L'énergie et des espoirs

Le vent a soufflé fort sur le noyau ostendais. Il a balayé une bonne partie des titulaires de la saison écoulée, qui s'étaient effondrés après un départ en trombe et n'ont finalement écarté le spectre de la relégation que grâce à l'arrêt de la compétition, qui les laissait deux points devant la lanterne rouge.
...

Le vent a soufflé fort sur le noyau ostendais. Il a balayé une bonne partie des titulaires de la saison écoulée, qui s'étaient effondrés après un départ en trombe et n'ont finalement écarté le spectre de la relégation que grâce à l'arrêt de la compétition, qui les laissait deux points devant la lanterne rouge. De cette aventure chamboulée par les vagues extra-sportives autour de la reprise longtemps incertaine du club, il ne reste que quelques joueurs. Les chevronnés Ari Skulason et Kevin Vandendriessche sont toujours à bord, tout comme le prometteur Jelle Bataille. Surtout, les nouveaux dirigeants du KVO sont pour l'instant parvenus à maintenir à la Côte le remuant Andrew Hjulsager, mais aussi le Zambien Fashion Sakala, joueur déterminant la saison dernière avec huit buts et trois passes décisives, et donc directement impliqué dans 38% des buts des Kustboys. Pour le reste, Ostende part d'une feuille blanche. Et pour esquisser les contours de leur nouveau projet, les repreneurs ont confié le stylo à Alexander Blessin, quarantenaire allemand qui a passé les huit dernières saisons dans le giron du football énergique et futuriste du Red Bull Leipzig, en tant qu'entraîneur de jeunes. De quoi coller parfaitement à l'identité footballistique que Pacific Media Group veut installer à la Côte : un gegenpressing spectaculaire, pratiqué par de jeunes joueurs passés sous le radar des grands clubs, détectés grâce aux datas et mis en vitrine pour briller et attirer de riches intérêts. Même si les discours des dirigeants en sont remplis, il semble rarement être question de data dans les premiers transferts du club. Aussi bien le défenseur central Frederik Jäkel que le milieu de terrain Nick Bätzner sont ainsi des connaissances plus ou moins directes du coach, tandis que le gardien Guillaume Hubert est une tête connue du championnat belge et que le défenseur central Arthur Theate est arrivé suite à un test. Par contre, l'attaquant Marko Kvasina et les Français Theo Ndicka et Maxime D'Arpino débarquent via des filières moins traditionnelles, tout comme le défenseur central écossais Jack Hendry, l'un des noms les plus ronflants d'un mercato joué à l'économie. Sur le terrain, le KVO semble se dessiner en 4-3-3, même si les sorties sont trop rares et le noyau encore trop incomplet pour tirer des conclusions. Hubert devrait être préféré à l'irrégulier Fabrice Ondoa dans les buts, tandis que les jeunes Theate, Ndicka et Anton Tanghe auront fort à faire pour se faire une place en défense parmi les Skulason, Hendry et Jäkel. À droite, Bataille est l'une des plus grandes promesses du club et semble avoir pris le dessus sur Brecht Capon. De retour d'une longue blessure à la cheville, Bätzner devrait rapidement écarter François Marquet au milieu, et s'installer aux côtés de D'Arpino et Vandendriessche, tandis que Sakala et Hjulsager ont plusieurs longueurs d'avance sur les jeunes Robbie D'Haese et Indy Boonen pour occuper les flancs et épauler Kvasina, concurrencé par un Makhtar Gueye tout juste débarqué à la Versluys Arena.