Le nouveau Stef Peeters

À mi-parcours, la saison passée, Bernd Storck, l'entraîneur du Cercle, rassurait Stef Peeters : " C'est un joueur important. Il possède les qualités d'un meneur de jeu. " L'analyste Gert Verheyen, lui, disait : " Stef est le facteur de stabilité du Cercle dans cette saison agitée. " De même que l'entraîneur allemand, Peeters a une large part dans le maintien miraculeux de l'association, mais il l'a quand même quittée au bout d'une saison, malgré un contrat de quatre ans. Eupen lui a fait une offre plus intéressante et son projet sportif lui plaît davantage. Ce dernier facteur dépendra notamment de lui, car les Pandas ne l'ont pas transféré pour élargir leur noyau.
...

À mi-parcours, la saison passée, Bernd Storck, l'entraîneur du Cercle, rassurait Stef Peeters : " C'est un joueur important. Il possède les qualités d'un meneur de jeu. " L'analyste Gert Verheyen, lui, disait : " Stef est le facteur de stabilité du Cercle dans cette saison agitée. " De même que l'entraîneur allemand, Peeters a une large part dans le maintien miraculeux de l'association, mais il l'a quand même quittée au bout d'une saison, malgré un contrat de quatre ans. Eupen lui a fait une offre plus intéressante et son projet sportif lui plaît davantage. Ce dernier facteur dépendra notamment de lui, car les Pandas ne l'ont pas transféré pour élargir leur noyau. Eupen le voulait pour les qualités que Storck lui trouvait. Il cherche toujours un successeur à Luis Garcia, qui a raccroché il y a deux ans. La saison passée, son successeur, Danijel Milicevic, a été le meilleur buteur de l'AS, mais il a parfois été invisible. Le nouveau moteur des Pandas a été formé par le KRC Genk, sans jamais atteindre son équipe première. Pour arriver à ses fins, il a dû se tourner vers le Sparta et le MVV, en D2 néerlandaise. Après avoir acquis un peu d'expérience, il a délivré sa carte de visite à Saint-Trond, où il a fait fureur en 2016-2017 sous la direction d' Ivan Leko, avec cinq buts et douze assists. Il a ensuite mis le cap sur la France et Caen, qui a versé 1,35 million pour son transfert. En un an et demi, il a disputé 32 matches en Ligue 1. Ensuite, le club français l'a prêté six mois à Zulte Waregem. Peeters espérait que le club lève son option, en vain. Or, il ne voulait pas retourner à Caen, qui venait d'être relégué. Son ancien entraîneur dans le Calvados, Fabien Mercadal, devenu le coach du Cercle, lui a jeté la bouée de sauvetage espérée. Peeters est resté titulaire une fois l'entraîneur limogé. Mieux même, il a encore progressé sous la férule de Storck. L'Ivoirien, qui aura vingt ans fin août, est arrivé à Eupen en janvier 2019. Il a entamé sa formation à l'Aspire Academy de Dakar, au Sénégal, en 2013. Il a effectué ses débuts après deux mois, en entrant au jeu le 3 mars pendant un quart d'heure, à l'Antwerp. Ensuite, il est entré en action à huit reprises en PO2 : sept fois comme remplaçant, une fois en tant que titulaire. Il n'a pas été repris au premier tour de la saison écoulée, mais après la trêve hivernale, il a été aligné à trois reprises en championnat régulier et il a fait bonne impression sur ses coéquipiers. N'Dri, arrivé en tant qu'avant, est également capable de se produire sur le flanc droit. Son niveau, ses actions et sa vitesse devraient lui permettre de s'imposer comme titulaire. Il est un des quatre Africains d'Aspire à recevoir encore sa chance à Eupen. Il doit maintenant prouver qu'il est capable de marcher sur les traces d' Henry Onyekuru et de Moussa Wagué.