LE CHALLENGER DE BRUGES

La préparation a été compliquée pour Genk, qui l'a débutée avec quelques jeunes et où les nombreux internationaux ne rentreront que tardivement. John van den Brom veut que tout le monde soit prêt pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. C'est le premier grand rendez-vous de la saison.
...

La préparation a été compliquée pour Genk, qui l'a débutée avec quelques jeunes et où les nombreux internationaux ne rentreront que tardivement. John van den Brom veut que tout le monde soit prêt pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. C'est le premier grand rendez-vous de la saison. Personne ne doit partir. On s'attend cependant à ce qu'on ne puisse pas retenir certains joueurs très convoités, soit parce qu'ils sollicitent eux-mêmes un départ, soit parce qu'ils feront l'objet d'une proposition qu'un club comme Genk ne peut pas refuser. C'est le cas de Paul Onuachu, meilleur buteur du dernier championnat, qu'on ne pourra sans doute pas retenir et pour lequel l'achat d'un nouvel attaquant est prévu en cas de départ. Pour compenser un éventuel transfert de Jhon Lucumí, Genk a déjà acheté en janvier l'international américain Mark McKenzie. Si le Colombien reste, il devrait signer un nouveau contrat, sous peine de le voir partir gratuitement en fin de saison. À l'exception d'un éventuel remplaçant pour Onuachu, Genk a déjà accompli en grande partie ses devoirs de vacances. Le club n'achètera pas de nouveau gardien, préférant jouer la carte des jeunes issus de son centre de formation, comme Maarten Vandevoordt et Tobe Leysen. Ils n'ont tous les deux que 19 ans et permettent à Genk de jouer haut. Derrière, le solide Mujaid Sadick apporte de la puissance dans les duels et le Norvégien Simen Juklerød davantage de solutions sur le flanc gauche, qu'il arpente sans relâche. Dans l'entrejeu, Genk espère que le milieu de terrain néerlandais Carel Eiting, âgé de 23 ans et qui fut un grand espoir aux Pays-Bas, récupérera totalement de ses blessures passées. C'est un pari, comme alternative pour Bryan Heynen ou Patrik Hrosovsky. Devant ou à gauche, le jeune international belge Mike Trésor amène de la créativité. Il doit apporter de la concurrence à Kristian Thorstvedt et Théo Bongonda. On espère aussi que Bastien Toma percera définitivement après une année d'adaptation. À droite, Junya Ito reste l'une des armes principales de Genk. Sur le flanc, Joseph Paintsil, revenu d'un prêt, a agréablement surpris durant la période de préparation. L'entraîneur, qui ne le connaissait pas, est prêt à lui donner sa chance s'il continue à se montrer aussi affûté. Devant, un attaquant supplémentaire est indispensable en cas de depart d'Onuachu, même si Cyriel Dessers est bien décidé à saisir sa chance si elle se présente. Il l'attend depuis un an. Pour le reste, Genk veut encore jouer la carte de la jeunesse. Vandervoordt, Luca Oyen et Bryan Limbombe ont démontré par moments que le fossé entre le centre de formation et l'équipe première n'est pas insurmontable. Même si, chaque année, la barre est placée un peu plus haut. Quelques autres jeunes recevront eux aussi une chance au cours des prochains mois. "Mais ils devront montrer qu'ils sont prêts", insiste Van den Brom. Si Genk parvient à conserver l'ossature de son équipe, et ne reçoit pas de propositions qui affolent les joueurs, il pourra poursuivre sur sa lancée de la deuxième moitié de saison dernière et s'affirmer à nouveau comme un sérieux challenger pour le Club Bruges.