Vous vous êtes mariés après six ans de fiançailles.
...

Vous vous êtes mariés après six ans de fiançailles.Marco Casto (29 ans): Nous avons fait ça dans les règles. C'était important pour nous, sans que nous soyions vieux jeu. On dit qu'il faut essayer avant de se marier mais nous étions sûrs de nous. De fait, à part les petits problèmes quotidiens que tout le monde connaît, nous formons un couple très uni. Nous n'avions pas besoin de cohabiter pour nous connaître. Vous avez beaucoup de points communs?Nous avons la même conception de la vie en général, comme des loisirs: cinéma, musique...(même si Sandra prétend que là, j'ai des goûts bizarres). Je ne suis pas difficile, de la chanson française au metal et au hard rock, mais je déteste ce qui est trop bruyant comme la house, la techno. Sandra préfère le classique français: Aznavour, Piaf, Brel. Depuis notre mariage, Sandra et moi avons assisté à deux concerts de U2. Le cinéma, c'est en fonction des affiches et des acteurs: De Niro, Bruce Willis, Mel Gibson, Harrison Ford, les grandes pointures américaines. Science fiction, thrillers. Nous apprécions aussi les comédies françaises: "La vérité si je mens", "La cité de la peur"..Vous avez travaillé dans votre maison?Elle a deux ans. Le père de Sandra y a beaucoup travaillé. J'apprends mais je ne suis pas hyperdoué. Nous avons eu le coup de foudre pour cette maison. Elle est moderne et nous sommes ainsi entre nos deux familles.Vous avez une petite fille de deux ans et demi. Quel genre de parents êtes-vous?On se vaut, pour la sévérité. Si un de nous la gronde, l'autre se tait. Il ne faut pas se contredire. Nous lui inculquons la politesse, les valeurs classiques, nous esayons de modérer ses caprices. Je n'aime pas ça chez les enfants des autres, donc. Laora a vite parlé et est devenue indépendante très tôt. Elle cherche sans cesse ses limites et il lui arrive de les rencontrer.Une famille qui s'agrandit, un chat, un grand chien...Nous avons toujours eu des animaux. Le chien et le chat s'entendent bien. Zonan est gentil, y compris avec Laora, mais il n'arrête pas de creuser et de fuguer. Et je dois parfois faire le tour du voisinage en auto. Eh oui... Il y a des vaches, là-derrière, et Zonan va les ennuyer. Heureusement, le fermier est chouette. Il en rit! Il ne peut pas venir dans le salon mais il essaie. Laurent Wuillot et Olivier Suray le gâtent trop quand ils viennent. Il faut toujours qu'ils l'appellent. D'ailleurs, quand je rends visite à Olivier sans le chien, il me demande où il est!Vous avez des hobbies?La cuisine. Des pâtes, beaucoup de cuisine italienne, mais aussi des plats de poissons. Sandra et moi aimons faire les sauces. Le premier qui arrive s'en charge et on se chamaille. Par contre, Sandra s'occupe de la cuisson car je ne suis pas sûr de moi. J'estime normal de l'aider dans la maison. La petite, la maison plus le dîner, c'est beaucoup. Retrousser ses manches ne constitue pas une tare! En plus, ça me détend. Je joue beaucoup avec Laora, évidemment.Et il y a l'archéologie.Ça m'a toujours passionné. En sixième primaire, pour la Noël, nous avions le choix entre deux livres: la faune et la flore ou la préhistoire. J'ai choisi ce volume-là. L'Egypte ancienne me fascine particulièrtement. Il faudra que nous allions voir les pyramides et tout ça. Jusqu'à présent, notre seul voyage exotique, c'est le Mexique mais nous n'avons pu le visiter car j'ai eu la varicelle quinze jours avant et j'ai dû me reposer! J'aore regarder des documentaires et tout ce qui est découvertes.L'amitié est très importante?Nous avons aussi des amis en-dehors du football. Nous retraçons l'actualité, belge et mondiale. Ce sont de vrais amis. Les gens qui sympathisent pour demander des cartes d'entrées un mois après, c'est hors de question. Je suis presque intransigeant, oui... Nous avons vu le deuxième avion se crasher dans la tour en direct. Nous avons été sciés. L'évolution de la situation nous effraie aussi. Des innocents sont victimes, des deux côtés.Vous n'avez pas l'air d'une femme malheureuse...Sandra Ternullo (29 ans): Et vous voyez que