Courtrai a opéré un ultime transfert dans la dernière semaine du mercato, à la demande de Yannis Anastasiou : Jérémy Perbet, un avant supplémentaire. Avec en plus Teddy Chevalier et Pylyp Budkivskyi, le nouvel entraîneur possède trois types différents d'avant-centres. Le premier a le sens du but, le deuxième est souple, explosif et le troisième est un travailleur d'1m96. Les deux nouveaux attaquants, Budkivskyi (Shakhtar Donetsk) et Perbet (Club Bruges), sont loués. Jusqu'à présent, Anastasiou a procédé avec deux avants. Pour le second poste, il a déjà employé Hervé Kage, Idir Ouali et Christophe Lepoint, soit trois types différents. Avec six joueurs et beaucoup de combinaisons possibles, Anastasiou dispose d'un vaste choix en attaque.

L'arrivée de Perbet est la cinquième depuis le début du championnat, après un médian et trois défenseurs. Avant la parenthèse internationale, la dernière ligne ne comportait qu'un élément déjà présent la saison précédente : le défenseur axial Vladimir Kovacevic, associé au transfert Bennard Kumordzi. À droite, Anthony Van Loo reçoit deux concurrents : le chevronné GaryKagelmacher, qui peut aussi jouer dans l'axe, et le jeune et explosif international algérien Youcef Attal. Après Bryan Verboom, Courtrai a engagé Yevgen Makarenko, qui a joué en Ligue des Champions avec le Dynamo Kiev et est également arrière gauche. Si l'équipe n'a encore encaissé que cinq buts, le mérite en revient à Thomas Kaminski, qui est toutefois confronté à la concurrence d'un nouveau gardien, Sébastien Bruzzese.

Pour l'entrejeu, Courtrai, qui avait déjà engagé Lepoint et Aboul Ajagun, a encore transféré Larry Azouni, un international tunisien de Nîmes. Et le puissant Elohim Rolland a réintégré le noyau A. Avec d'autres valeurs sûres, comme Hannes Van Der Bruggen, Jovan Stojanovic, Kristof D'Haene, Stijn De Smet et Lukas Van Eenoo, Anastasiou possède suffisamment de solutions pour varier son jeu.

Courtrai semble bien armé pour vivre une saison régulière et paisible.

LES RENFORTS YANNIS ANASTASIOU

Avec ses deux assistants attitrés, le nouvel entraîneur a immédiatement placé son sceau. Il a opté pour un autre football, dans une structure modifiée. Il place des accents différents dans son 4-4-2 avec un losange médian et une construction soignée, un bon jeu de position et un passing propre. Sa tactique est symbolisée par l'occupation devant la défense : le seul Hannes Van Der Bruggen, qui est en fait un médian au tempérament offensif. " Nous n'allons pas nous contenter de nous battre ", a déclaré Yannis Anastasiou : " Nous voulons aussi jouer. " Il tient parole.

KARIM BELHOCINE

Fait marquant de ce nouveau Courtrai, l'entraîneur écarté la saison passée - qui dispose d'un contrat - est resté et occupe même un poste plus élevé que son successeur : celui de manager sportif. Ancien joueur, ancien capitaine, ancien T2 et T1 du club, Karim Belhocine, qui suit les cours de la Pro License, est maintenant le conseiller sportif du manager général, Matthias Leterme.

CHRISTOPHE LEPOINT

Il illustre la nouvelle tactique du club dans ses transferts : cette fois, Courtrai a opté pour la sécurité en enrôlant des joueurs qui connaissent le championnat, comme Bennard Kumordzi, Bryan Verboom, Sébastien Bruzzese, Gary Kagelmacher et Jérémy Perbet. En plus, ils sont tous animés d'un certain esprit de revanche. Christophe Lepoint a déjà montré sa valeur en marquant un but, assorti de trois assists, mais aussi grâce à sa polyvalence. Il a déjà évolué au huit, au dix et comme second avant, tout en étant encore capable de jouer aux six et au trois.

ELOHIM ROLLAND

Pendant la préparation, il s'est senti visé par le coach et a voulu partir. Il s'est entraîné avec le noyau B, a conclu un accord personnel avec Dijon, mais le club français a refusé de payer la somme demandée, un million et demi. Il a réintégré le noyau A mercredi. La saison passée, dans un noyau mal équilibré sur le plan des caractères, son explosivité lui a valu le qualificatif de garçon difficile mais il est avant tout un bon footballeur qui peut apporter de l'équilibre à la ligne médiane, un peu légère, en terme de puissance.

JÉRÉMY PERBET

Si Anastasiou a demandé un avant supplémentaire, c'est surtout parce que son équipe trouvait difficilement le chemin des filets : cinq fois en autant de matches. Un seul but a été marqué par un avant, Teddy Chevalier, les autres venant des pieds des médians Jovan Stojanovic (3) et Christophe Lepoint (1). Jérémy Perbet a été sacré meilleur buteur de la Jupiler Pro League à deux reprises, en 2012 avec 25 roses sous le maillot de Mons et en 2016 au SC Charleroi avec 24 goals : il constitue donc une garantie de buts.

LES BUTEURS

Jovan Stojanovic 2

Teddy Chevalier 1

Christophe Lepoint 1

OUT

Papazoglou (Aalesunds, Nor), Lallemand (SK Deinze), Saadi (Strasbourg, Fra via Cardiff City, Eng), Sifakis (Samsunspor, Tur)

Barbaric (contrat rompu).

5,6

Jusqu'à présent, Courtrai a aligné en moyenne 5,6 Belges : six contre Charleroi, Lokeren, Eupen et Bruges, quatre contre Mouscron. Ça signifie que l'équipe est à moitié belge, ce qu'on ne peut pas dire de tous les autres protagonistes du championnat.

