Joris Kayembe ne portera a priori plus le maillot carolo en 2024, mais son nouveau contrat (trois années + une en option ) signé la semaine dernière permettra désormais, et c'est peut-être là l'essentiel, à la direction zébrée de monnayer au prix fort les talents de celui qui est devenu en moins de douze mois l'un des joue...

Joris Kayembe ne portera a priori plus le maillot carolo en 2024, mais son nouveau contrat (trois années + une en option ) signé la semaine dernière permettra désormais, et c'est peut-être là l'essentiel, à la direction zébrée de monnayer au prix fort les talents de celui qui est devenu en moins de douze mois l'un des joueurs les plus bankables du noyau. Arrivé sur la pointe des pieds, il n'avait jamais convaincu au Portugal ni en France, mais s'est imposé en Pro League comme une évidence en moins de douze mois. Et ça lui a permis de "repasser par le bureau" de l'administrateur délégué Mehdi Bayat, selon la formule consacrée dans le Pays Noir. Oublié le contrat au rabais signé en janvier dernier de deux ans plus deux autres en option, Joris Kayembe appartient dorénavant à la tranche haute du vestiaire carolo. La direction du club ne s'attendait probablement pas à offrir de sitôt un contrat plantureux à un arrière gauche après celui signé par Núrio en février 2019. Mais les 24 premières apparitions en Zèbre (huit la saison dernière et seize cette saison) de l'ancien de Nantes et Porto ont convaincu au-delà des frontières du Hainaut. Et forcé Mehdi Bayat à passer à la vitesse supérieure. Désormais considéré comme l'un des meilleurs arrières gauches du Royaume, Joris Kayembe n'est pas non plus resté très longtemps éloigné des radars de Roberto Martinez. Appelé en sélection, candidat logique pour embarquer avec les 23 pour l'EURO, l'étape suivante consistait à revaloriser celui qui pourrait bien être, après Maxime Busi, le prochain gros coup estival des Zèbres.