Le nouveau Gilles Dewaele

"C'est un Flandrien, donc il sera bon ", sourit Yves Vanderhaeghe pendant la préparation, à l'issue d'un match amical, en parlant de l'arrière droit Gilles Dewaele. Celui-ci est un des rares nouveaux Courtraisiens jusqu'à présent. Vanderhaeghe est surtout impressionné par les tests physiques de sa recrue pendant la préparation. Il est le meilleur de l'équipe. Dewaele dispose d'un énorme abattage tout en étant rapide. Il est le parfait arrière-droit dans une défense à quatre, au sein de laquelle il peut attaquer, comme dans un trio, quand il doit arpenter son flanc. Il est en mesure de délivrer de bonnes passes et son travail défensif ne pâtit pas de ses qualités offensives.
...

"C'est un Flandrien, donc il sera bon ", sourit Yves Vanderhaeghe pendant la préparation, à l'issue d'un match amical, en parlant de l'arrière droit Gilles Dewaele. Celui-ci est un des rares nouveaux Courtraisiens jusqu'à présent. Vanderhaeghe est surtout impressionné par les tests physiques de sa recrue pendant la préparation. Il est le meilleur de l'équipe. Dewaele dispose d'un énorme abattage tout en étant rapide. Il est le parfait arrière-droit dans une défense à quatre, au sein de laquelle il peut attaquer, comme dans un trio, quand il doit arpenter son flanc. Il est en mesure de délivrer de bonnes passes et son travail défensif ne pâtit pas de ses qualités offensives. Dewaele, né à Knokke, a été formé en défense centrale, au Cercle Bruges, comme son coéquipier Kristof D'haene. Il a effectué ses débuts en Jupiler Pro League sous le maillot de cette équipe, le 25 octobre 2013, en entrant au jeu face à La Gantoise. Ce fut son unique match de la saison. L'année suivante, il a été repris de temps en temps à partir du mois de novembre et il a gagné ses galons de titulaire quand le Cercle a été relégué en D1B. En 2017, après deux ans de D2 avec le Cercle, il a rejoint Westerlo, dans la même série. Il y a été reconverti en arrière droit moderne et est devenu un pilier de l'équipe au fil des saisons, tout en devenant un des meilleurs joueurs de la division. L'exercice écoulé, avec cinq buts et trois assists, est le meilleur de sa carrière jusqu'à présent. Dewaele a jugé que le moment était venu de passer une vitesse supérieure. Il a donc quitté la Campine pour revenir dans sa région natale. Il veut maintenant prouver qu'il est un bon footballeur de première division, même s'il n'y a encore disputé que sept matches, de 2013 à 2015. Avec sa puissance physique et son moteur, il peut devenir une des révélations belges de la saison à venir. Dans son dialecte, son prénom, Terem, signifie paix, mais Moffi ne pense qu'à une chose : faire la guerre dans le grand rectangle. Et il en est capable, sinon les clubs étrangers ne feraient pas la file pour acheter un attaquant de 21 ans qui n'a pas encore disputé dix matches. L'avant a en effet débuté en Jupiler Pro League en janvier dernier, et a marqué quatre buts en neuf rencontres. L'année passée, il avait inscrit vingt buts en 31 parties à Riteriai, en Lituanie. Un joueur qui inscrit 24 buts en quarante matches ne passe pas inaperçu. Moffi, qui a jadis passé un test à Saint-Trond et qui a intéressé Lommel, a loupé de peu sa sélection en U17 nigérians, victorieux du Mondial chilien il y a cinq ans. Son concurrent Victor Oshimen, qui allait se produire ensuite pour Charleroi, avait été couronné meilleur buteur du tournoi. Courtrai espère le conserver au moins six mois, mais ce ne sera pas évident, compte tenu de l'intérêt qu'il suscite. Le club l'a acheté pour 150.000 euros à Riteriai et lui a offert un contrat jusqu'en 2023.