Les devoirs sont presque achevés

Tene quod bene - la devise du Beerschot- résume ce que Courtrai a fait sur le plan sportif : conserver ce qui est bon, même si seuls dix des 25 joueurs de la saison passés sont restés. Matthias Leterme surveille le budget en bon père de famille et il se réjouit que son entraîneur, Yves Vanderhaeghe, ne soit pas de ceux qui réclament un nouveau joueur toutes les semaines. Courtrai n'a encore enrôlé que deux hommes, deux Flandriens : le médian Michiel Jonckheere a déjà travaillé avec l'entraîneur à Ostende et Gilles Dewaele est un arrière droit rapide qui est capable...

Tene quod bene - la devise du Beerschot- résume ce que Courtrai a fait sur le plan sportif : conserver ce qui est bon, même si seuls dix des 25 joueurs de la saison passés sont restés. Matthias Leterme surveille le budget en bon père de famille et il se réjouit que son entraîneur, Yves Vanderhaeghe, ne soit pas de ceux qui réclament un nouveau joueur toutes les semaines. Courtrai n'a encore enrôlé que deux hommes, deux Flandriens : le médian Michiel Jonckheere a déjà travaillé avec l'entraîneur à Ostende et Gilles Dewaele est un arrière droit rapide qui est capable d'arpenter tout son flanc. Après quelques bonnes saisons en division deux, il peut devenir une des révélations de la D1A. Avec Dewaele à droite et Kristof D'haene à gauche, Vanderhaeghe dispose de deux backs capables d'attaquer. Courtrai a effectué la majeure partie de ses devoirs sportifs lors du mercato hivernal. Il a enrôlé des footballeurs censés être des piliers. Une bonne nouvelle : Lille a prolongé la location du gardien de but slovaque Adam Jakubec, arrivé au second tour. Toutefois, Courtrai a besoin d'un nouveau bon gardien. L'arrivée de Timothy Derijck, transféré de La Gantoise, résout le problème suscité en défense centrale par le départ de Gary Kagelmacher. Mais Tuta est retourné à l'Eintracht Francfort, ce qui remet à nu le point faible de l'équipe, à la reprise du championnat. La défense centrale va trembler tant qu'elle ne sera pas renforcée, à moins que le Serbe Petar Golubovic, un produit de l'Inter, ne parvienne à se reconvertir d'arrière droit en défenseur axial. Le médian défensif Yevhen Makarenko est également revenu en janvier. Il avait effectué ses débuts à Courtrai à l'arrière droit, il a ensuite signé une saison fantastique à Ostende, mais n'a pu répondre aux attentes à Anderlecht. De retour au bercail, à Courtrai, il permet à Hannes Van Der Bruggen et à Julien De Sart de jouer plus haut au centre de l'entrejeu. Devant, Pape Guèye, également acquis en janvier, est confronté à Terem Moffi (21 ans), qui a remis sa carte de visite en neuf matches. Courtrai espère conserver sa perle une saison, mais il lui sera difficile de repousser très longtemps les nombreuses offres lucratives qu'il reçoit. Le bagage footballistique de l'entrejeu, avec l'axe central Van Der Bruggen-De Sart-Makarenko, constitue le point fort de Courtrai. Devant, le club peut compter sur l'expérience de Ilombe Mboyo à gauche. De l'autre côté, Eric Ocansey doit montrer pourquoi Eupen a longtemps pensé qu'il serait, après Henry Onyekuru, le transfert le plus lucratif de l'Aspire Academy. Mais pour le moment, Ocansey continue à se battre contre-lui-même et avec le ballon. Que peut-on attendre de Courtrai cette saison ? Comme souvent, tout dépendra des transferts de dernière minute. Une place dans la première colonne constituerait déjà un succès formidable.