Luis Ortiz a été contrôlé positif en septembre, alors qu'il préparait son combat contre Deontay Wilder. Le poids lourd cubain avait consommé des diurétiques, des médicaments contre la tension qui sont très populaires auprès des tricheurs parce qu'ils dissimulent la prise d'autres substances interdites. Le combat a été annulé, Ortiz suspendu et condamné à payer une amende de 21.0...

Luis Ortiz a été contrôlé positif en septembre, alors qu'il préparait son combat contre Deontay Wilder. Le poids lourd cubain avait consommé des diurétiques, des médicaments contre la tension qui sont très populaires auprès des tricheurs parce qu'ils dissimulent la prise d'autres substances interdites. Le combat a été annulé, Ortiz suspendu et condamné à payer une amende de 21.000 euros. C'était la deuxième fois qu'un combat de Wilder était annulé : en mai 2016, l'ancien champion olympique Aleksandr Povetkin avait également été contrôlé positif. On avait trouvé des traces de meldonium dans le sang du Russe, qui a été convaincu une seconde fois de dopage en décembre et condamné à une amende de 210.000 euros. Canelo Alvarez, multiple champion du monde en poids moyens, s'est ajouté à la liste en mars. Le Mexicain, avide de revanche face à Gennady Golovkin, a pris du clenbutérol et a été suspendu pour six mois. C'est un énième uppercut à la boxe, trouve Volodimir Klitshko, qui déclare que la jeune génération n'a aucun sens moral. " Ça se produit trop souvent et à trop grande échelle. On ne peut plus parler d'exceptions ", raconte-t-il à la radio Deutsche Welle. La légende ukrainienne a dominé les poids lourds pendant plus d'une décennie, jusqu'à son combat contre Tyson Fury en novembre 2015. Il est remonté sur le ring au printemps 2017 mais a mis un terme définitif à sa carrière à l'issue de sa défaite contre Anthony Joshua. " La boxe est un des sports les plus honnêtes du monde. Ce n'est pas un combat entre équipes mais homme contre homme. Certains sports mettent l'accent sur la vitesse. Celui qui se dope court plus vite. Ce n'est pas honnête. Mais dans notre sport, le dopage est dangereux. Il y a suffisamment d'exemples de garçons qui sont montés sur le ring sous l'influence de certains produits et sont décédés quelques heures plus tard. Il faut intensifier les contrôles. "