Cela ressemblait à une réunion de crise. La semaine dernière, pendant trois heures, la DFL, section professionnelle de la Fédération allemande, a évoqué ce qui n'avait pas fonctionné lors de la dernière Coupe du monde en Russie. Joachim Löw, le sélectionneur, et Oliver Bierhoff, le manager, ont dû expliquer aux dirigeants des différents clubs la succession d'erreurs commises...

Cela ressemblait à une réunion de crise. La semaine dernière, pendant trois heures, la DFL, section professionnelle de la Fédération allemande, a évoqué ce qui n'avait pas fonctionné lors de la dernière Coupe du monde en Russie. Joachim Löw, le sélectionneur, et Oliver Bierhoff, le manager, ont dû expliquer aux dirigeants des différents clubs la succession d'erreurs commises pendant le tournoi. Il semble que Löw se soit montré particulièrement ouvert. Il a fait son autocritique, notamment au sujet de sa tactique, axée sur la possession de balle. Cela a donné lieu à une discussion très engagée à l'issue de laquelle tout le monde a fait bloc pour renouveler la confiance placée en Löw et Bierhoff. Rudi Völler, le patron de Leverkusen qui s'exprimait au nom du groupe, a déclaré que Löw était l'homme qu'il fallait pour ce changement de cap. Les points faibles du football allemand ont également été mis en évidence. Löw a insisté sur le fait qu'il fallait former, dès les équipes d'âge, des spécialistes à certains postes et surveiller le niveau des entraîneurs dans tous les centres. Trop peu de jeunes U15, U17 et U19 arrivent en équipe première et ce constat n'est pas neuf. Löw en parlera dorénavant régulièrement avec les pontes de la DFL. Pour Joachim Löw, l'essentiel consistera à former un groupe homogène avant le début de la Ligue des Nations, le 6 septembre prochain à Munich, face à la France. À de nombreux points de vue, il repart de zéro pour former une équipe qui défend des valeurs collectives et au sein de laquelle les individualités ne sont pas mises en valeur comme ce fut le cas en Russie. L'élimination précoce en Coupe du monde n'a cependant pas exercé d'influence négative sur l'intérêt pour la Bundesliga. Un seul des 18 clubs qui ont entamé le championnat la semaine dernière a vendu moins d'abonnements que les années précédentes : le VfL Wolfsburg.