Vendredi, lors de la présentation de Quick-Step, Patrick Lefevere a avoué sa lassitude d'entendre sans cesse parler de sa fin de carrière, simplement parce qu'on le voit moins aux courses, de toujours lire qu'il va s'en aller, puisqu'il a lancé un bureau d'intérim à Tielt, que Quick-Step appartient au passé.
...

Vendredi, lors de la présentation de Quick-Step, Patrick Lefevere a avoué sa lassitude d'entendre sans cesse parler de sa fin de carrière, simplement parce qu'on le voit moins aux courses, de toujours lire qu'il va s'en aller, puisqu'il a lancé un bureau d'intérim à Tielt, que Quick-Step appartient au passé. Le manager a riposté. Par l'intermédiaire de Bessel Kok, l'ancien dirigeant de Belgacom, Lefevere a découvert un nouveau filon à l'Est. Le partenaire de Kok, le Tchèque Zdenek Bakala, dont on estime la fortune à 800 millions, a acquis 70 % des parts de l'équipe. L'avenir de Quick-Step est donc assuré au moins jusqu'en 2013. " Il s'agit d'un gentleman's agreement, signé le 23 octobre ", précise Lefevere. Il survient au moment où les Bleus connaissent un exode sans fin. " Je sais que TomBoonen était tracassé par le départ de certains coureurs comme Maarten Wynants ", explique Lefevere. " Mais à ce moment, je ne pouvais octroyer que des contrats d'une seule saison. Certains souhaitaient assurer leur avenir, d'autres voulaient jouer leur propre carte. " Parmi les départs, Stijn Devolder, Carlos Barredo et Wouter Weylandt. L'équipe accueille une douzaine de nouveaux coureurs. " J'ai fait ce que je pouvais jusqu'en octobre, avec mes moyens. J'en ai profité pour rajeunir l'équipe, qui compte quatre néo-pros. " Parmi les nouveaux, on retrouve aussi les sprinters Gert Steegmans, Gerald Ciolek et Francesco Chicchi, qui étaient barrés dans leur ancienne équipe, et le champion des Pays-Bas, Niki Terpstra, " qui n'a pas effectué son choix en fonction de l'argent ", selon Lefevere. L'engagement de Bakala permet à Quick-Step de prendre un nouveau départ, alors qu'il n'est que 18e sur l'échelle sportive de l'UCI. " D'ici trois à cinq ans, nous voulons émarger au top 5 ", a déclaré le Tchèque. " Monsieur Bakala peut nous ouvrir la porte à d'autres sponsors, grâce à son réseau de relations et à son propre bagage commercial ", poursuit Lefevere. " Nous allons engager un directeur de marketing afin de préparer les dossiers de sponsoring. "Sportivement, Lefevere planche sur l'expansion de son académie de cyclisme. " En 1996, j'étais un des fondateurs du Centre Mapei en Italie ", rappelle le manager. " Il a notamment produit Cancellara, Pozzato, Rogers, Evans et Eisel. Nous voulons reprendre ce projet avec la collaboration scientifique du Professeur Peter Hespel, de la KUL. Un scout détectera les talents dès la catégorie des juniors. Nous les placerons dans nos équipes satellites et les formerons dans l'espoir qu'ils rejoignent notre équipe pro. Ce sera un projet international, inédit en cyclisme. " Lefevere affirme avoir pris un nouvel élan. " Un moment donné, Columbia était à la mode. Ensuite, il y a eu Cervélo et maintenant, c'est Team Sky. J'espère que dans quelques années, nous pourrons à nouveau être sexy et attirer de jeunes talents. "BENEDICT VANCLOOSTER