FORCES ET FAIBLESSES

Trois ans. C'est le laps de temps que la direction des Genk Ladies s'est donné pour rebâtir un collectif assez compétitif pour briller en Super League. Un projet qui devrait donc aboutir en 2023, si l'on en droit le board limbourgeois, qui n'avait pas trop le choix, car Genk a subi pas mal de pertes et ne dispose pas des moyens de certains de ses concurrents.
...

Trois ans. C'est le laps de temps que la direction des Genk Ladies s'est donné pour rebâtir un collectif assez compétitif pour briller en Super League. Un projet qui devrait donc aboutir en 2023, si l'on en droit le board limbourgeois, qui n'avait pas trop le choix, car Genk a subi pas mal de pertes et ne dispose pas des moyens de certains de ses concurrents. C'est donc avec de très jeunes joueuses, pas encore prêtes physiquement (la benjamine a seize ans), que le Racing va évoluer cette saison. Pour les épauler, on compte notamment sur la médiane Lorène Martin, 28 ans, ainsi que sur la capitaine Justine Gomboso. L'idée sera d'endurcir ces ados, qui font déjà preuve d'un bel esprit de corps, une qualité chère à Guido Brepoels. Une façon de compenser le manque d'expérience inhérent à ce projet de formation ambitieux, où les apprenties vont directement se frotter à l'élite féminine belge. Reste à savoir comment elles vont tenir physiquement, d'autant plus que leur coach souhaite développer un football réfléchi, mais agressif, et miser sur la profondeur. Genk s'attend toutefois à une évolution rapide de ses jeunes pousses. Déjà sur le banc genkois il y a deux ans, Guido Brepoels fait son retour au Racing après un an à Diest. Séduit par la volonté du club de créer une structure sur du long terme, l'ex-coach de Saint-Trond va devoir faire progresser et monter ses pépites en puissance. L'entraîneur de 59 ans avait fait les beaux jours des Canaris à la fin des années 2000, en remportant le championnat de D1B, avant de mener sa volière en play-offs 1 la saison suivante. C'était avec un certain Simon Mignolet dans les buts. La formation et la patience plutôt que le classement : tels seront les objectifs que cherchera à atteindre Genk cette saison. Habituées à prester dans le peloton de tête, les Ladies vont devoir ronger leur frein et miser sur des joueuses trop jeunes pour espérer une place en PO1. Aucun objectif chiffré, donc, mais l'envie de montrer que le club sait y faire avec son académie.IN Maxine Franco, Caro Gielen & Kayleigh Rigo (Standard Fémina), Sterre Gielen (Bocholt), Justine Gomboso (OH Louvain), Femke Jonckers, Lorène Martin, Silke Sneyers & Jorien Voets (DVC Eva's Tirlemont), Britt Labro (Westerlo), Merel Marting (Northwest Missouri State University, USA), Emily Steijvers (Calcio Genk), Manyima Stevelmans (Navarro College, USA), Lotte Van Den Steen (BS Sport). OUT Yuna Appermont & Aster Janssens (Standard Fémina), Rani Coenen (KV Malines), Janne Geers, Sari Kees & Amber Tysiak (OH Louvain), Lauren Huys, Silke Leynen & Jarne Teulings (RSCA Women). Il faudra bien les 25 ans de Justine Gomboso pour encadrer les adolescentes qui s'apprêtent à découvrir la Super League. Arrivée d'OHL, l'ailière gauche est un élément rapide et doté d'une grosse frappe, qui portera le brassard du squad genkois. Plus tôt dans sa carrière, elle a transité par le Standard Fémina, Tongres, le Fortuna Sittard (Pays-Bas) et le RFC Liège, notamment. Un joli CV, couronné d'un premier appel chez les Red Flames en début de cette année 2020, pour des entraînements auxquels les internationales évoluant à l'étranger ne pouvaient participer. OK, la crème de la crème n'était pas de la partie, mais cela en dit quand même un peu sur le potentiel de cette gauchère, qui donne également cours d'éducation physique à Bruxelles.