Evidemment, la popularité auprès des fans se construit en bonne partie via les liens que l'on tisse avec eux tout autant qu'avec la faculté de marquer les esprits au bon moment. Son passage et ses adieux contre Anderlecht font que Lolo sera encore longtemps considéré comme un demi-dieu à Sclessin. " Et puis il a toujours été le porte-parole de l'équipe quand ça n'allait pas ", se rappelle avec bonheur Frédéric Miermans, supporter des Rouches et membre des Devils Fans Charneux 03'. " Il n'a jamais eu peur de se confronter aux supporters, il était toujours bien droit dans ses bottes. "
...

Evidemment, la popularité auprès des fans se construit en bonne partie via les liens que l'on tisse avec eux tout autant qu'avec la faculté de marquer les esprits au bon moment. Son passage et ses adieux contre Anderlecht font que Lolo sera encore longtemps considéré comme un demi-dieu à Sclessin. " Et puis il a toujours été le porte-parole de l'équipe quand ça n'allait pas ", se rappelle avec bonheur Frédéric Miermans, supporter des Rouches et membre des Devils Fans Charneux 03'. " Il n'a jamais eu peur de se confronter aux supporters, il était toujours bien droit dans ses bottes. " Et ce n'est pas son départ au Québec qui a fait chuter la disponibilité de Laurent auprès des fans. Après l'avoir rencontré en VIP après Belgique-Norvège de juin dernier, Nicola a recontacté Laurent Ciman sur Twitter pour lui dire qu'il allait passer ses vacances près de Québec. " Il nous a offert de belles places et on a pu le rencontrer après un match ", lâche le fan rouche. " On était les premiers Standardmen à venir à Montréal pour le voir, ça lui faisait quelque chose. Il a discuté normalement avec nous : " Comment s'est passé le voyage ? Vous faites quoi là après ? " puis a signé des autographes pendant de longues minutes aux supporters qui l'attendaient près de sa voiture. " Une grosse popularité que Laurent aurait déjà exploitée durant son époque liégeoise en demandant aux supporters de chanter au maximum son nom pour montrer son importance à la direction alors qu'il discute de la revalorisation de son contrat. L'adoration unanime des fans, Ciman a eu l'occasion de la tester dans tous ses clubs sauf à Bruges où une partie des supporters l'a pris en grippe. " Il faut dire que c'était simplement une catastrophe ", rappelle PeterVandenbempt. " Je me souviens d'ailleurs d'avoir titré un de mes articles "Le Prince Laurent du Club de Bruges". C'est vrai qu'il jouait à l'arrière droit et qu'il n'était pas évident de s'imposer à Bruges à ce moment-là, mais c'est également de sa faute. " Pourtant, à l'entraînement et lors de certains matches, son ex-coéquipier Karel Geraerts assure que ses qualités sautaient aux yeux. " Il avait une frappe, une vista et un tempérament qui en faisaient clairement un des meilleurs défenseurs du noyau. Déjà à Bruges, il avait les qualités nécessaires pour intégrer l'équipe nationale. Mais il a perdu confiance et il n'a jamais su montrer le meilleur de lui-même. " Ses passages réussis à Courtrai, au Standard et désormais à l'Impact ont pesé dans la balance pour un joueur désormais " accepté et respecté " au nord du pays, d'après Vandenbempt. Laurent Ciman ne fera peut-être jamais l'unanimité, mais son honnêteté et sa franchise couplées à son caractère de battant ont séduit une grosse partie du public belge en évitant de frustrer qui que ce soit. " Laurent n'a pas changé depuis son départ de Charleroi où les gens l'apprécient toujours autant en tant qu'enfant du pays ", garantit Thierry Siquet. " Et je pense même que s'il revenait un jour au Mambourg, il ne serait pas sifflé par les supporters du Standard. "