Aucune amélioration

La question que tout le monde se posait à Eupen avant le début de saison, c'était de savoir comment remplacer deux piliers. Pour combler le départ de Hendrik Van Crombrugge, le club a fait appel à l'international espoir Ortwin De Wolf. Par contre, il n'a trouvé personne à la place de Luis García, qui assurait depuis quelques années la transition entre la défense et l'attaque, était toujours disponible et savait mettre le pied sur le ballon.

Pour le club, la solution devait passer par le collectif. On pensait que Danijel Milicevic, souvent relégué sur le banc la saison dernière en raison de la présence de Garcia, pourrait reprendre ce rôle. Mais jusqu'ici, le nouvel entraîneur, Beñat San José, ne lui a pas fait confiance. Il affirme que, dans son système, il n'y a pas de place pour un numéro 10 classique.

Enthousiasme

Le jeune coach espagnol, qui a surtout entraîné des équipes d'âge en Amérique du Sud, a ramené de l'enthousiasme en permettant à Eupen de pratiquer à nouveau le football offensif qui lui avait valu tant de sympathie lorsqu'il a retrouvé l'élite. Au cours des deux dernières saisons, le club était devenu insipide. A l'entraînement, San José amène de l'enthousiasme et des idées mais les joueurs veulent des résultats et, jusqu'ici, ceux-ci ne suivent pas.

Après un début difficile et de nombreux buts encaissés, le nouvel entraîneur est repassé à une défense à cinq. Eupen a retrouvé une certaine stabilité en défense mais, offensivement, il cherche toujours la bonne formule.

Le lien entre la défense et l'attaque, rôle longtemps assuré par Luis Garcia, fait désormais défaut. Les deux nouveaux internationaux iraniens doivent combler cette lacune. L'attaquant espagnol Jon Bautista, qui a vu de la concurrence arriver en fin de mercato, constitue un renfort mais il est trop souvent seul aux côtés de Yuta Toyokawa, courageux mais imprévisible.

Onze joueurs sont restés

Eupen manque d'automatismes et c'est logique. De l'équipe-type de la saison dernière, il ne reste que quatre joueurs : le nouveau capitaine Siebe Blondelle, l'arrière gauche Silas Gnaka, le médian défensif Sulayman Marreh et l'attaquant Toyokawa. Lazare Amani, un des joueurs les plus talentueux de l'Aspire Academy, n'avait pratiquement pas joué la saison dernière.

Cet été, Eupen a transféré 17 joueurs. Un fameux contraste avec la première saison en D1 puisque, après la montée, un seul joueur était arrivé. Dans le noyau de 24 joueurs, on en retrouve onze qui étaient déjà là la saison dernière. La direction a transféré un bon mélange de joueurs expérimentés (le vétéran allemand Andreas Koch, l'international iranien Omid Ebrahimi, le défenseur central espagnol JordiAmat) et de jeunes talentueux.

Mais pour construire une équipe, il faut plus de temps qu'Eupen l'imaginait. Surtout avec un nouvel entraîneur qui ne connaît pas le championnat de Belgique et veut imposer sa philosophie. Le club des Cantons de l'Est, qui espérait évoluer et jouer le milieu de tableau, devrait donc à nouveau lutter pour son maintien.

IN/OUT

IN

Ciampichetti (Macará, Ecu), Koch (NAC, Ned), Beck (Stuttgart, Ger), Bautista (Real Sociedad, Esp), Cools (Pafos, Cyp), Matthys (RFC Liège), Embalo (Palerme, Ita), De Wolf (Lokeren), Lapeña (Real Sociedad, Esp), Rocha (Lommel), Amat (Rayo Vallecano, Esp), Akono (FC Lékié, Cmr), Ezatolahi (Rostov, Rus), Ebrahimi (Al Ahli SC, Qat), Peñaranda (Watford, Eng), Verdon (D. Alavés, Esp), Bolingi (Antwerp).

