Confirmer est plus difficile que surprendre

Malines a été la révélation de la saison passée, avec une sixième place inespérée pour un promu, un noyau quasi inchangé, si ce n'est la perte de personnalités comme Seth De Witte et Tim Matthys. Wouter Vrancken a alimenté la flamme. Malines a souvent surpris ses adversaires par son enthousiasme au premier tour. Il a aussi profité de l'efficacité de son compartiment offensif. Même après le forfait de Gustav Engvall, la révélation des premières semaines, Malines a poursuivi sur son élan, notamment grâce à un Igor De Camargo ressuscité, et au jeune Aster Vranckx, polyvalent dans l'entrejeu. A...

Malines a été la révélation de la saison passée, avec une sixième place inespérée pour un promu, un noyau quasi inchangé, si ce n'est la perte de personnalités comme Seth De Witte et Tim Matthys. Wouter Vrancken a alimenté la flamme. Malines a souvent surpris ses adversaires par son enthousiasme au premier tour. Il a aussi profité de l'efficacité de son compartiment offensif. Même après le forfait de Gustav Engvall, la révélation des premières semaines, Malines a poursuivi sur son élan, notamment grâce à un Igor De Camargo ressuscité, et au jeune Aster Vranckx, polyvalent dans l'entrejeu. Après la pause hivernale, le jeu a été moins fluide, mais l'organisation est restée intacte et un nouveau joyau, Issa Kabore (vendu à Man City, qui l'a prêté à Malines dans la foulée), a éclos. Le cadre est logiquement intact. Les contrats de Thibaut Peyre, Rob Schoofs et William Togui ont été reconduits, mais Arjan Swinkels, en fin de bail, est parti alors qu'il formait un duo complémentaire en défense avec Peyre. Il manquait d'agilité, mais c'était un meneur et un organisateur. Il est remplacé par Rocky Bushiri, jeune, fort, rapide, bon de la tête, doté d'une relance convenable. C'est un renfort, mais pour un an seulement, car Norwich prête l'international espoir belge sans option d'achat. En hiver, la dernière ligne sera renforcée par Victor Wernersson, un back gauche qui vient de Göteborg. Gaëtan Coucke est aussi un parfait concurrent pour Yannick Thoelen. Il est meilleur à la relance. Comme Thoelen, touché aux ligaments croisés, a loupé une partie de la préparation, Coucke va sans doute entamer la saison en numéro un. Jordi Vanlerberghe, loué la saison passée, a été transféré à titre définitif. Il peut évoluer dans l'axe comme dans l'entrejeu défensif, mais il devra se faire plus régulier s'il veut devenir titulaire, a déjà annoncé Vrancken. Il faut encore un joueur rapide dans le compartiment offensif. Vrancken compte sur Engvall, qui pourrait s'avérer le meilleur transfert malinois une fois remis d'un an de blessures, mais l'avant suédois n'a pas encore pu jouer franchement pendant la préparation. L'équipe a besoin de renforts offensifs, comme l'ont démontré les résultats décevants des matches amicaux. Sur les flancs, Nikola Storm et Onur Kaya sont des certitudes. En attaque, Vrancken a le choix entre le vif et travailleur Togui ou l'expérimenté De Camargo, en fonction de l'adversaire. Joachim Van Damme est sûr de sa place dans l'entrejeu. Vranckx, Rob Schoofs (promu vice-capitaine), Geoffry Hairemans et Vanlerberghe se disputeront une place à ses côtés. Clément Tainmont, joker, pouvait partir et le club doit le remplacer, peut-être par un des jeunes qui ont été promus dans le noyau A : Niklo Dailly (le fils du président du RWDM, Thierry Dailly) et Dylan Dassy sur les ailes, ou Bas Van den Eynde, qui a séduit au six pendant la préparation.