Cette victoire est apparue difficile dans les chiffres (1-0) mais les Brugeois m'ont séduit footballistiquement. Du moins dans la première heure de jeu. Beaucoup d'occasions à leur profit dont un penalty raté par Javier Portillo, deux ballons qui touchent le cadre et de nombreux arrêts trois étoiles du jeune gardien de Beveren, Davino Verhulst âgé de 18 ans à peine.
...

Cette victoire est apparue difficile dans les chiffres (1-0) mais les Brugeois m'ont séduit footballistiquement. Du moins dans la première heure de jeu. Beaucoup d'occasions à leur profit dont un penalty raté par Javier Portillo, deux ballons qui touchent le cadre et de nombreux arrêts trois étoiles du jeune gardien de Beveren, Davino Verhulst âgé de 18 ans à peine. Encore un keeper issu de la célèbre école de gardiens qui, entre autres, a déjà sorti Jean-Marie Pfaff, Filip De Wilde, Geert De Vlieger et Dirk Rosez. Verhulst était le seul Belge dans les 18 avec son substitut Glenn Piessens. Paradoxalement, le seul but du match est venu d'un tir des 20 mètres de Kevin Roelandts alors que toutes les possibilités dans les 16 mètres ont été maladroitement gâchées ou ont trouvé le jeune portier waeslandien sur leur route. Le système mis en place par Jan Ceulemans est quasiment le même que celui de Trond Sollied en son temps, c'est-à-dire le 4-3-3. Il évolue en demi défensif mais on peut dire que la plupart du temps, c'est lui qui donne les impulsions offensives à toute l'équipe. Recherche de la passe profonde vers les trois attaquants, combinaisons avec les deux demis offensifs, réorientation du jeu vers l'autre flanc où les deux arrières d'aile ne manquent pas de s'infiltrer dans leur couloir en dédoublement des ailiers. Sven Vermant est toujours disponible derrière le ballon pour offrir des solutions quand le jeu se trouve bloqué au niveau des joueurs offensifs. De plus, lui qui n'est pas du tout un élément défensif de formation, apporte une grande contribution dans la récupération. Bref, il est continuellement disponible aussi bien en possession qu'en perte de balle. Beveren, qui a évolué en 4-4-2, a montré que son quatre arrière ne s'aligne pas souvent correctement. Les passes verticales, aussi bien dans l'axe avec les appels en profondeur de Manaseh Ishiaku, que sur les flancs avec l'écartement de Grégory Dufer et de Portillo, ont fait très mal à la défense visiteuse. Les trois ou quatre hors-jeu imaginaires signalés par les assistants ajoutés aux nombreux ratés brugeois ont permis aux Ivoiriens de retourner avec une défaite très flattée dans les chiffres. Il est bon de signaler que ceux-ci s'organisent sur corner défensif comme le Brésil au Mondial 2002 : ils ne placent pas de joueur aux piquets ! Si Bruges continue à évoluer de la sorte et que les joueurs font preuve de plus d'efficacité devant le but, ils seront très dangereux pour le titre. Par contre, Beveren a du souci à se faire car les individualités offensives me semblent moins doués que celles des saisons précédentes. Même si l'absence dans ce match de Zézé Vénance Zézéto s'est faite lourdement sentir au niveau de la créativité. Étienne Delangre