L'ancien entraîneur des jeunes du Werder, l'Ukrainien Viktor Skripnik (45 ans) a remplacé Robin Dutt en octobre dernier. Le club a adjoint un nouvel entraîneur des gardiens, l'ancien joueur Christian Vander, au staff car les prestations du titulaire, Raphael Wolf (26 ans) faisaient froncer les sourcils. Le club hanséatique a fait table rase en janvier et ce n'était pas superflu, puisqu'il était dernier, ex-æquo.
...

L'ancien entraîneur des jeunes du Werder, l'Ukrainien Viktor Skripnik (45 ans) a remplacé Robin Dutt en octobre dernier. Le club a adjoint un nouvel entraîneur des gardiens, l'ancien joueur Christian Vander, au staff car les prestations du titulaire, Raphael Wolf (26 ans) faisaient froncer les sourcils. Le club hanséatique a fait table rase en janvier et ce n'était pas superflu, puisqu'il était dernier, ex-æquo. Officiellement, il s'agissait de trouver une doublure à Wolf. Richard Strebinger a été loué à Jahn Regensburg et le Werder a tenté, en vain, de récupérer Felix Wiedwald, casé provisoirement à l'Eintracht Francfort, puisqu'il revient de toute façon cet été, en tant que numéro un. Brême a finalement trouvé une bonne alternative en louant notre compatriote Koen Casteels (22 ans), qu'Hoffenheim avait vendu l'hiver dernier au VfL Wolfsbourg. Le Diable Rouge a dû patienter jusqu'au derby contre le HSV, après une première occasion dans le match de Coupe perdu contre Arminia Bielefeld, pensionnaire de D3. " Il est logique qu'on doute de Wolf ", explique Hans-Günther Klemm, journaliste au Kicker. " Il est dernier à notre classement des gardiens. Il a commis au moins six ou sept erreurs graves. Ses maladresses ont même valu une défaite 3-2 à Brême au VfB Stuttgart. Wolf est tout à fait convaincu de ses qualités mais il a provoqué un fameux chaos. Le jeudi précédant le match contre Hambourg, Skripnik a déclaré que Wolf jouerait mais ensuite, il a dû reconnaître qu'il avait suivi son instinct en optant pour Casteels. Celui-ci déborde de confiance, il est souverain et il fait vraiment bonne impression. Il s'est distingué par de belles parades mais aussi par sa lecture du jeu et son sens de l'anticipation. Cependant, l'entraîneur s'est gardé, jsuqu'à présent, de le proclamer numéro un. C'est étrange car c'est lui qui a sauvé un point contre Paderborn (2-2), en effectuant trois interventions cruciales tout en n'étant absolument pas responsable des deux buts encaissés. " D'après Klemm, Casteels veut se mettre en évidence dans l'espoir de concurrencer le Suisse Diego Benaglio au VfL Wolfsbourg la saison prochaine. En attendant, l'ancien gardien du RC Genk rêve d'aider le Werder à conquérir un billet européen. " Absolument ", assure Klemm. " Casteels ne dépare pas dans la lignée des excellents gardiens du Werder : Oliver Reck, Dieter Burdenski, Frank Rost et Tim Wiese. Sebastian Mielitz et Raphael Wolf, eux, n'ont pu assurer la relève. Casteels a fait preuve de patience et a révélé son potentiel. " PAR FRÉDÉRIC VANHEULE