Courtrai a opéré un ultime transfert dans la dernière semaine du mercato, à la demande de Yannis Anastasiou : Jérémy Perbet, un avant supplémentaire. Avec en plus Teddy Chevalier et Pylyp Budkivskyi, le nouvel entraîneur possède trois types différents d'avant-centres. Le premier a le sens du but, le deuxième est souple, explosif et le troisième est un travailleur d'1m96. Les deux nouveaux attaquants, Budkivskyi (Shakhtar Donetsk) et Perbet (Club Bruges), sont loués. Jusqu'à présent, Anastasiou a procédé avec deux avants. Pour le second poste, il a déjà employé Hervé Kage, Idir Ouali et Christophe Lepoint, soit trois types différents. Avec six joueurs et beaucoup de combinaisons possibles, Anastasiou dispose d'un vaste choix en attaque. L'arrivée de Perbet est la cinquième depuis le début du championnat, après un médian et trois défenseurs. Avant la parenthèse internationale, la dernière ligne ne comportait qu'un élément déjà présent la saison précédente : le défenseur axial Vladimir Kovacevic, associé au transfert Bennard Kumordzi. À droite, Anthony Van Loo reçoit deux concurrents : le chevronné GaryKagelmacher, qui peut aussi jouer dans l'axe, et le jeune et explosif international algérien Youcef Attal. Après Bryan Verboom, Courtrai a engagé Yevgen Makarenko, qui a joué en Ligue des Champions avec le Dynamo Kiev et est également arrière gauche. Si l'équipe n'a encore encaissé que cinq buts, le mérite en revient à Thomas Kaminski, qui est toutefois confronté à la concurrence d'un nouveau gardien, Sébastien Bruzzese. Pour l'entrejeu, Courtrai, qui avait déjà engagé Lepoint et Aboul Ajagun, a encore transféré Larry Azouni, un international tunisien de Nîmes. Et le puissant Elohim Rolland a réintégré le noyau A. Avec d'autres valeurs sûres, comme Hannes Van Der Bruggen, Jovan Stojanovic, Kristof D'Haene, Stijn De Smet et Lukas Van Eenoo, Anastasiou possède suffisamment de solutions pour varier son jeu. Courtrai semble bien armé pour vivre une saison régulière et paisible. Avec ses deux assistants attitrés, le nouvel entraîneur a immédiatement placé son sceau. Il a opté pour un autre football, dans une structure modifiée. Il place des accents différents dans son 4-4-2 avec un losange médian et une construction soignée, un bon jeu de position et un passing propre. Sa tactique est symbolisée par l'occupation devant la défense : le seul Hannes Van Der Bruggen, qui est en fait un médian au tempérament offensif. " Nous n'allons pas nous contenter de nous battre ", a déclaré Yannis Anastasiou : " Nous voulons aussi jouer. " Il tient parole. Fait marquant de ce nouveau Courtrai, l'entraîneur écarté la saison passée - qui dispose d'un contrat - est resté et occupe même un poste plus élevé que son successeur : celui de manager sportif. Ancien joueur, ancien capitaine, ancien T2 et T1 du club, Karim Belhocine, qui suit les cours de la Pro License, est maintenant le conseiller sportif du manager général, Matthias Leterme. Il illustre la nouvelle tactique du club dans ses transferts : cette fois, Courtrai a opté pour la sécurité en enrôlant des joueurs qui connaissent le championnat, comme Bennard Kumordzi, Bryan Verboom, Sébastien Bruzzese, Gary Kagelmacher et Jérémy Perbet. En plus, ils sont tous animés d'un certain esprit de revanche. Christophe Lepoint a déjà montré sa valeur en marquant un but, assorti de trois assists, mais aussi grâce à sa polyvalence. Il a déjà évolué au huit, au dix et comme second avant, tout en étant encore capable de jouer aux six et au trois. Pendant la préparation, il s'est senti visé par le coach et a voulu partir. Il s'est entraîné avec le noyau B, a conclu un accord personnel avec Dijon, mais le club français a refusé de payer la somme demandée, un million et demi. Il a réintégré le noyau A mercredi. La saison passée, dans un noyau mal équilibré sur le plan des caractères, son explosivité lui a valu le qualificatif de garçon difficile mais il est avant tout un bon footballeur qui peut apporter de l'équilibre à la ligne médiane, un peu légère, en terme de puissance. Si Anastasiou a demandé un avant supplémentaire, c'est surtout parce que son équipe trouvait difficilement le chemin des filets : cinq fois en autant de matches. Un seul but a été marqué par un avant, Teddy Chevalier, les autres venant des pieds des médians Jovan Stojanovic (3) et Christophe Lepoint (1). Jérémy Perbet a été sacré meilleur buteur de la Jupiler Pro League à deux reprises, en 2012 avec 25 roses sous le maillot de Mons et en 2016 au SC Charleroi avec 24 goals : il constitue donc une garantie de buts.Jovan Stojanovic 2 Teddy Chevalier 1 Christophe Lepoint 1 Papazoglou (Aalesunds, Nor), Lallemand (SK Deinze), Saadi (Strasbourg, Fra via Cardiff City, Eng), Sifakis (Samsunspor, Tur) Barbaric (contrat rompu). Jusqu'à présent, Courtrai a aligné en moyenne 5,6 Belges : six contre Charleroi, Lokeren, Eupen et Bruges, quatre contre Mouscron. Ça signifie que l'équipe est à moitié belge, ce qu'on ne peut pas dire de tous les autres protagonistes du championnat.