Où est le juste milieu?

Le début d'été a beau avoir été calme en annonces de transferts, le KVO peut sans doute s'avancer avec la certitude de ceux qui se sentent plus forts pour partir à l'abordage de cette nouvelle saison. Une sorte de juste milieu, après les exploits en surrégime de la saison 2020-2021 sous les ordres d'Alexander Blessin, puis une année de la confirmation longtemps passée sous la menace des dernières places. Pour ce troisième exercice sous pavillon américain, les Kustboys espèrent, comme une bonne partie des équipes de deuxième partie de tableau en cette année particulière avec trois descendants, assurer leur survie le plus rapidement possible avant d'éventuellement regarder vers le haut.
...

Le début d'été a beau avoir été calme en annonces de transferts, le KVO peut sans doute s'avancer avec la certitude de ceux qui se sentent plus forts pour partir à l'abordage de cette nouvelle saison. Une sorte de juste milieu, après les exploits en surrégime de la saison 2020-2021 sous les ordres d'Alexander Blessin, puis une année de la confirmation longtemps passée sous la menace des dernières places. Pour ce troisième exercice sous pavillon américain, les Kustboys espèrent, comme une bonne partie des équipes de deuxième partie de tableau en cette année particulière avec trois descendants, assurer leur survie le plus rapidement possible avant d'éventuellement regarder vers le haut. Malgré des investissements toujours légers dans le mercato et la blessure de longue durée du maître à jouer local Maxime D'Arpino, c'est avec un certain optimiste que Yves Vanderhaeghe peut passer en revue ses troupes. En défense, secteur le plus problématique de la saison écoulée, l'arrivée du chevronné Chypriote Fanos Katelaris doit éviter les avalanches de buts adverses, devant des perches toujours gardées par un Guillaume Hubert qui a pourtant été proche de rejoindre Charleroi, uniquement freiné par le prix important réclamé par ses dirigeants. Prolongé jusqu'en 2026, le jeune Anton Tanghe assure la dose de couleur locale dans une équipe toujours plus cosmopolite. Partout ailleurs, c'est par l'intermédiaire de Nancy que le KVO se renforce, un peu à retardement. Acquis la saison dernière, mais prêtés chez des Lorrains qui étaient frappés par une interdiction de transferts, Sieben Dewaele et Mickaël Biron arrivent sur la Reine des Plages au bout d'une année infernale, marquée par une relégation au troisième échelon du football français. Si l'ancien Anderlechtois pourrait profiter de la blessure de D'Arpino pour s'installer devant la défense, il devra néanmoins faire face à une concurrence plus conséquente qu'imaginé: l'ancien talent niçois Vincent Koziello est de retour de blessure, et luttera avec le meneur de jeu Kenny Rocha ou encore le dynamique Alfons Amade pour occuper la deuxième place dans le triangle du milieu de terrain, inévitablement complété par le prometteur Nick Bätzner. Quant à Biron, il intègre un secteur offensif qui a rarement semblé aussi étoffé chez les Côtiers ces dernières années. Parfois blessé, souvent écarté pour une implication jugée insuffisante, Makhtar Gueye reste une redoutable garantie de buts. Une valeur sûre que veut absolument devenir Thierry Ambrose, bloqué à sept réalisations pour sa première saison belge et unanimement considéré comme capable de faire mieux. Ajoutez encore le géant Marko Kvasina ou le très dynamique Tatsuhiro Sakamoto, et vous constaterez que les options sont multiples dans le chef de Vanderhaeghe pour animer son secteur offensif. Reste à trouver le bon équilibre en fonction des profils alignés dans les couloirs, qui peuvent aisément transformer un 3-5-2 en 5-3-2 selon les choix. Plus défensifs, Théo Ndicka et le jeune Manuel Osifo, très en vue lors de la préparation, pourraient céder leur place à Kyle Duncan et Alessandro Albanese quand les Kustboys peuvent se montrer plus entreprenants. Une réalité qu'on espère vivre le plus rapidement possible à la Côte, où quelques nouvelles têtes pourraient encore étoffer la panoplie de choix d'un coach qui souhaitera éviter ses récentes mésaventures à Gand, à Courtrai puis au Cercle: à chaque fois, Yves Vanderhaeghe avait dû quitter ses fonctions au beau milieu de la saison. Son équipe est-elle suffisamment armée pour lui éviter un sort semblable sur la Reine des Plages? La réponse est entre ses mains, et celles d'un Gauthier Ganaye qui pourrait encore animer le marché d'ici la fin de l'été.