Cette saison, on a découvert un nouveau Belge en Ligue des Champions, encore relativement inconnu du grand public. StijnWuytens (né le 8 octobre 1989) forme l'entrejeu du PSV Eindhoven avec le capitaine TimmySimons, qui lui sert de modèle.
...

Cette saison, on a découvert un nouveau Belge en Ligue des Champions, encore relativement inconnu du grand public. StijnWuytens (né le 8 octobre 1989) forme l'entrejeu du PSV Eindhoven avec le capitaine TimmySimons, qui lui sert de modèle. " Je lui ai toujours voué une grande admiration ", admet Stijn. " Pas seulement parce qu'il est capitaine, mais surtout pour la simplicité de son jeu. On le voit rarement commettre une erreur et il ne rechigne jamais à prêter main forte à sa défense. C'est très agréable d'évoluer à ses côtés. Au début, lorsque j'ai intégré l'équipe, j'étais tout à l'écoute des conseils qu'il pouvait me donner, mais aujourd'hui, on converse de tous les sujets comme deux équipiers à part entière. "Stijn est surtout un infiltreur. En surgissant de la deuxième ligne contre Marseille, le 22 octobre, il avait loupé deux occasions dites immanquables sur des centres venus de la droite. Mais au moins avait-il eu le mérite de se trouver à la réception. Interrogé sur la prestation du gamin, l'entraîneur HuubStevens ne s'était guère montré disert : " Stijn était l'un de mes 11 titulaires, et comme les dix autres, il a bien fait son boulot. " Point barre. Stijn, qui a débuté au RC Genk mais a rejoint le PSV dès l'âge de 11 ans, a un frère cadet, Dries (17 ans), qui joue aussi dans les équipes d'âge du club d'Eindhoven. Un troisième Wuytens évolue aux Pays-Bas : Jan (23 ans) défend les couleurs de Heracles Almelo mais il n'est qu'un cousin (leurs pères respectifs étaient frères). " A 11 ans, il fallait du courage pour partir à Eindhoven et suivre le rythme ", se souvient Stijn. " Tous les jours, il fallait se lever à 6 h 15 et prendre rapidement son petit déjeuner, car le bus de ramassage scolaire venait nous chercher à 7 heures. A 14 heures, les cours se terminaient et on était conduits au centre d'entraînement du PSV. Le bus nous ramenait à la maison vers 19 heures. Le samedi, il y avait le match, mais le reste du week-end se passait presque exclusivement à dormir. "Jean- FrançoisdeSart avait convoqué Wuytens pour les deux derniers rendez-vous des Espoirs, en septembre dernier. Légèrement blessé, il avait dû déclarer forfait pour le premier match en Slovaquie mais il avait affronté les Chypriotes à Mons. " A partir du moment où un joueur est titulaire avec le PSV en Ligue des Champions, je trouve logique qu'il entre en considération pour une convocation en Espoirs ", justifie de Sart. " J'avais déjà eu de bons échos à son sujet lorsqu'il évoluait en -19 ans, mais c'était la première fois qu'il intégrait mon groupe. Avec seulement deux entraînements et un match, c'est difficile de se faire une opinion définitive. Je l'avais aligné au milieu défensif. Sans briller de mille éclats, il s'était bien débrouillé. Ce qui m'a impressionné chez lui, c'est la qualité de sa passe. On voit qu'il a été formé aux Pays-Bas : cela fuse directement et c'est précis. Il a aussi un gros abattage : il court tout le temps. "" Stijn a effectivement participé au tournoi de qualification pour le Championnat d'Europe des -19 ans, il y a un peu plus d'un an ", confirme MarcVanGeersom, l'entraîneur de la catégorie. " La figure-clef de cette équipe était AxelWitsel, mais on a hélas été éliminé dans un groupe qui comprenait la Roumanie, l'Angleterre et l'Islande. Stijn est un milieu de terrain complet. Il £uvre à la récupération, mais brille par ses infiltrations. Le ballon lui colle aux pieds. Il s'est révélé sur le tard : avant les -19 ans, il n'avait jamais été appelé dans les sélections de jeunes. " Les Belges sont-ils aveugles ? " Au PSV, on a décelé très tôt que ce gamin avait d'immenses qualités ", assure EdwardSturing, le responsable du centre de formation d'Eindhoven. " Aussi bien techniquement que mentalement, on voyait qu'il avait l'étoffe d'un futur grand. C'est, effectivement, un milieu de terrain très complet. Il défend, mais est aussi très présent dans les 16 mètres. Il est attiré par le but adverse. Ces deux phases dont vous me parlez, lorsqu'il a loupé deux occasions quatre étoiles contre Marseille, sont caractéristiques de son jeu. Il ne les a pas concrétisées, mais comme vous le dites : il avait le mérite d'être présent. Or, il venait de très loin. C'est un véritable marathonien. Au PSV, il évolue à gauche de Simons dans l'entrejeu, mais il est plus offensif. Je pense que la Belgique tient en lui un futur Diable Rouge de grande qualité. " par daniel devos