En cours de saison, de manière générale, le poste de gardien est celui qui subit le moins de modifications. Avant les trois coups, la plupart des clubs définissent une hiérarchie interne et s'y tiennent d'ordinaire, d'autant plus aisément que les gardiens sont moins souvent sérieusement blessés que les joueurs de champ. Mais cette saison, ce n'est pas le cas.
...

En cours de saison, de manière générale, le poste de gardien est celui qui subit le moins de modifications. Avant les trois coups, la plupart des clubs définissent une hiérarchie interne et s'y tiennent d'ordinaire, d'autant plus aisément que les gardiens sont moins souvent sérieusement blessés que les joueurs de champ. Mais cette saison, ce n'est pas le cas. Par rapport aux équipes types données par Sport/Foot Magazine dans le Spécial Compétition du 13 août dernier, 11 titulaires le sont restés : Aragon Espinoza (Standard), Bram Verbist (Cercle), Sammy Bossut (Zulte Waregem), Bojan Jorgacevic (La Gantoise), Frédéric Herpoel (Mons), Bertrand Laquait (Charleroi), Stijn Stijnen (Club Bruges), Barry Boubacar Copa (Lokeren), Yves De Winter (Westerlo), Jurgen Sierens (Courtrai) et Mark Volders (Mouscron). On note donc sept changements à ce jour et c'est beaucoup. Petit historique... Confirmé titulaire, Daniel Zitka a obtenu la préséance jusqu'à sa blessure au FC Dender (14e journée). Davy Schollen a été intronisé, avec Sébastien Bruzzese comme substitut, en raison du départ, plus tôt dans la saison, de Silvio Proto au Germinal Beerschot. Suite à la blessure du Tchèque, le RSCA s'est demandé s'il devait se mettre en quête d'un nouveau n° 1 ou s'il devait persévérer avec Schollen. Finalement, c'est cette option qui a été retenue, le Sporting jetant son dévolu sur Michaël Cordier, relégué sur une voie de garage au FC Brussels, comme suppléant. A ce jour, Schollen n'a pas fait l'unanimité autour de ses prestations. Au lieu de prendre des points, il en a au contraire coûté. Le revers face au Cercle Bruges, suite à une savonnette de sa part, est notamment pour sa pomme. Peter Mollez s'est imposé alors qu'on s'attendait à ce que le nouveau, Glenn Verbauwhede, recueille les faveurs. Mais non : l'ex-gardien du Club, loué pour une période de six mois, n'a pas saisi sa chance et pire, il a été écarté du noyau pour attitude peu professionnelle. Avant Courtrai-Malines (11e journée), le portier brugeois avait tuyauté son bon pote malinois Björn Vleminckx, sur les faiblesses de Mollez ! De retour dans la Venise du Nord, le keeper des Espoirs espérait profiter du mercato pour rebondir à... Malines, mais le Kavé a préféré porter son choix sur Jérémy De Vriendt du Standard. Arrivé en janvier 2008 en provenance de Mons, Cédric Berthelin avait contribué au sauvetage de Dender. Mais le club se rabattit sur Alexandre Martinovic, doublure de Bojan Jorgacevic chez les Buffalos, pour entamer la saison. Suite aux approximations du nouveau venu en début de championnat, l'ancien Dragon a été repêché après 7 journées et n'a plus cédé sa place depuis. Logan Bailly a été logiquement maintenu au poste de n° 1 devant Sinan Bolat et Davino Verhulst, pour entamer la saison ( S/FM ne l'avais pas placé dans le onze initial uniquement du fait de sa présence aux Jeux de Pékin). Pisté par Borussia Mönchengladbach, il a répondu favorablement à l'appel des Allemands. Alors que tout portait à croire que Bolat allait progresser d'un cran, le Belgo-Turc préféra rejoindre le Standard, où il n'était pourtant pas sûr de décrocher une place de titulaire. Tout profit pour Verhulst, passé du statut de troisième garniture à celui de premier choix. Une faveur qu'il éprouve de la peine à assumer car son keeping est loin de l'adhésion générale. Sa responsabilité est, entre autres, engagée sur 2 des 4 buts qu'il a pris au Germinal Beerschot. Bolat est parti au Standard (où on pense à la succession d'Espinoza qui a snobé une proposition de contrat), mais est resté sur le banc. " Tantôt valable, tantôt passable mais jamais réellement souverain ", aux dires du coach des Rouches, Laszlo Bölöni.Courtisé par Anderlecht, qui souhaitait obtenir son concours sur base d'un échange avec SilvioProto, Kenny Steppe, peu enclin à faire banquette au RSCA, a privilégié Heerenveen en septembre. Avec des fortunes diverses, car s'il a évolué en pleine lumière dans le nord des Pays-Bas, il a aussi dû vivre dans l'ombre de Brian Vandenbussche. Proto, de son côté, a obtenu depuis ce qu'il voulait au Kiel : du temps de jeu, puisqu'il y est une certitude entre les perches. Dans une équipe en proie au doute tout au long du premier tour, il a au moins gagné un point : celui du 2-2 face à Gand, obtenu in extremis grâce à une superbe reprise de la tête de sa part ! Le Goal de l'Année 2008. Incontournable depuis son arrivée il y a un an, Olivier Renard a dû jeter les gants cet hiver suite à des problèmes au dos. En quête d'un suppléant, le club a longtemps songé à Glenn Verbauwhede avant de se rabattre in extremis sur le Standardman Jérémy De Vriendt, considéré trop tendre par le coach des Rouches, Laszlo Bölöni : " Un garçon bien sympathique mais il faut plus que ça pour faire son chemin au Standard ". Au Kavé, Jérémy est appelé à entrer en concurrence avec Wouter Biebauw, transféré l'été passé de Roulers et qui a l'avantage de compter une trentaine de matches à son compteur en D1. Dont un héroïque qui priva le Standard du titre il y a deux ans. Mario Santos de Matos, qui manquait singulièrement de planches, a dû s'effacer après quatre journées au profit de Nicolas Ardouin. Avec le Français, le club brabançon a pris de la hauteur entre-temps. par bruno govers