OUT

García (arrêt), Schauerte (Preussen Münster, Ger), M. Diallo (RWDM), Castro Montes (KAA Gand), Martínez Castro (Guadalupe FC, CRC), Ocansey (KV Courtrai), Niasse (Tondela, Por), Ocansey ( KVCourtrai), Van Crombrugge (RSC Anderlecht), Aw (AS Béziers, Fra), Molina (Córdoba CF, Esp), Yagan (libre).

À suivre Jordi Amat

J ordi Amat Maas (27) n'avait pas encore 18 ans lorsque Mauricio Pochettino l'a lancé en D1 espagnole, en 2010/2011. Le jeune défenseur central catalan a été formé à l'Espanyol et a joué en équipe nationale espagnole des U16 aux U21 mais jamais pour La Roja, l'équipe A. Il a, par contre, été sélectionné à deux reprise pour l'équipe nationale catalane, dont une fois par Johan Cruijff.

En 2013, Michael Laudrup l'a emmené à Swansea City en sa compagnie. Le Danois misait sur des joueurs espagnols (dont Alejandro Pozuelo) pour conférer un style de jeu plus continental à son équipe. Au cours de la première saison, Amat a joué presque tous les matches mais lors du championnat suivant, Laudrup fut limogé et tant Amat que Pozuelo ont perdu leur place. En 2017/18, Swansea a loué Amat au Betis. Il a livré une excellente saison et son club a terminé sixième en Liga. Cela lui a valu un transfert définitif lors de l'été 2018.

Expérience

Après 72 matches (toutes saisons confondues) en cinq ans à Swansea, Amat a signé au Rayo Vallecano, qui remontait. Un club qu'il connaissait bien car, après ses débuts à l'Espanyol, il y avait été prêté pendant un an et demi. Mais le troisième club madrilène faisait l'aller-retour et, après la relégation, le club et le joueur ont décidé de se séparer, au moins provisoirement. Amat a donc été loué à Eupen, où on garde un excellent souvenir de Luis Garcia (les deux hommes ont joué ensemble à l'Espanyol) et à qui il peut apporter toute son expérience du plus haut niveau. Le défenseur central doit aider le club des Cantons de l'Est à se maintenir en D1A.

