La nouvelle saison a commencé pour la plupart des spécialistes des tours, avec quelques arrivées en côte. Jeudi, au Tour de San Luis, en Argentine, le peloton a grimpé 1.700 mètres. On est loin du temps où les grimpeurs pouvaient étendre leur trêve hivernale jusqu'en mars ou avril.
...

La nouvelle saison a commencé pour la plupart des spécialistes des tours, avec quelques arrivées en côte. Jeudi, au Tour de San Luis, en Argentine, le peloton a grimpé 1.700 mètres. On est loin du temps où les grimpeurs pouvaient étendre leur trêve hivernale jusqu'en mars ou avril. L'Argentine a deux ténors : Nairo Quintana et Joaquim Rodriguez. Les deux chèvres de montagne sont montées sur la deuxième et la troisième marche du podium à Paris mais font une croix sur cette édition-ci au profit du parcours spectaculaire du Giro. Le tronçon pavé du Tour, programmé à la cinquième étape, les effraie. Rodriguez a déjà figuré sur le podium des trois grands tours mais jamais sur la plus haute marche. Le Catalan de 35 ans veut prendre sa revanche sur le Giro 2012, qu'il n'aurait jamais dû perdre face à Ryder Hesjedal. Pourtant, Purito semble déjà condamné à jouer une fois encore les outsiders car Quintana, malgré son inexpérience, est le principal candidat à la victoire. En l'absence de Quintana et de Rodriguez, Jurgen Van den Broeck avance de deux places au classement général du Tour. Il a effectué son retour à la compétition en Argentine mais il a bien mis à profit sa longue absence, consécutive à sa chute au Tour. Il n'a négligé aucun détail pour progresser encore et encore. Inspiré par Sky, VDB a notamment requis les conseils d'un nutritionniste et a consacré encore plus d'attention à ses exercices de musculation et de stabilisation. Il est prêt à prendre sa revanche sur le destin. Alberto Contador, qui vise un troisième Tour, est également avide de revanche. Depuis le fameux steak contaminé, le Madrilène a perdu son aura d'invincibilité. Il n'est même pas monté sur le podium des deux derniers Tours. S'il ne retrouve pas ses jambes de grimpeur au printemps, El Pistolero ne sera pas considéré comme le principal rival de Chris Froome au départ du Tour. Le Sicilien Vincenzo Nibali, qui s'est échauffé en Argentine et connaît déjà l'identité de ses valets Astana en juillet, rêve de reprendre le rôle de Contador. Andy Schleck aussi aimerait recouvrer un peu de son aura. Après 2011, la poisse mais surtout le manque de sérieux ont coûté cher au Luxembourgeois, qui a été la cible de toutes les critiques. Si un coureur doit vouloir prendre sa revanche, c'est bien lui. Schleck va suivre le même programme que durant ses années de gloire, avec un premier pic de forme au moment des classiques ardennaises. Enfin, le troisième grand tour de l'année est également placé sous le signe des règlements de compte et de la revanche. Lors des dernières éditions de la Vuelta, Rodriguez et Alejandro Valverde n'ont pas fait mystère de leur animosité. Leur vieille rivalité a atteint les sommets au Mondial de Florence, où Valverde a préféré laisser le titre au Portugais Rui Costa qu'à son ancien valet. La prochaine Vuelta sera-t-elle le théâtre d'un nouveau clash entre les deux hommes ? En attendant, ils vont affûter leurs couteaux dans les classiques ardennaises. PAR BENEDICT VANCLOOSTER