Au PGA Championship, dernier major de la saison, Tiger Woods (42) a lutté jusqu'au bout avec le vainqueur, Brooks Koepka, ce qui a fait exploser l'audience de la retransmission en direct (69 % de mieux que l'année dernière et le meilleur score depuis 2009. " Il ne faut pas sous-estimer l'effet Tiger ", analyse CBS Sports.
...

Au PGA Championship, dernier major de la saison, Tiger Woods (42) a lutté jusqu'au bout avec le vainqueur, Brooks Koepka, ce qui a fait exploser l'audience de la retransmission en direct (69 % de mieux que l'année dernière et le meilleur score depuis 2009. " Il ne faut pas sous-estimer l'effet Tiger ", analyse CBS Sports.Woods a remporté 14 majors et a été l'incontestable numéro un mondial pendant des années mais sa chute libre au classement en raison de problèmes personnels et de blessures a été spectaculaire. Au début de l'année, il était 656e mondial et après une énième opération au dos, il a entamé un énième come-back. Avec plus de points d'interrogation que jamais, admettait-il la semaine dernière sur ESPN. " A un certain moment, je ne savais même plus si je serais encore capable de jouer au golf ", dit-il. " Au début de saison, je me posais énormément de questions. Je n'avais plus joué de tournoi depuis plus de deux ans et je remarquais à l'entraînement que mon swing et ma vitesse n'étaient nulle part. Putter, ça allait, mais ça ne suffisait pas pour finir dans le top 10. Je n'avais pas de programme parce que je ne savais pas comment mon corps réagirait. L'incertitude n'a disparu qu'après quelques mois, au moment où j'ai commencé à jouer libéré. " Sur les 14 tournois disputés en 2018, il a terminé à cinq reprises dans le top 10, ce qui lui a permis de revenir à la 26e place mondiale et d'entrer en ligne de compte pour la Ryder Cup, qui aura lieu du 28 au 30 septembre en France (Saint-Quentin-en-Yvelines) et à laquelle il n'a plus participé depuis cinq ans. Koepka, Dustin Johnson, Justin Thomas, Patrick Reed, Bubba Watson, Jordan Spieth, Rickie Fowler et Webb Simpson sont les huit certitudes. Il reste quatre places et seuls Bryson Dechambeau et Phil Mickelson sont mieux classés que lui. " Le chemin a été long mais quand je vois d'où je viens, je suis content d'entendre que mon nom est cité pour la Ryder Cup. " Selon les insiders, le capitaine Jim Furyk a une autre raison importante de le sélectionner : commercialement, personne n'a un tel rayonnement que Woods. Sur la liste des golfeurs les mieux payés au monde établie par Forbes en juin dernier, il figure toujours à la première place avec 38 millions d'euros gagnés en 2017, même si sa dernière victoire dans un major remonte à 2008. Le deuxième, Mickelson (48), a engrangé 36 millions - tout comme pour Woods, il s'agit surtout de recettes de sponsoring - alors qu'il a gagné le dernier de ses cinq majors en 2013. Une chaîne de télévision et quelques investisseurs privés veulent faire jouer les deux rivaux séculaires l'un contre l'autre en novembre et diffuser le duel en direct. Le vainqueur remporterait 10 millions de dollars (8,8 millions d'euros), le perdant rentrerait les mains vides. " Je veux bien me contenter d'un peu moins mais il faut quand même qu'il y ait un enjeu ", rigole Woods...