8H00

Lever. Je suis matinale et je trépigne déjà d'envie de chausser mes skis. Je ne perds pas de temps : je me lave, je m'habille et je déjeune, le tout en moins d'une demi-heure. Le déjeuner est simple : un bol de gruau d'avoine avec des raisins, un yaourt et un verre de lait chocolaté.
...

Lever. Je suis matinale et je trépigne déjà d'envie de chausser mes skis. Je ne perds pas de temps : je me lave, je m'habille et je déjeune, le tout en moins d'une demi-heure. Le déjeuner est simple : un bol de gruau d'avoine avec des raisins, un yaourt et un verre de lait chocolaté. Avec mon entraîneur, Koen Speleman, j'emprunte le bus qui mène à Copper Mountain, un trajet de 25 minutes. À neuf heures, nous entamons l'entraînement en half pipe. J'effectue d'abord quelques passages complets en guise d'échauffement puis je travaille chaque aspect en particulier. Je choisis un tronçon en particulier, je saute puis je remonte. Il est nécessaire d'effectuer beaucoup de répétitions pour améliorer l'exécution de chaque mouvement. Je dois rester très concentrée. Un seul problème : je dois beaucoup marcher pour remonter, ce qui n'est pas évident car nous sommes à plus de 3.000 mètres d'altitude. C'est éprouvant ! Nous retournons en bus à notre appartement de Breckenridge, où nous mangeons un bout. Aujourd'hui, c'est une assiette de potage accompagné d'un pain américain, qui n'est bon que quand on le passe au toaster. Ensuite, je peux me reposer - physiquement car j'en profite pour répondre à mes courriels. Je règle quelques problèmes administratifs et je jette un oeil à Facebook. Retour au bus, cette fois vers Woodward, un centre couvert d'entraînement pour les sports extrêmes. Ce grand hall est rempli de trampolines, de foampits - des trous remplis de blocs de caoutchouc en mousse - et il comporte un parc de skate. Il y a aussi un jump, qui permet de sauter dans le foampit avec des skis à roulettes. Je m'entraîne deux heures. Retour à Breckenridge, où nous achetons les ingrédients du repas du soir. Au menu, du poulet et des légumes, un de mes plats favoris. Mon ami, Taco De Boel, est aux fourneaux, Koen fait la vaisselle. Après le repas, nous regardons la télévision et je surfe un peu sur internet. Vannée, je me couche. Je rêve de skier à Sotchi, dont je veux atteindre la finale. Nous serons 24 au départ et les douze meilleures disputeront la finale. C'est faisable si j'atteins mon niveau habituel. Ensuite... Avec un peu de chance, je terminerai parmi les huit premières et j'obtiendrai un diplôme olympique. Mes Jeux seraient alors réussis ! PAR CHRIS TETAERT