Avec le FC Séville, Saragosse est l'autre révélation de la Liga. Le club doit beaucoup à ses Argentins : GabrielMilito, DiegoMilito, LeoPonzio, AndrésD'Alessandro et PabloAimar ont tous revêtu le maillot blanc. Cinq piliers qui prient la Vierge du Pilar (la patronne de la Ville) pour que ce beau parcours continue. Bien que l'équipe soit encore en pleine phase de construction, elle repose déjà sur des fondations solides, à la fois sur le plan financier ( Codesport) et sur le plan sportif. Il y a déjà un vrai fonds de jeu. " On est en avance sur le programme qui avait été défini ", reconnaît l'entraîneur ...

Avec le FC Séville, Saragosse est l'autre révélation de la Liga. Le club doit beaucoup à ses Argentins : GabrielMilito, DiegoMilito, LeoPonzio, AndrésD'Alessandro et PabloAimar ont tous revêtu le maillot blanc. Cinq piliers qui prient la Vierge du Pilar (la patronne de la Ville) pour que ce beau parcours continue. Bien que l'équipe soit encore en pleine phase de construction, elle repose déjà sur des fondations solides, à la fois sur le plan financier ( Codesport) et sur le plan sportif. Il y a déjà un vrai fonds de jeu. " On est en avance sur le programme qui avait été défini ", reconnaît l'entraîneur VictorFernandez. Les cinq Argentins ne sont pas les premiers venus. Tous sont, ou ont été, des internationaux A. Il y a aussi une vraie tradition de joueurs argentins à Saragosse. JorgeValdano avait été un précurseur. Dans les années 90, de la main de Victor Fernandez déjà, étaient arrivés DarioFranco, FernandoCaceres, JuanEsnaider, KilyGonzalez, GustavoLopez et Cie. " Les Argentins sont des joueurs très compétitifs ", explique Victor Fernandez. Ils ont à la fois beaucoup de caractère et une excellente technique. Ils s'adaptent plus facilement au football espagnol qu'à d'autres championnats ". " Ils ont très vite une grande maturité ", renchérit le directeur technique PedroHerrera. Ce sont des gens fiers qui travaillent énormément pour éviter l'humiliation d'un échec. Les joueurs brésiliens, en revanche, ont une mentalité différente ". S'ils font des efforts, l'Espagne le leur rend bien. " Chaque fois qu'un Argentin débarque, il est accueilli à bras ouverts ", témoigne Leo Ponzio. " L'adaptation est facile car nos cultures respectives sont fort similaires ". L'entente sur le terrain s'en ressent : " Je ne joue encore avec D'Alessandro et Aimar que depuis quelques mois, mais déjà, on se trouve les yeux fermés. Je n'ai pas besoin de regarder pour savoir que le ballon va me parvenir ", atteste Diego Milito. L'équipe nationale reste en point de mire. " Lorsqu'un Argentin joue à l'étranger, il se comporte toujours de manière à se faire remarquer par le sélectionneur national ", confie D'Alessandro. " Mais il y a tellement de bons joueurs en Argentine que c'est difficile d'être convoqué pour chaque match ", tempère Aimar. " Etre tous les cinq en même temps sous le maillot albiceleste serait formidable, presque incroyable ", conclut Diego Milito. GONZALO HIGUAIN (19 ans), le prodige franco-argentin de River Plate, a signé un contrat de six ans et demi (jusqu'en juin 2013) avec le Real Madrid, qu'il intègrera dès le 1er janvier. Le montant du transfert est de 13 millions d'euros. FERNANDO GAGO, la star de Boca Juniors, va également débarquer au stade Santiago Bernabeu durant le mercato. MauricoMacri, le président de l'autre grand club de Buenos Aires, s'est déplacé à Madrid le week-end passé pour finaliser le transfert. Celui-ci s'est réglé sur la base de 20 millions d'euros. JONATAS DOMINGOS, le joueur brésilien de l'Espanyol Barcelone, a appris l'enlèvement de son père JoséLourençodeSouza, chez lui à Fortaleza, juste avant le match contre l'Austria Vienne. Les ravisseurs lui ont simplement fait savoir qu'il était en bonne santé. JAVI MARTINEZ, jeune joueur de l'Athletic Bilbao, a inscrit les deux buts de la victoire 0-2 à La Corogne. Le club basque, mal en point jusqu'il y a quelques semaines, renaît sous la direction de Mané.MIGUEL ANGEL ANGULO, auteur d'un superbe but, a offert une victoire flattée à ses couleurs sur le terrain de Saragosse. Déjà victorieux 4-0 du Deportivo une semaine plus tôt, le club ché retrouve des couleurs. BARCELONE a perdu la finale de la Coupe du Monde des Clubs à Tokyo contre la formation brésilienne de l'Internacional Porto Alegre, dimanche passé. En demi-finales, les Catalans avaient battu les Mexicains d'America 4-0. D. DEVOS