PHOTOS 1 et 2 Le hors-jeu actif ou pas en avant

Notre photo 1 montre un médian de Lokeren (cercle jaune) qui attaque vers la gauche et qui est en possession de balle. Il n'est malheureusement pas assez vite pressé et il montre son intention de jouer la profondeur vers son flanc droit. Léonard (flèche bleue) en retard d'alignement collectif, décide, mais dans un deuxième temps, de faire le pas en avant pour placer son opposant direct en position illicite juste avant la transmission.
...

Notre photo 1 montre un médian de Lokeren (cercle jaune) qui attaque vers la gauche et qui est en possession de balle. Il n'est malheureusement pas assez vite pressé et il montre son intention de jouer la profondeur vers son flanc droit. Léonard (flèche bleue) en retard d'alignement collectif, décide, mais dans un deuxième temps, de faire le pas en avant pour placer son opposant direct en position illicite juste avant la transmission. Au moment de la passe (photo 2), EricDeflandre, aussi en retard par rapport à ses 3 coéquipiers, a tout juste le temps d'encore les accompagner pour faire fonctionner le piège ! Faire le pas en avant pour mettre un adversaire direct hors-jeu est ce que nous appelons le hors-jeu actif. Finalement pas trop mal préparé dans ce cas, car seuls les deux défenseurs latéraux devaient encore s'aligner. Notre cliché 3 montre qu'avec une défense en zone, basée sur une dernière ligne à plat de 4, voire de 3 défenseurs, une telle conception s'avère dangereuse. L'attaquant (cercle jaune) n'est pas hors-jeu ! Une synchronisation à 3 ou 4 joueurs présente quasiment toujours quelques défauts. Le troisième ou/et le quatrième joueur sont presque toujours en retard de quelques dixièmes de seconde, c'est-à-dire le temps d'une réaction physique normale. Nous ne sommes donc pas favorables à un hors-jeu actif lorsqu'on joue en zone avec une défense en ligne. Ce problème ne se posait pas quand on jouait anciennement avec un libéro car il décidait seul de faire le pas en avant sans que d'autres ne doivent réagir et s'aligner. A notre avis, le piège du hors-jeu actif ne peut être actionné aujourd'hui que si le dernier barrage n'est constitué qu'au maximum de 2 joueurs et que soit il n'y a plus d'organisation, soit il y a infériorité numérique. Remonter, serrer le jeu et refouler le danger le plus loin possible du but à défendre est un principe incontournable. Mais il ne faut pas qu'il y ait des défenseurs en retard. Ce qui arrive assez souvent pour les hommes aux poteaux lors des coups de coin. La photo 4 illustre ce fait. La remontée est trop précipitée et non synchronisée puisque le défenseur qui se trouvait au premier montant annule par son retard (cercle jaune), somme toute assez logique, le piège tendu. Cette dernière photo montre qu'une remontée assez profonde avec activation d'un hors-jeu éventuel suite à un coup de coin ou coup franc latéral ne peut se faire que s'il y a un bloc et donc un pressing sur le récupérateur du ballon adverse (cercle jaune). Ici une simple transversale pour un adversaire plongeant de la deuxième ligne engendre une occasion de but. Un bloc-équipe compact avec une arrière-garde en ligne qui ne recule pas, c'est de la zone et ça débouche souvent sur du hors-jeu passif. Tendre le piège du hors-jeu actif nous semble contraire à l'esprit de cette conception de jeu... sauf en situation urgente !par Frans Masson