La question que tout le monde se posait à Eupen avant le début de saison, c'était de savoir comment remplacer deux piliers. Pour combler le départ de Hendrik Van Crombrugge, le club a fait appel à l'international espoir Ortwin De Wolf. Par contre, il n'a trouvé personne à la place de Luis García, qui assurait depuis quelques années la transition entre la défense et l'attaque, était toujours disponible et savait mettre le pied sur le ballon. Pour le club, la solution devait passer par le collectif. On pensait que Danijel Milicevic, souvent relégué sur le banc la saison dernière en raison de la présence de Garcia, pourrait reprendre ce rôle. Mais jusqu'ici, le nouvel entraîneur, Beñat San José, ne lui a pas fait confiance. Il affirme que, dans son système, il n'y a pas de place pour un numéro 10 classique. Le jeune coach espagnol, qui a surtout entraîné des équipes d'âge en Amérique du Sud, a ramené de l'enthousiasme en permettant à Eupen de pratiquer à nouveau le football offensif qui lui avait valu tant de sympathie lorsqu'il a retrouvé l'élite. Au cours des deux dernières saisons, le club était devenu insipide. A l'entraînement, San José amène de l'enthousiasme et des idées mais les joueurs veulent des résultats et, jusqu'ici, ceux-ci ne suivent pas. Après un début difficile et de nombreux buts encaissés, le nouvel entraîneur est repassé à une défense à cinq. Eupen a retrouvé une certaine stabilité en défense mais, offensivement, il cherche toujours la bonne formule. Le lien entre la défense et l'attaque, rôle longtemps assuré par Luis Garcia, fait désormais défaut. Les deux nouveaux internationaux iraniens doivent combler cette lacune. L'attaquant espagnol Jon Bautista, qui a vu de la concurrence arriver en fin de mercato, constitue un renfort mais il est trop souvent seul aux côtés de Yuta Toyokawa, courageux mais imprévisible. Eupen manque d'automatismes et c'est logique. De l'équipe-type de la saison dernière, il ne reste que quatre joueurs : le nouveau capitaine Siebe Blondelle, l'arrière gauche Silas Gnaka, le médian défensif Sulayman Marreh et l'attaquant Toyokawa. Lazare Amani, un des joueurs les plus talentueux de l'Aspire Academy, n'avait pratiquement pas joué la saison dernière. Cet été, Eupen a transféré 17 joueurs. Un fameux contraste avec la première saison en D1 puisque, après la montée, un seul joueur était arrivé. Dans le noyau de 24 joueurs, on en retrouve onze qui étaient déjà là la saison dernière. La direction a transféré un bon mélange de joueurs expérimentés (le vétéran allemand Andreas Koch, l'international iranien Omid Ebrahimi, le défenseur central espagnol JordiAmat) et de jeunes talentueux. Mais pour construire une équipe, il faut plus de temps qu'Eupen l'imaginait. Surtout avec un nouvel entraîneur qui ne connaît pas le championnat de Belgique et veut imposer sa philosophie. Le club des Cantons de l'Est, qui espérait évoluer et jouer le milieu de tableau, devrait donc à nouveau lutter pour son maintien. IN Ciampichetti (Macará, Ecu), Koch (NAC, Ned), Beck (Stuttgart, Ger), Bautista (Real Sociedad, Esp), Cools (Pafos, Cyp), Matthys (RFC Liège), Embalo (Palerme, Ita), De Wolf (Lokeren), Lapeña (Real Sociedad, Esp), Rocha (Lommel), Amat (Rayo Vallecano, Esp), Akono (FC Lékié, Cmr), Ezatolahi (Rostov, Rus), Ebrahimi (Al Ahli SC, Qat), Peñaranda (Watford, Eng), Verdon (D. Alavés, Esp), Bolingi (Antwerp). OUT García (arrêt), Schauerte (Preussen Münster, Ger), M. Diallo (RWDM), Castro Montes (KAA Gand), Martínez Castro (Guadalupe FC, CRC), Ocansey (KV Courtrai), Niasse (Tondela, Por), Ocansey ( KVCourtrai), Van Crombrugge (RSC Anderlecht), Aw (AS Béziers, Fra), Molina (Córdoba CF, Esp), Yagan (libre). J ordi Amat Maas (27) n'avait pas encore 18 ans lorsque Mauricio Pochettino l'a lancé en D1 espagnole, en 2010/2011. Le jeune défenseur central catalan a été formé à l'Espanyol et a joué en équipe nationale espagnole des U16 aux U21 mais jamais pour La Roja, l'équipe A. Il a, par contre, été sélectionné à deux reprise pour l'équipe nationale catalane, dont une fois par Johan Cruijff. En 2013, Michael Laudrup l'a emmené à Swansea City en sa compagnie. Le Danois misait sur des joueurs espagnols (dont Alejandro Pozuelo) pour conférer un style de jeu plus continental à son équipe. Au cours de la première saison, Amat a joué presque tous les matches mais lors du championnat suivant, Laudrup fut limogé et tant Amat que Pozuelo ont perdu leur place. En 2017/18, Swansea a loué Amat au Betis. Il a livré une excellente saison et son club a terminé sixième en Liga. Cela lui a valu un transfert définitif lors de l'été 2018. Après 72 matches (toutes saisons confondues) en cinq ans à Swansea, Amat a signé au Rayo Vallecano, qui remontait. Un club qu'il connaissait bien car, après ses débuts à l'Espanyol, il y avait été prêté pendant un an et demi. Mais le troisième club madrilène faisait l'aller-retour et, après la relégation, le club et le joueur ont décidé de se séparer, au moins provisoirement. Amat a donc été loué à Eupen, où on garde un excellent souvenir de Luis Garcia (les deux hommes ont joué ensemble à l'Espanyol) et à qui il peut apporter toute son expérience du plus haut niveau. Le défenseur central doit aider le club des Cantons de l'Est à se maintenir en D1A.