Après sept journées, une seule équipe n'avait pas pris un point en déplacement : Naples, qui n'avait plus encaissé quatre défaites d'affilée à l'extérieur depuis 26 ans. Que Naples souffre loin du San Paolo, ce n'est pas une nouveauté. Son dernier succès à l'extérieur remonte au 26 octobre 2008 lorsqu'il est allé s'imposer à la Lazio. Depuis lors, les Napolitains ont collectionné trois nuls et 15 revers. Des chiffres qui ont fait perdre son calme à AurelioDe Laurentiis, qui après l'échec contre Rome le 4 octobre, a lancé : " Je change tout. "
...

Après sept journées, une seule équipe n'avait pas pris un point en déplacement : Naples, qui n'avait plus encaissé quatre défaites d'affilée à l'extérieur depuis 26 ans. Que Naples souffre loin du San Paolo, ce n'est pas une nouveauté. Son dernier succès à l'extérieur remonte au 26 octobre 2008 lorsqu'il est allé s'imposer à la Lazio. Depuis lors, les Napolitains ont collectionné trois nuls et 15 revers. Des chiffres qui ont fait perdre son calme à AurelioDe Laurentiis, qui après l'échec contre Rome le 4 octobre, a lancé : " Je change tout. " Et le président a tenu parole. Le lendemain, il écrivait l'épitaphe de Roberto Donadoni. Une semaine plus tôt, après la difficile victoire contre Sienne (2-1), De Laurentiis avait déjà déclaré : " Si c'était à refaire, je ne reprendrais pas Donadoni ". En revanche, le départ de Pierpaolo Marino, le directeur sportif, ne semblait pas dans l'air même si en cinq ans de collaboration, il y avait eu quelques petites frictions à propos des transferts notamment cet été lorsque le président insista pour garder la moitié de la propriété de DanieleMannini. On peut penser que De Laurentiis et son directeur sportif n'étaient pas d'accord sur le nouveau coach. Car le nom de Walter Mazzarri circulait avec insistance après la défaite à l'Inter, où Naples avait encaissé trois buts en 29 minutes. En 1998-1999, l'entraîneur toscan était adjoint de Renzo Ullivieri à Naples mais depuis il a collectionné les bons résultats pendant trois saisons avec la Reggina et à la Sampdoria. Mazzarri, qui percevra un salaire annuel d'1,5 million, a donc commencé son bail de deux ans par une victoire contre Bologne. Face à cet adversaire modeste, il a remodelé son dispositif tactique afin de donner plus de sérénité à une défense qui, avec 13 buts encaissés, était la plus battue du championnat. Le coach est resté fidèle au 3-5-2 qu'il applique depuis qu'il a commencé sa carrière en D4. Il a placé Campagnaro au centre du trio défensif et aligné Maggio et Aronica sur les flancs de l'entrejeu. Mazzarri les avait déjà eus sous ses ordres et il est conscient qu'ils sont moins forts physiquement mais qu'ils manient mieux le ballon et sont plus performants dans les duels aériens. Par contre, ce n'est pas contre Bologne qu'il a pu avoir ses apaisements quant à la condition athlétique de certains joueurs qui, jusqu'ici, ont donné l'impression de ne pas pouvoir tenir 90 minutes. OGUCHI ONYEWU, le défenseur de Milan, s'est déchiré le tendon rotulien du genou gauche lors du match de Coupe du Monde avec les Etats-Unis. Les médecins du club prévoient une revalidation de trois à quatre mois. Les débuts milanisti de l'ex-Standardman sont difficiles : il n'a joué qu'une demi-heure lors des dix matches à enjeu de son équipe. MAREK JANKULOWSKI, (33 ans), le défenseur de Milan, a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale. L'arrière compte 68 sélections avec la Tchéquie. HOUSSINE KHARJA, le milieu de Genoa, devra être opéré d'une lésion aux ligaments croisés du genou gauche. Le retour du Marocain est prévu dans six mois. ADRIAN MUTU, l'attaquant de la Fiorentina, a confirmé que Fenerbahçe lui avait proposé un contrat dont la durée n'a pas été précisée mais avec un salaire annuel de 5 millions. GIAMPAOLO PAZZINI, l'attaquant de la Sampdoria, n'a pas de chance : frappé au visage par Muslera (Lazio), il a été transporté à l'hôpital où l'on a diagnostiqué une fracture du nez. Et dire que l'arbitre n'a même pas accordé le penalty grand comme une maison. JEAN-FRANÇOIS GILLET a joué un rôle important dans la victoire de Bari à Cagliari. Monté au jeu à la 66e alors que Bologne menait à la marque, Gaby Mudingayi n'a rien pu faire contre Naples. Quant à son entraîneur, Papadopulo, il se plaint " d'un acharnement contre sa personne ". Cela sent le roussi... NELSON RIVAS, le défenseur de Livourne, s'est écroulé et a perdu connaissance quelques minutes après avoir heurté le sol avec la tête. Le Colombien a passé des examens qui n'ont décelé aucune lésion. NICOLAS RIBAUDO