Il n'y a pas si longtemps, le Real Madrid semblait vivre une saison pourrie et FabioCapello paraissait assis sur un siège éjectable. Aujourd'hui, les Madrilènes sont des candidats déclarés au titre avec de bonnes chances d'aller au bout. L'entraîneur italien est en train de réussir son pari : il a refait des Merengues une équipe compétitive tout en procédant à un rajeunissement de l'effectif.
...

Il n'y a pas si longtemps, le Real Madrid semblait vivre une saison pourrie et FabioCapello paraissait assis sur un siège éjectable. Aujourd'hui, les Madrilènes sont des candidats déclarés au titre avec de bonnes chances d'aller au bout. L'entraîneur italien est en train de réussir son pari : il a refait des Merengues une équipe compétitive tout en procédant à un rajeunissement de l'effectif. Les anciens galactiques sont en train de disparaître et de nouveaux noms apparaissent. Parmi eux, le jeune défenseur latéral MiguelTorres, qui apporte une bouffée d'air frais dans le vestiaire. Il est entré dans l'équipe un peu par hasard, parce qu'il n'y avait pas d'autre solution, et en quatre mois, il s'est imposé comme un titulaire presque inamovible. " Dans mes rêves les plus fous, je n'aurais jamais osé imaginer ce qui m'arrive actuellement ", reconnaît le jeune homme de 21 ans, né à Madrid le 28 janvier 1986 et qui a suivi toute la filière des équipes d'âge du Real. " J'espère pouvoir rester de longues années dans le club de ma vie. Je me battrai pour cela. Je m'engage à chaque entraînement comme s'il s'agissait d'une finale de coupe ". Miguel Torres a été appelé à un moment où rien ne tournait rond. Il aurait pu sombrer avec l'équipe mais il a saisi sa chance. Curiosité : il est arrière droit de formation mais c'est à l'arrière gauche qu'il s'est imposé. " En fait, cela date de ma période à Castilla, l'équipe filiale du Real ", explique-t-il. " Les deux arrières gauches étaient blessés et, en septembre, l'entraîneur Michel m'a confié ce rôle qui m'était totalement inconnu. Lorsque le Real se retrouva également en panne d'arrière gauche, j'ai été appelé chez les grands. J'ai la chance d'être polyvalent : je peux jouer à gauche, à droite ou au centre ". Pour Miguel Torres, il n'y a aucun doute : le Real sera champion. " On démontre chaque semaine qu'on forme un bloc solide et homogène. On ne doit rien à personne. Si on est là, c'est grâce à nos mérites propres, pas aux hésitations de Séville et de Barcelone. Cela dit : c'est très bien de vouloir courir trois ou quatre lièvres à la fois, mais au bout du compte, on paie la note. Avec le Real, on ne joue plus qu'un match par semaine et on est sans doute plus frais que nos rivaux ". LUIS ARAGONES a dévoilé sa présélection pour les deux rencontres de début juin, contre la Lettonie et le Liechtenstein. On note le retour de Joaquin et les grands débuts de RobertoSoldado, un jeune attaquant qui était barré au Real Madrid et qui explose cette saison à Osasuna. VALENCE a sans doute abandonné ses derniers espoirs de titre en s'inclinant à domicile dans le derby contre Villarreal, alors que le Real Madrid et le FC Barcelone l'emportaient. JAVIER PORTILLO (ex-CL . Bruges) n'aura pas réussi son retour en Espagne. L'ex-Brugeois et Gimnastic sont mathématiquement relégués en D2. ROBERTO CARLOS, qui arrive en fin de contrat au Real Madrid et que tout le monde - y compris lui-même - voyait déjà sur le départ, serait finalement tout prêt à rester au stade Santiago Bernabeu. Christopher Metzelder rejoindra bien le Real la saison prochaine : c'est le coach de Dortmund, Thomas Doll, qui l'a annoncé. KAKA aimerait jouer au Real Madrid. C'est du moins ce qu'affirme son copain Robinho. De là à ce que l'AC Milan laisse partir son joyau brésilien, il y a de la marge. Et puis, Chelsea est également intéressé. IVAN DE LA PENA souhaite prolonger son contrat à l'Espanyol et y rester de nombreuses années encore. CESAR CRUCHAGA, le capitaine d'Osasuna, ne jouera plus cette saison : une blessure le retient le long de la touche. VICTOR MUNOZ est également dans le collimateur du président AugustoCesarLendoiro pour éventuellement succéder à JoaquinCaparros sur le banc du Deportivo. DANIEL DEVOS