Dans la ville de Guangzhou, en Chine, au terme d'une décennie de procédure, les autorités chinoises n'ont pas réussi à exproprier la propriétaire d'une maison qui se trouve être sur le trajet d'une nouvelle autoroute. Ta destination de vacances la plus insolite ?
...

Dans la ville de Guangzhou, en Chine, au terme d'une décennie de procédure, les autorités chinoises n'ont pas réussi à exproprier la propriétaire d'une maison qui se trouve être sur le trajet d'une nouvelle autoroute. Ta destination de vacances la plus insolite ? KÉVIN HOGGAS : Au tout début de ma relation avec ma compagne, il y a onze ans, on est partis en vacances dans le sud, à Vias, une petite station balnéaire. Le problème, c'est que nous n'avions rien réservé et que tous les campings étaient fulls. L'un d'eux a malgré tout accepté qu'on plante notre tente sur ce qui n'était pas vraiment un emplacement. Entre les sanitaires et les poubelles... Eh bien, on est restés une semaine et on a passé de supers vacances ! En retard pour assister à un match de rugby opposant ses fils, le député français Jean Lassalle, ancien candidat à la présidentielle, s'est fait remarquer en garant sa voiture sur un passage à niveau, bloquant ainsi le passage du train arrivé quelques minutes plus tard. La dernière fois que tu t'es cru tout permis ? HOGGAS : Une fois, après un match avec Evian où j'avais des amis d'enfance qui étaient venus me voir, on avait voulu fêter la victoire en sortant en discothèque sur Annecy. Sauf qu'on s'est fait jeter par le videur, qui nous a expliqué que c'était réservé aux habitués. J'ai trouvé bon de tenter de jouer la carte du " footballeur pro ". Sans succès. Le gars s'en foutait complètement, on n'est jamais rentrés ( rires). Un instituteur français tatoué de la tête aux pieds et connu sous le nom de " Freaky Hoody " a été interdit d'exercer son métier d'instituteur maternel suite aux nombreuses plaintes de parents adressées aux établissements concernés. La dernière fois que tu t'es senti rejeté ? HOGGAS : À treize ans, j'ai tenté d'intégrer les centres de formation de Sochaux et Strasbourg. Je me suis fait recaler par les deux. À l'époque, on m'a répondu poliment qu'on allait " continuer à me suivre ". Je n'ai évidemment jamais eu de nouvelles par la suite. Ce qui fait que je n'ai jamais fréquenté de centre de formation et que j'ai une trajectoire un peu bizarre. La police vietnamienne a saisi près de 345.000 préservatifs usagés pourtant destinés à la vente dans un entrepôt. La femme interpellée a expliqué que les préservatifs étaient, avant d'être revendus, passés dans l'eau bouillante, séchés et placés sur des pénis en bois afin de retrouver leur forme initiale. Toi aussi, tu galères à respecter les mesures d'hygiène imposées par le Covid ? HOGGAS : Au début, j'étais du genre à me mettre du gel hydroalcoolique cent fois par jour. Puis j'ai trouvé que ça m'asséchait les mains. Et aujourd'hui, je dois avouer que le staff médical me demande souvent de bien remettre mon masque au-dessus de mon nez. Le conducteur d'un TGV reliant Toulouse à Lyon, a manqué son arrêt en gare de Manduel, près de Nîmes, dans le Gard, et s'est lancé dans une marche arrière. Ton plus beau créneau ? HOGGAS : À Besançon, en sortie d'entraînement. Je me dépêche pour me rendre à un rendez-vous, chez le coiffeur je pense, et là, sans regarder, je lance ma marche arrière et j'emboutis la voiture de mon coéquipier. Je ne suis jamais arrivé chez le coiffeur ( rires). Suite à un bug informatique, un automobiliste s'est vu réclamer la somme de 170.392 euros pour quatre heures de parking dans le VIe arrondissement de Paris. La dernière fois que tu as eu l'impression de subir l'inflation ? HOGGAS : À chaque fois que je vais passer une après-midi à Ostende et que je me gare près de la digue. Un cycliste flamand a été récompensé après avoir tracé un parcours de 275 kilomètres en forme de verre à Duvel sur Strava. La dernière fois qu'on a aperçu ta fibre artistique ? HOGGAS : C'était il y a très longtemps. On va dire que j'ai deux mains gauches et que je n'ai jamais été un grand créatif. J'ai déjà du mal à assembler trois boulons et deux vis, il ne faut pas demander. Je suis plus à l'aise avec mes pieds, fort heureusement.