après mon départ, ils ne m'ont pas oublié. J'avais gardé une maison à Séville, et chaque fois que je revenais pour quelques jours, j'étais accueilli à bras ouverts : demandes d'autographes, photos avec les fans... J'espère me fixer définitivement à Séville et terminer ma carrière au Betis. "Son contrat actuel expire en juin 2013. " Dans l'immédiat, il s'agira de travailler pour hisser le Betis à une place plus en rapport avec son potentiel. Il faudra faire preuve d'humilité. "En 2006, Oliveira avait quitté le Betis en froid avec le président ManuelRuizdeLopera. " Au départ, je lui étais reconnaissant de m'avoir engagé et de m'avoir donné l'opportunité de démontrer mon talent, qui n'avait pas explosé à Valence. Cela s'est corsé lorsque je me suis déchiré les ligaments croisés lors d'un Betis-Chelsea de Ligue des Champions, en novembre 2005. Il avait voulu m'écarter pour pouvoir engager un autre attaquant. Je l'avais mal pris. Depuis, l'incident est oublié... " HECTOR TAPIA, l'entraîneur de Malaga, est pressenti au Betis pour la saison prochaine. " Je ne suis au courant de rien ", s'est-il contenté de répondre. MASOUD SHOJAEI (24 ans), le milieu de terrain iranien d'Osasuna, retrouve sa superbe : " Il faudrait un livre pour décrire tous les changements intervenus à Osasuna depuis la reprise de janvier ", a-t-il déclaré. RAUL (31 ans) a déclaré au journal Marca qu'il pourrait mettre un terme à sa carrière en 2011, tout en s'accordant éventuellement une dernière pige aux Etats-Unis, à l'image de DavidBeckham qu'il a côtoyé. PARADOXAL : le Real Madrid a aligné trois joueurs espagnols contre Liverpool : IkerCasillas, SergioRamos et Raul. Il y en avait cinq dans les rangs des Reds : PepeReina, Arbeloa, XabiAlonso, FernandoTorres et AlbertRiera. GABRIEL MILITO (28 ans), le défenseur argentin du FC Barcelone, est de retour à l'entraînement après neuf mois d'absence consécutifs à une grave blessure au genou. La rééducation a pris trois mois de plus que prévu. VALENCE compte sur la vente des terrains de Mestalla pour effacer sa dette. Le problème, c'est que vu les problèmes financiers du club, la construction du nouveau stade a été interrompue. DANIGUIZA (28 ans), l'attaquant espagnol de Fenerbahçe, s'est mobilisé pour aider un jeune garçon andalou de neuf ans atteint d'une maladie rare et qui doit être opéré en Allemagne. " Son plus beau but ", commente la presse espagnole. MÉMÉ TCHITÉ(25 ans) s'est déchiré le ligament interne du genou gauche. Son indisponibilité est évaluée entre six et huit semaines. DANIEL DEVOS