Fin mars, le Bayer Leverkusen s'est assuré les services de Jürgen Kohler (37 ans). L'ancien international a mis fin à sa carrière active la saison passée. Il a paraphé un contrat de cinq ans, comme directeur technique, à Leverkusen, actuellement candidat à la relégation.
...

Fin mars, le Bayer Leverkusen s'est assuré les services de Jürgen Kohler (37 ans). L'ancien international a mis fin à sa carrière active la saison passée. Il a paraphé un contrat de cinq ans, comme directeur technique, à Leverkusen, actuellement candidat à la relégation. "L'engagement de Kohler nous offre une solution à long terme pour notre développement sportif. Il était notre candidat numéro un. Pour beaucoup, il demeure une idole. Il sera notre sauveur. Sa mentalité me rappelle souvent celle de Rudi Völler : discipline, flamme, engagement", a commenté le manager, Reiner Calmund. Otto Rehhagel, Bernd Schuster et Ulf Kirsten, qui sera entraîneur-adjoint la saison prochaine, étaient également en lice pour ce poste. Kohler est entré au service de la Fédération allemande, la DFB, l'été passé. Il a obtenu la direction des -21 ans. La DFB n'a pas fait de problème pour libérer Kohler, international à 105 reprises. Elle a ainsi renvoyé l'ascenseur à Leverkusen. Après l'EURO 2000, un échec cuisant pour l'Allemagne,le club colonais avait mis son entraîneur, Christoph Daum, à la disposition de l'équipe nationale. Lorsque le successeur d'Erich Ribbeck a dû renoncer à ce poste convoité, après avoir été convaincu d'usage de cocaïne, Rudi Völler, le manager sportif du Bayer, est devenu sélectionneur. Le club espère que l'ancien défenseur parviendra à inspirer le noyau, alors que l'entraîneur, Thomas Hörster, se consacre au travail de terrain, à la tactique et à la composition de l'équipe. Kohler suit toutefois les matches du banc de touche. Durant ses premières semaines de travail, il a donné le bon exemple, en plus. Modèle de sérieux et de travail durant sa carrière, Kohler continue à mouiller son maillot. Il a également prévenu les joueurs qu'ils devraient assister à des analyses vidéo des matches deux ou trois fois par semaine. "Je dois renforcer le mental de ces garçons, car nous sommes face à des semaines cruciales. Pour le moment, j'ai l'impression de jouer les médecins: j'examine mes patients avant de procéder à l'opération". (F. Vanheule)