Et l'aspect sportif, dans tout cela ? Il commence là où s'arrête la polémique. Après Brésil-Egypte : " C'est dommage, ce coup du sort, car on avait livré une grande deuxième mi-temps et on ne méritait pas de perdre ", a déclaré MohamedZidan, auteur de deux buts. " Plusieurs équipiers et l'entraîneur du Borussia Dortmund m'ont appelé pour me féliciter. On a démontré que le football africain était très compétitif. "
...

Et l'aspect sportif, dans tout cela ? Il commence là où s'arrête la polémique. Après Brésil-Egypte : " C'est dommage, ce coup du sort, car on avait livré une grande deuxième mi-temps et on ne méritait pas de perdre ", a déclaré MohamedZidan, auteur de deux buts. " Plusieurs équipiers et l'entraîneur du Borussia Dortmund m'ont appelé pour me féliciter. On a démontré que le football africain était très compétitif. " L'Egypte allait encore davantage le démontrer trois jours plus tard, en battant l'Italie 1-0. A l'issue du match, Fabio Cannavaro a fondu en larmes. Pas en raison de la défaite : il venait d'apprendre le décès de son grand-père. Il a cependant tenu à rester en Afrique du Sud, afin d'égaler contre le Brésil le record de Paolo Maldini avec 126 sélections. Mais là, le match a tourné à la déroute des Transalpins, battus 3-0. Tout profit pour l'Egypte ? Non, car contre toute attente, les Pharaons ont également été battus 3-0 par les Etats-Unis. Ce sont donc les coéquipiers d' Oguchi Onyewu qui, contre toute attente, ont accédé aux demi-finales. La SquadraAzzurra a bien mal défendu son titre de champion du monde. Faut-il s'en inquiéter à un an de la Coupe du Monde ? L'équipe est-elle vieillissante (28 ans et sept mois de moyenne d'âge), comme le prétendent certains observateurs ? Ce n'est pas la première fois que l'Italie démarre une compétition en mode mineur, pour ensuite monter en régime et terminer en force. " On est passé maître dans l'art de se mettre nous-mêmes en difficulté ", reconnaît GianluigiBuffon. Sauf que cette fois, il n'y a pas eu de qualification miracle lors de la dernière journée des poules. Dans l'autre groupe, l'Espagne s'est promenée face à des adversaires (Nouvelle-Zélande, Irak et Afrique du Sud) qui n'étaient pas à la hauteur. Elle a pu se concentrer pleinement sur sa chasse aux records. DavidVilla, qui marqué dans chacun des trois matches de poule, est devenu le deuxième buteur de l'histoire en Selección. Il en compte désormais 31, deux de plus que FernandoHierro, mais toujours 13 de moins que Raul qui n'est plus sélectionné depuis deux ans. La victoire contre l'Afrique du Sud était la 15e d'affilée : mieux que l'Australie de 1996 à 1997, que le Brésil en 1997 et que la France de 2003 à 2004 qui avaient réalisé une série de 14. C'était aussi le 35e match d'affilée sans défaite : autant que le Brésil de 1993 à 1996. Si l'Espagne s'impose encore en demi-finale, ou même si elle s'incline aux tirs au but, elle détiendra le record absolu.