Le nouveau Rocky Bushiri

Suite au départ d' Arjan Swinkels, Rocky Bushiri est censé devenir le nouveau roc de la défense, aux côtés de Thibaut Peyre, le Français qui a complètement conquis le public malinois en 2019-2020. On attend de Bushiri qu'il apporte un surplus de vitesse à l'équipe, qu'il contribue à exercer un pressing plus haut. Vrancken a essayé de parvenir à ce résultat la saison dernière avec Sheldon Bateau, mais ça n'a pas fonctionné.
...

Suite au départ d' Arjan Swinkels, Rocky Bushiri est censé devenir le nouveau roc de la défense, aux côtés de Thibaut Peyre, le Français qui a complètement conquis le public malinois en 2019-2020. On attend de Bushiri qu'il apporte un surplus de vitesse à l'équipe, qu'il contribue à exercer un pressing plus haut. Vrancken a essayé de parvenir à ce résultat la saison dernière avec Sheldon Bateau, mais ça n'a pas fonctionné. Le contrat de Swinkels, âgé de 34 ans, n'a pas été prolongé parce que le staff le trouvait trop peu mobile, même si Vrancken aurait aimé le conserver pour ses qualités de leader. Malgré la barrière de la langue, ce Néerlandais formait un tandem efficace avec Peyre. On est curieux de voir si le nouveau duo central pourra rapidement trouver les bons automatismes. On ne doit en tout cas pas se tracasser avec Bushiri au niveau de la tchatche et de la personnalité. Ce Bruxellois bilingue a directement crevé l'écran quand il a commencé à s'exprimer à la télé. Bushiri a débuté à 18 ans avec Ostende, où il avait suivi une partie de sa formation. Quand il était international U19 avec Gert Verheyen sur le banc, il avait marqué les gens de Norwich City, qui l'avaient mis sous contrat, mais l'avaient directement prêté. Il a profité de la saison 2018-2019 avec Eupen pour montrer qu'il avait sans conteste le niveau de notre D1A. Et il avait clôturé cette belle campagne en étant repris dans le noyau des Espoirs de Johan Walem pour le Championnat d'Europe en Italie. La saison passée a été plus compliquée pour lui, avec des prêts à Blackpool (D3 anglaise) et à Saint-Trond. Les Trudonnaires auraient voulu le conserver, mais c'est finalement Malines qui a enlevé le morceau. Rien à voir avec le foot... Son prénom découle du film Rocky parce que son père en était un fan inconditionnel. Lui-même pratique régulièrement la boxe. Le plus souvent, c'est en compagnie de son frère, qui fait même de la compétition en boxe thaï.Il y a un an, nous avions parlé de Gaëtan Bosiers dans cette rubrique. Une erreur de jugement ! On pensait alors qu'à seize ans, Aster Vranckx était trop jeune et trop inexpérimenté pour déjà réussir quelque chose en 2019-2020. En plus, Bossiers avait fait une très bonne préparation. Le match à Anderlecht, lors de la troisième journée, a tout fait basculer. Vranckx est monté après une bonne demi-heure et il a aidé Malines, à dix pendant une mi-temps, à arracher un point. Le phénomène Aster Vranckx était né. Le gars est calme, il a une morphologie impressionnante pour son âge, il déborde d'énergie, s'infiltre remarquablement, il a du culot. Bref, il a tout ou presque. Vrancken n'a pas voulu le griller, mais il a quand même, au final, disputé neuf matches. Et plusieurs bons clubs européens s'intéressent à lui. Cette saison doit être celle de son éclosion définitive. En tout cas, le club n'a attiré aucun joueur pour le concurrencer directement.