Mais d'abord, un bref retour en arrière. Dortmund-Bruges a commencé depuis trois minutes lorsque Peter Van der Heyden intercepte un ballon perdu par Tomas Rosicky. Il a l'intention de relancer mais le milieu de terrain est bouché et Otto Addo lui met la pression. Il se retourne et adresse un ballon à son gardien, au sol et vers le pied droit de Tomislav Butina, son meilleur paraît-il. Le Croate, qui dispute son premier match officiel pour Bruges, rate son contrôle, veut dégager devant Marcio Amoroso mais l'attaquant brésilien est véloce : la balle frappe les filets et c'est 1-0.
...

Mais d'abord, un bref retour en arrière. Dortmund-Bruges a commencé depuis trois minutes lorsque Peter Van der Heyden intercepte un ballon perdu par Tomas Rosicky. Il a l'intention de relancer mais le milieu de terrain est bouché et Otto Addo lui met la pression. Il se retourne et adresse un ballon à son gardien, au sol et vers le pied droit de Tomislav Butina, son meilleur paraît-il. Le Croate, qui dispute son premier match officiel pour Bruges, rate son contrôle, veut dégager devant Marcio Amoroso mais l'attaquant brésilien est véloce : la balle frappe les filets et c'est 1-0. Butina croit mourir. Selon Trond Sollied, Van der Heyden est complice de la bourde. " Après quelques minutes de jeu, il ne faut pas donner des balles en retrait. I hate it. Cela ne correspond pas à notre style de jeu. Nous jouons dans l'autre sens, avec pour intention de marquer dans le bon but. Le ballon en retrait était la dernière option à prendre. Face à un adversaire dont on sait qu'il démarrera de façon agressive, on ne met pas inutilement son gardien en difficulté. J'aurais préféré qu'il dégage le ballon hors du stade, jusqu'à Gelsenkirchen s'il le fallait ". Butina reste dans les buts et malgré cette douche froide, il deviendra même le héros brugeois. Il arrête les penalties d'Amoroso et d' André Bergdolmo et jette ainsi les bases de la qualification brugeoise pour la Ligue des Champions. Dany Verlinden reste sur le banc, conséquence de ses erreurs à domicile face à Dortmund et La Louvière. Le quadragénaire est fâché. Il estime que, par respect, Trond Sollied lui doit des explications. " J'ai trois bons gardiens, mais sur base de ce que j'avais vu à l'entraînement et en match, avant même le nul contre La Louvière, mon intuition m'a dit que je devais apporter un changement ", répond Trond Sollied. " Il était temps de changer, surtout à l'entame d'une saison où Dany Verlinden, avec son grand âge, ne pourra pas être de toutes les batailles. Je ne sais pas si c'est un changement définitif, c'est possible mais tout reste ouvert. Butina n'est plus un gamin, il s'est repris de fort belle manière à Dortmund, prouvant sa force mentale. C'est un gagneur et nous avons besoin de gagneurs. Il vient du Dinamo Zagreb, qui gagnait presque tous ses matches. Il est donc habitué à évoluer dans une équipe offensive, de ne rien avoir à faire puis de devoir sortir quelques grands arrêts décisifs ". " Butina, David Rozehnal et Ivan Gvozdenovic réussiront à Bruges, en tant que footballeurs mais aussi humainement. J'en suis déjà certain à 100 %, sur base de ce que je vois et ce que j'entends. Ivan est aussi un gagneur, il était capitaine à l'Etoile Rouge de Belgrade, ça en dit long. Comme il peut évoluer à plusieurs positions, son heure viendra, il doit être patient. Et Rozehnal, c'est la classe à l'état pur. Il deviendra un grand. Bruges n'est qu'une étape dans sa carrière ". Actuellement meilleur buteur du championnat, Andrés Mendoza a également marqué au Westfalenstadion, sur coup franc. Et deux heures durant, il a pesé de tout son poids sur la défense allemande. A l'Antwerp (0-4) il a inscrit son cinquième but de la saison sur penalty. Selon certains, sa mentalité ne colle pas à celle du Club. Il y survit entre autres grâce à Trond Sollied, qui en a fait en ce début de saison le meilleur attaquant de son équipe û et de loin. " C'est un avant excellent, il est rarement blessé, très fort physiquement et est dans une bonne période ", reprend Sollied. " Un garçon positif également, contrairement à tout ce que l'on peut lire à son sujet, tous ces articles sont du bullshit. Laissez les joueurs être eux-mêmes, tous ont un caractère différent. Andrés, il estime qu'il faut déconner de temps à autre. Nous le connaissons et savons faire abstraction de certaines de ses petites frasques. Je ne vais pas constamment jouer au policier avec lui, cela me prendrait beaucoup trop d'énergie. Je le trouve à présent meilleur contre les équipes plus fortes. Nous verrons au cours de la Ligue des Champions s'il peut imprimer son cachet à ces rencontres également. Il est meilleur buteur actuellement mais ne tirons pas de conclusions hâtives et attendons la dixième journée pour voir. Sa réception de balle doit encore s'améliorer, c'est un fait. Il marquera alors plus souvent encore, puisqu'il se retrouve souvent en position favorable. C'est lui qui doit y travailler, pas moi. Il est encore jeune mais il va mûrir, je vous le dis ". Le premier goal du Borussia était la conséquence d'une bourde, le second de deux erreurs de marquage consécutives. Dans l'ensemble, la défense brugeoise affiche plutôt un beau bulletin. C'était rassurant