Compliqué pour les nouveaux

Beaucoup de talent, mais pas d'équipe. C'est un résumé de la première partie de saison de Genk. Le club visait le top 4, donc il a rapidement corrigé le tir en changeant d'entraîneur. Durant l'été, il n'était pas du tout question d'un renvoi de Hannes Wolf, mais il a perdu son emprise sur quelques joueurs, il en a mis d'autres sur une voie de garage et il a surtout semé le doute. Son successeur, Jess Thorup, doit former une équipe avec les qualités présentes. Une équipe censée pratiquer un football enthousiaste et formée en partie par des jeunes talents du potager maison, pour reprendre une expression d'un coach passé par le Racing, Sef Vergoossen.
...

Beaucoup de talent, mais pas d'équipe. C'est un résumé de la première partie de saison de Genk. Le club visait le top 4, donc il a rapidement corrigé le tir en changeant d'entraîneur. Durant l'été, il n'était pas du tout question d'un renvoi de Hannes Wolf, mais il a perdu son emprise sur quelques joueurs, il en a mis d'autres sur une voie de garage et il a surtout semé le doute. Son successeur, Jess Thorup, doit former une équipe avec les qualités présentes. Une équipe censée pratiquer un football enthousiaste et formée en partie par des jeunes talents du potager maison, pour reprendre une expression d'un coach passé par le Racing, Sef Vergoossen. Dans l'axe de l'entrejeu, la bonne formule n'a pas encore été trouvée et c'est ce qui explique les ratés du moteur limbourgeois. Avec surtout des récupérateurs, la construction est lente et brouillonne. Et quand il y a autant de changements dans les compositions, ça devient encore plus compliqué pour les nouveaux venus. C'est comme ça par exemple pour Daniel Muñoz. Il a été recruté comme back droit, mais il ne joue pas à cette place parce que Joakim Maehle, que le club n'a pas laissé partir, y est toujours installé. Donc, le nouveau dépanne la plupart du temps comme médian défensif. Mais il a aussi été aligné dans l'axe de la défense et même au back gauche pendant une mi-temps. Pour amener des idées dans le jeu, Genk comptait sur Patrik Hrosovsky, mais il n'a pas encore réussi à s'imposer dans ce rôle et il joue devant la défense. Le club a donc recruté le jeune Suisse Bastien Toma. Il a une passe magnifique dans les pieds. Devant, l'autre transfert ronflant, Cyriel Dessers, a fini par sauter de l'équipe de départ. Quand ça ne veut pas fonctionner dans l'axe, il reste à faire la guerre et à balancer des longs ballons vers l'avant. C'est une solution, surtout quand on dispose d'un attaquant de grande taille comme Paul Onuachu, un gars qui n'a jamais peur d'aller au duel. Et quand on joue avec un Onuachu, il faut essayer de l'alimenter en bons centres plutôt que de viser un jeu court à ras du sol. Après les départs de Ruslan Malinovskyi et Alejandro Pozuelo, Genk s'est mis à la recherche d'un nouveau médian créatif. On pensait que Patrik Hrosovsky serait capable de reprendre le rôle de Malinovskyi, mais il n'y est pas encore parvenu. Actuellement, ce joueur évolue en 6, sa meilleure place. Et pour la position plus avancée, le club a fait venir l'international espoir suisse Bastien Toma. C'est ce joueur qui, en octobre 2018 avec le maillot du FC Sion, avait mis neuf joueurs de Neuchâtel dans le vent au prix d'une passe exceptionnelle de précision. Toma, né à Sion, où il a fait ses classes, a des origines en Albanie et au Kosovo. Pendant ses trois premières années en équipe A, il a été le créateur dans le milieu du jeu. La précision de sa passe est donc son arme fatale. C'est ce qu'on attend maintenant de lui à Genk, qui a déboursé 2,5 millions pour attirer le Kevin De Bruyne helvétique. Top: Junya Ito C'est un des rares joueurs de Genk à atteindre son meilleur niveau week-end après week-end. C'est souvent lui qui crée du danger. Résultat, les actions offensives passent le plus souvent par le flanc droit. Flop: Sébastien Dewaest Il a cinq ans de service et était le capitaine, mais il a d'abord cherché le clash avec Hannes Wolf, puis a refusé de réintégrer l'équipe après le C4 de l'Allemand. Une forte tête, le Seb.