Retour du beau temps à la côte

Avec six matches contre des équipes ayant disputé les play-offs 1 au cours des neuf premières journées du championnat, il y avait avis de tempête sur la côte mais la surprise créée dès le premier match à Anderlecht (1-2) a boosté une équipe très affectée mentalement la saison dernière. A domicile, Ostende a méritoirement remporté ses matches face au Cercle et à Malines tandis qu'à Bruges et à Gand, il a longtemps opposé une résistance farouche avant de s'incliner. 10 sur 18, c'est seulement un point de plus que la saison dernière mais le sentiment est différent : cette fois, les joueurs semblent en confiance et se coachent mutuellement, le football proposé est meilleur et il y a de l'enthousiasme dans les tribunes.
...

Avec six matches contre des équipes ayant disputé les play-offs 1 au cours des neuf premières journées du championnat, il y avait avis de tempête sur la côte mais la surprise créée dès le premier match à Anderlecht (1-2) a boosté une équipe très affectée mentalement la saison dernière. A domicile, Ostende a méritoirement remporté ses matches face au Cercle et à Malines tandis qu'à Bruges et à Gand, il a longtemps opposé une résistance farouche avant de s'incliner. 10 sur 18, c'est seulement un point de plus que la saison dernière mais le sentiment est différent : cette fois, les joueurs semblent en confiance et se coachent mutuellement, le football proposé est meilleur et il y a de l'enthousiasme dans les tribunes. " La possession de balle, ce n'est pas important, il ne faut que vingt secondes pour inscrire un but ", dit souvent Trond Sollied, ex-équipier et entraîneur de Kare Ingebrigtsen qui, comme son compatriote, ne jure que par le 4-3-3 de leur maître commun, Nils Arne Eggen. Avec eux, les consignes ne sont pas nombreuses mais elles sont claires et permettent aux ailiers ( Fashion Sakala à gauche et Robbie D'Haese à droite) de jouer énormément à l'instinct. Ostende mise sur une reconversion rapide, des médians et des ailiers qui cherchent la profondeur et beaucoup de joueurs dans le rectangle adverse, ce qui lui permet de se créer des occasions à chaque match, même contre des équipes plus fortes. Sakala, qui n'avait scoré que trois fois la saison dernière, est un poison pour les défenses adverses. Contre Anderlecht et Malines, il a inscrit des buts importants. L'Albanais Sindrit Guri, le centre-avant, a inscrit deux buts face au Cercle (soit autant que sur l'ensemble de la saison dernière) avant d'être sacrifié au profit d' IdrissaSylla, qui conserve mieux le ballon. Les arrivées de Ronald Vargas et Renato Neto ont suscité des questions d'ordre médical. Le Vénézuélien a livré un très bon match à Anderlecht mais il s'est ensuite blessé au quadriceps tandis que le médian brésilien a joué un quart d'heure pour la première fois à Courtrai. Mais ce sont deux professionnels qui, avec Skúlason, font figure d'exemples pour les jeunes. L'apport des deux autres nouveaux, arrivés à la demande du T1, est assez limité jusqu'ici. AndrewHjulsager s'est blessé aux ischios dès la deuxième journée tandis que le défenseur central Yaya Sané, resté un an sans jouer, n'a pas encore été repris. Ante Palaversa - absent pour un mois - constitue le bon coup du mercato tandis que Nicolas Lombaerts a été renvoyé dans le noyau B. Ceux qui ont entamé le championnat sur le banc ne vont pas rigoler car, comme Sollied et Eggen, l'entraîneur norvégien n'aime pas changer son équipe, même pas après un ou deux matches moyen : ceux qui l'ont convaincu lors de la préparation ont beaucoup de crédit. D'Haese a été préféré à Fernando Canesin - qui voulait partir - et a raté le match à Gand en raison d'une blessure mais la semaine suivante, il a retrouvé sa place. Les réservistes doivent donc se montrer patients. Michiel Jonckheere a profité de la blessure de Hujlsager pour saisir sa chance dans le triangle offensif, Sakala a remplacé (momentanément ? ) et François Marquet a été appelé au jeu lorsque Palaversa s'est blessé face à Malines. Mais malgré ces changements, l'intention reste la même : former un bloc, se battre, chercher la profondeur et montrer que l'équipe en veut. IN Neto (KAA Gand), Skúlason (Sp. Lokeren), Vargas (Newcastle Jets, Aus), Palaversa (Manchester City, Eng), Sané (libre), Hjulsager (Celta Vigo, Esp), Sylla (SV Zulte Waregem). OUT Bushiri (Norwich City, Eng), De Sutter (Royal Knokke FC), Coopman (R Antwerp FC), Conté (PFC Beroe Stara Zagora, Bul). Après le match contre Malines, Kare Ingebrigtsen a admis qu'il était important pour l'équilibre de l'équipe. Ostende a gagné 2-1 mais le match avait failli basculer lorsque Ante Palaversa, qui gardait bien le ballon, avait quitté le terrain sur blessure après 25 minutes. Sous l'impulsion du médian défensif croate, Ostende pressait haut, dominait et se créait des occasions. Après son remplacement par Marquet, les Côtiers avaient perdu le contrôle, permettant à Malines de revenir dans le match. Nombreux étaient pourtant ceux qui se posaient des questions lorsque le club avait transféré ce jeune joueur de 19 ans, loué par Manchester City. Au début de l'année, les Citizens avaient payé six millions d'euros pour l'acheter à Hajduk Split et l'avaient aussitôt reloué à son club d'origine mais était-ce un médian défensif qui allait permettre à Ostende de pratiquer un beau football ? Après les rencontres de préparation et les premiers matches de championnat, on peut dire que oui. Ses débuts n'ont pourtant pas été faciles. On se disait qu'il avait peu de volume de course et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle il s'est retrouvé à Ostende. Ingebrigtsen a gardé de bons contacts avec City, où il a joué dans les années '90, et le club anglais l'avait fait revenir de Split un an plus tôt que prévu parce qu'il estimait qu'il progresserait plus rapidement dans le championnat de Belgique, plus fort que le championnat croate aux points de vue tactique et physique. Pour cela, il avait dû dédommager Hajduk. En Croatie, Palaversa n'avait pas joué beaucoup de matches au plus haut niveau : 30 en un an, pour être précis. Mais ses entraîneurs l'alignaient souvent comme médian offensif - à gauche ou dans l'axe- car il avait une bonne technique, était à l'aise balle au pied et lisait bien le jeu. Des atouts qu'il peut également exploiter dans un rôle plus défensif et auxquels il peut ajouter son placement et sa force dans les duels, permettant ainsi aux deux autres médians du triangle de jouer plus haut.