MatteoDarmian a tout pour lui : une tête de gendre idéal, des qualités indéniables, une place de titulaire avec la sélection italienne et un contrat avec Manchester United depuis cet été. Et pourtant, sa trajectoire est loin d'avoir été un long fleuve tranquille. Le natif de Legnano n'a pas encore 26 ans, mais cela fait presque une décennie qu'il a débuté chez les pros. C'était en novembre 2006, lors d'un match de coupe d'Italie entre Milan et Brescia.
...

MatteoDarmian a tout pour lui : une tête de gendre idéal, des qualités indéniables, une place de titulaire avec la sélection italienne et un contrat avec Manchester United depuis cet été. Et pourtant, sa trajectoire est loin d'avoir été un long fleuve tranquille. Le natif de Legnano n'a pas encore 26 ans, mais cela fait presque une décennie qu'il a débuté chez les pros. C'était en novembre 2006, lors d'un match de coupe d'Italie entre Milan et Brescia. On pense alors à un surdoué qui a son avenir tout tracé chez les Rossoneri et les comparaisons fusent : futur PaoloMaldini ? Nouveau AlessandroCostacurta ? Ni l'un ni l'autre, c'est loin de la cité lombarde que Darmian trouvera son bonheur après seulement six matches disputés en trois saisons et une concurrence pas toujours saine au vu des éléments recrutés à son poste (LeandroGrimi, Digao, petit frère de Kakà, FelipeMattioni). Trimballé entre les prêts et les fameuses copropriétés abolies en juin dernier, Matteo affronte alors le parcours de trop nombreux jeunes italiens. Padova en Serie B, Palermo en Serie A, Torino de nouveau en Serie B. Le Milan suit son évolution d'un seul oeil et s'en désintéresse petit à petit. En 2011, à Turin, il fait la connaissance de GiuseppeVentura, une rencontre décisive pour la suite de sa carrière. Ce coach expérimenté lui offre sa confiance mais lui trouve surtout sa dimension définitive. Arrière central de formation, Darmian bascule progressivement sur le côté (à gauche comme à droite) dans l'indémodable 3-5-2 du technicien génois, qui déclarait le mois dernier à la RAI : " Quand Matteo est arrivé chez nous, il avait tout juste de la barbe mais une énorme envie de comprendre, connaître et percer. Il a travaillé avec beaucoup de sérieux et n'a jamais loupé un entraînement en quatre ans. " Sur ce point, les avis convergent, Darmian n'a jamais été un surdoué. WalterDeVecchi, un de ses formateurs, le rappelait à SoFoot : " Dans les équipes de jeunes, il y avait des garçons beaucoup plus forts que lui, mais il en avait dans la tête et cela a fait la différence. " Avec le Torino, le Lombard retrouve la Serie A en tant que titulaire indiscutable et enchaîne les prestations avec une incroyable régularité. Pas de dribbles virevoltants, d'envolées enthousiasmantes ou de frappes de mule. Non, il s'illustre en toute simplicité, sens tactique développé, rigueur défensive, montées distillées intelligemment. Un latéral à l'italienne et un style qui convainc CesarePrandelli quelques jours avant le Mondial 2014. Darmian grimpe dans le wagon des 23 à la dernière seconde et se retrouve même titulaire à la surprise générale. Dans ce qui sera une expédition désastreuse pour la Squadra Azzura, il est un des seuls Italiens à sortir la tête de l'eau. Ses prestations attirent le regard des cadors de la Serie A. La Roma et la Juventus sont intéressés mais le néo-international décide sagement de rester au Torino avec qui il vient de décrocher une qualification en Europa League. Il s'agit là d'une dernière saison d'appoint, celle de 2014-15. Son coach et ses dirigeants le savent, ils ne pourront pas le retenir longtemps et cèdent devant le joli chèque de 20 millions d'euros présenté par Manchester United cet été. Une plus-value record puisque Darmian leur avait couté seulement 1,5 million. Et surtout un évènement rare. Hormis au PSG, l'Italie ne possède aucun représentant dans les rangs des cadors européens. En conférence de presse d'avant-saison, LouisvanGaal annonce la couleur et affirme que Darmian sera " un deuxième choix au poste d'arrière-droit après AntonioValencia " tout en dressant un portrait flatteur : " C'est un joueur complet. Cela se voit qu'il est vraiment fort. Pour moi, il a le style de jeu adapté à la Premier League ". La hiérarchie est vite renversée puisque le technicien mancunien le titularise d'emblée lors de la première journée de championnat face à Tottenham. A 10 minutes de la fin, le défenseur italien est remplacé sous les applaudissements d'un OldTrafford déjà conquis. Dans la foulée, il est élu homme du match. Quelques semaines plus tard, il est carrément désigné meilleur RedDevil du mois d'août ! La suite est un peu plus timide, l'ancien granata devant encore trouver ses marques dans son nouveau championnat, pas aidé non plus par une équipe en reconstruction après les difficiles années post-Ferguson. Mais comme d'habitude, Darmian ne panique pas. AntonioConte non plus d'ailleurs. Le sélectionneur italien en fait un de ses fidèles et ne s'en priverait pour rien au monde. Contre l'Azerbaïdjan, le mois dernier, il a d'ailleurs fêté sa première réalisation avec les Azzurri, comme pour affirmer la nouvelle dimension qu'il vient de prendre, tout en gardant les pieds sur terre. " Je vis près du centre d'entraînement de Carrington pour éviter de rester bloqué dans le trafic de Manchester ", racontait-il à la GazzettadelloSport. Gageons qu'il roule en Smart plutôt qu'en Ferrari. PAR VALENTIN PAULUZZI - PHOTO BELGAIMAGEAu Mondial 2014, il fut l'un des rares Italiens à sortir la tête de l'eau.