pour Sollied qui, quatre jours plus tôt, s'était fait de gros soucis quant au jeu de position de ses arrières contre les Loups (3-3). Trois goals encaissés, c'est un cinquième de ce que le Club Brugeois doit laisser passer pendant toute une saison selon le Norvégien. " Encaisser plus de 15 buts sur une saison n'est pas grave en soi si l'on en marque 150. Contre La Louvière, les buts tombaient du ciel et l'arbitre a même invalidé un goal de Mendoza. Cela peut arriver, comme tout peut arriver en football. C'est une question de concentration mais que voulez-vous ? Que je fusille mes joueurs ? Il faut accepter cela, toutes les catastrophes sur terre sont la faute de l'homme et pas des machines. Espérons que nous tirions les conséquences de ce genre de rencontres. Je n'exclus d'encore placer Timmy Simons en défense, mais j'estime qu'il nous apporte davantage en tant que médian récupérateur. Sa condition physique, son engagement et son esprit positif y rayonnent sur ses partenaires. Par ailleurs, nous avons pour la première fois en trois ans une alternative valable à Peter Van der Heyden à l'arrière gauche. Et n'oublions pas Marek Spilar. Quand il reviendra, nous serons encore plus forts ". L'attaque brugeoise laisse encore filer trop d'occasions de but et n'exploite pas encore les espaces qui s'offrent à elle en cas de reconversion offensive rapide. A Dortmund, les passes approximatives furent trop nombreuses. " Ça, c'est surtout le mental ", prétend Sollied. " Tout doit aller tellement vite que vous n'avez pas le temps de réfléchir et de contrôler. Le niveau vous force à jouer en un temps. A l'extérieur, c'est encore plus ardu, le soutien de vos supporters fait défaut. A Dortmund, 60.000 personnes étaient contre nous et elles ont aussi leur influence sur le jeu. Maintenant, il faut travailler pour convertir nos occasions de but, mais je ne m'inquiète pas pour ça. Le plus important est de continuer à se les créer. Les mettre au fond, c'est uniquement une question de concentration, de timing, de technique et de chance. Les joueurs ont également des hauts et des bas, certainement les attaquants. Bengt Saeternes n'était pas à la fête ces dernières semaines et Sergiy Serebrennikov connaît des temps difficiles. A Dortmund, j'aurais pu jouer avec Nastja Ceh et Alin Stoica mais je ne l'ai pas fait. Primo, je trouvais que Ceh était émoussé. Secundo, j'estimais que nous aurions besoin de la condition physique de Gaëtan Englebert pour répondre au gros pressing des Allemands. Offensivement, Stoica me donnait mes apaisements mais pas défensivement. Physiquement, il est bon mais il me reste à lui trouver sa position, en fonction des différents scénarios de matches. Il a lui aussi ses ups & downs. Mon boulot consiste à faire des choix match par match avec mon staff et je suis heureux de pouvoir puiser dans un noyau de bons joueurs. Ce n'est pas gai pour un joueur d'entendre qu'il n'est pas sélectionné mais la concurrence acharnée fait partie du football de haut niveau. C'est cette concurrence qui nous rend meilleurs ". Jeudi dernier à Monaco, Bruges a été versé dans une poule en compagnie de l'AC Milan, du Celta Vigo et de l'Ajax. Italie, Espagne, Pays-Bas : trois cultures footballistiques différentes, trois belles affiches et un groupe où la qualification reste envisageable. " J'espère que nous pourrons encore progresser en Ligue des Champions et en championnat de Belgique. Nous sommes prêts, en partie grâce à une trentaine de rencontres internationales disputées ces dernières années et en début de cette saison. Nous avons goûté à différents styles et cultures de jeu à un niveau élevé. Ce bagage figure en quelque sorte dans notre ordinateur à présent. Le fait d'éliminer Dortmund a fait l'effet d'une petite bombe en Europe mais je ne suis pas surpris. Nous avions bien scouté les Allemands et savions qu'il y avait des possibilités. Je sais aussi que nous sommes forts et que dans un bon jour nous pouvons battre de nombreuses bonnes équipes. Nous pouvons encore faire mieux que mercredi passé. Sur base des deux rencontres, notre qualification est méritée. Au cours des prolongations nous avons souffert parce que Rozehnal avait été exclu et que le Borussia misait le tout pour le tout. Ce qui nous a procuré quelques occasions, d'ailleurs. A domicile, nous aurions dû marquer quatre ou cinq fois. Comme contre Lyon ou Galatasaray. Mais n'oublions pas le championnat de Belgique parce que si nous ne terminons pas parmi les deux premiers, il n'y aura pas de Ligue des Champions l'an prochain. Normalement, nous devons être plus forts cette saison. Nous disposons de davantage de solutions de rechange. Si j'avais aligné dix autres joueurs à Dortmund, la différence de qualité de l'équipe n'aurait pas été énorme. Le noyau s'est étoffé, en qualité et en expérience. Moi-même, j'ai trois ans de plus que lorsque je suis arrivé ici. Cela ne servirait à rien si je n'avais pas également évolué dans l'intervalle. J'espère l'avoir fait de manière positive. Mes apports à l'équipe devraient logiquement être meilleurs, mais c'est au public de juger. Bien sûr, je connais le Club Brugeois bien mieux maintenant, je sais ce que les joueurs ont dans le ventre et ce dont ils sont capables ".