Filip Antoine De Graeve et l'Antwerp auraient conclu un accord de principe sur la reprise du club de Division Deux depuis quelques mois. Selon la Gazet van Antwerpen, De Graeve représente le holding d'investissement Mantra Group, dont le siège se trouve à Singapour. Le groupe est spécialisé dans le pétrole et le sucre. Le coût de la reprise s'élèverait à 10 millions d'euros. L'Antwerp ne dément rien mais insistait encore, le week-end dernier, sur le fait qu'il n'avait pas encore vu le moindre euro.
...

Filip Antoine De Graeve et l'Antwerp auraient conclu un accord de principe sur la reprise du club de Division Deux depuis quelques mois. Selon la Gazet van Antwerpen, De Graeve représente le holding d'investissement Mantra Group, dont le siège se trouve à Singapour. Le groupe est spécialisé dans le pétrole et le sucre. Le coût de la reprise s'élèverait à 10 millions d'euros. L'Antwerp ne dément rien mais insistait encore, le week-end dernier, sur le fait qu'il n'avait pas encore vu le moindre euro. De Graeve a grandi à Deurne. Sa carrière foudroyante débute dans les loges de l'Antwerp. Il y a un job d'étudiant. Le jour des matches, il s'occupe de l'accueil des invités dans les business seats. Arthur Philips, le directeur général de Cipal, une intercommunale d'informatique également sponsor de l'Antwerp, lui offre son premier boulot. En septembre 2001, la Flandre l'engage comme directeur de projet e-government. Le ministre président Patrick Dewael est son patron mais quand un autre libéral, Bart Somers, lui succède, il limoge de Graeve sur le champ. La scène remonte à juillet 2003. Quatre mois auparavant, la Justice avait ouvert une enquête contre de Graeve et deux comparses pour trafic de femmes. L'un des deux est un ancien collègue de Cipal. Le troisième est un patron de café du Brabant flamand, qui a des contacts avec le milieu de la prostitution. L'enquête de la cellule Traite d'Êtres humains et Moeurs de Turnhout révèle que le trio était en train de mettre sur pied un réseau de prostituées pour des clients haut placés. Le collaborateur de Cipal les aurait fait venir de Moldavie. Selon l'enquête, De Graeve est le financier du réseau mais l'origine de ses fonds n'est pas clairement établie. Malgré les aveux de l'employé de Cipal, le tribunal correctionnel de Turnhout décidait, en septembre 2007, de prononcer un non-lieu pour vice de procédure. Le Centre pour l'Égalité des Chances et la Lutte contre le Racisme allait se pourvoir en appel et un an plus tard la Cour d'Appel d'Anvers déclara le trio coupable sur toute la ligne. De Graeve et le patron de café furent condamnés à un an de prison, l'employé de Cipal à un an et demi, tous avec sursis. Les trois hommes furent également déchus de leurs droits civils pour une durée de cinq ans. Dans une interview avec la Gazet van Antwerpen, De Graeve, qui n'a que 39 ans, a annoncé la semaine dernière qu'Arthur Philips serait le nouveau CEO de l'Antwerp. Philips est pensionné de Cipal depuis 2010, au terme d'une carrière de trente ans. À Turnhout, on rit jaune en apprenant que De Graeve, condamné par la Justice, et Arthur Philips, sont sur le point de reprendre le plus ancien club de Belgique... JAN HAUSPIEL'enquête sur la traite d'êtres humains révèle que De Graeve était le financier du réseau.