Laora n'a vraiment pas peur de son père! Il est d'ailleurs plus patient que moi avec elle. Marco est tout sauf un macho. Quand je n'en ai pas envie, il cuisine, il passe l'aspirateur. La seule chose que je n'aime pas et qu'il ne fait pas non plus, c'est repasser! Pendant mes grossesses, il est encore plus attentionné. Pourtant, avant notre mariage, ma belle-mère m'avait mise en garde: à la maison, il ne faisait rien. Mais dès notre mariage, il m'a aidée, spontanément. Je n'aurais pas supporté un pacha car ma mère a toujours travaillé et elle est indépendante. Suite à son exclusion, on ne vous a pas importunée?Des gens m'ont demandé si ce n'était pas trop difficile à la maison? J'en ris! Marco aussi car on lui fait une réputation qu'il ne mérite pas. C'était sa première carte rouge en dix ans. Moi, je ris car je l'imagine rentrant et me boxant parce qu'il est frustré... Marco dit ce qu'il pense, il est explosif mais il est très gentil. Ces gens se réfèrent à un incident, survenu sur un terrain. S'ils ne veulent pas comprendre, tant pis pour eux.Vous dialoguez beaucoup.Oui, souvent à la cuisine, d'ailleurs. Nous y vivons beaucoup. La télévision nuit au dialogue. En cuisinant, nous bavardons. Pendant ses navettes, il me téléphone déjà. Nous discutons de nos soucis. C'est mieux car si un partenaire est tendu, l'autre le sent et peut se croire visé. J'aime savoir ce qui s'est passé.Pourquoi avez-vous appelé votre fille Laora?Nous aimions Laura mais pas la façon dont on le prononce en Belgique. En l'écrivant ainsi, on oblige les gens à le prononcer comme nous le voulons.Elle aura bientôt de la compagnie...Je suis enceinte de cinq mois. Nous ne connaissons pas encore le sexe de l'enfant car il est mal placé mais au fond, c'est surtout pour des raisons pratiques que nous nous le demandons. Nous en voulons deux, peut-être trois.Vous avez arrêté de travailler?J'étais employée au service informatique de l'hôtel de Ville de Mouscron. J'ai continué quelques mois après la naissance de Laora. Avant notre mariage, j'étais responsable d'un des magasins de M. Gaone à La Louvière. L'ambiance était excellente, à Mouscron, et je reste d'ailleurs en contact avec mes anciens collègues. J'ai appris beaucoup de choses. Nous avons mis Laora à la crèche à cinq mois. Je m'imaginais arrêter de travailler mais nous devions nous lever à six heures. Marco ne supportait pas de la voir si tôt à la crèche. Et moi, j'ai pleuré pendant tout le trajet, la première fois! Il ne se serait jamais permis de me dire: -Tu arrêtes. Je suis heureuse d'en avoir pris la décision. La pauvre devait se lever tôt alors qu'elle passait ses nuits et elle progresse plus vite ici qu'à la crèche. Elle y va deux jours par semaine, parce qu'elle aime bien. Vous avez été sportive?Je n'avais qu'à ouvrir la bouche: si mon père estimait que c'était bien, il acceptait. J'ai fait de l'équitation, de la natation, de l'athlétisme, du volley. Puis mon père s'est énervé car mes résultats scolaires n'étaient pas brillants. L'équitation était mon sport préféré mais je ne pouvais pas combiner les deux. Je voudrais que mes enfants fassent du sport. Reste à savoir comment s'y prendre pour les pousser sans les dégoûter. Ce n'est pas évident. En tout cas, Laora va bientôt aller à la piscine. Mieux vaut savoir nager et ça lui permettra de se défouler!Vous aimez le football, aussi!J'ai suivi Marco et je suis devenue férue de football, à mon étonnement. Je connais même les joueurs des clubs étrangers, je lis Sport/Foot Magazine, plus que Marco, même. Je me mêle aux discussions sur le foot et je ne dois pas dire de bêtises, sinon Marco me le ferait comprendre! Ce n'est pas un sujet réservé aux hommes. J'aime les matches engagés. Je suis surtout Marco et les joueurs que je connais. J'avoue ne pas comprendre une règle: le hors-jeu! Quels sont vos loisirs?La lecture, ce qui énerve Marco. Parfois, je lis même dans la voiture. Alors, il me dit: -Tu n'es pas ministre! J'aime Mary Higgins Clark, Stephen King. J'ai aussi lu la série des Rois de France. Il m'arrive de lire deux livres en même temps. Pascale Piérard.