Après l'incident contre le Germinal Beerschot (il avait jeté son brassard de capitaine quand Emilio Ferrera avait décidé de le remplacer), le médian lierrois a été loué pour deux mois à Valerengen, en Norvège. C'est le club de Kjetil Rekdal.
...

Après l'incident contre le Germinal Beerschot (il avait jeté son brassard de capitaine quand Emilio Ferrera avait décidé de le remplacer), le médian lierrois a été loué pour deux mois à Valerengen, en Norvège. C'est le club de Kjetil Rekdal. Karel Snoeckx : C'est pour ça qu'on m'a embauché. Grâce à mon expérience, le club espère échapper aux trois dernières places. Nous faisons jeu égal avec toutes les équipes mais nous ne marquons pas facilement. C'est là que le bât blesse. C'est nous qui avons concédé le plus de nuls en championnat de Norvège et c'est nous qui avons le moins de victoires. Heureusement, nous restons maîtres de notre sort, car les prochaines semaines, nous allons affronter des adversaires directs. A l'anglaise, c'est du kick and rush. Les défenseurs dépassent le mètre 90. Ils sont puissants et forts de la tête. On balance souvent de longs ballons de la défense en attaque et les médians doivent s'arranger pour rejoindre l'attaque très vite. Je suis un peu surpris car Rekdal avait dit que nous produirions un football soigné. C'est le cas, par moments, ne serait-ce que par peur, mais peu de gens le remarquent. Rosenborg est une exception. Il a d'ailleurs été sacré champion avec des longueurs d'avance. Pas vraiment. J'ai joué le premier match à gauche et un à droite. Je dois attendre un bon ballon. En Coupe d'Europe contre Graz, j'ai de nouveau été un des deux médians défensifs, ce qui est ma place de prédilection. Il m'est déjà arrivé de faire banquette. Rekdal aime garder ses cartes en mains. Je constitue un verrou idéal. D'autre part, il n'est pas évident de revendiquer une place dans une nouvelle équipe. Je suis et je reste un intrus. Tout à fait. Il faut la savourer. Nous sommes bien placés, même si le maintien constitue notre objectif principal. C'est pour ça que le club a acquis quelques renforts. Je peux difficilement répondre car je dépends du Lierse. J'y suis sous contrat pour trois ans encore. On m'a dit que je pouvais partir gratuitement mais rien n'est fait. Ici, il n'y a pas encore eu de discussions. Peut-être pourrai-je réintégrer le noyau A du Lierse ? Je reviens le 6 novembre et mon contrat au Lierse reprendra son cours dès janvier. En novembre et décembre, je me présenterai aux entraînements. Le noyau B ne constitue pas une option valable. Nous devons chercher une autre solution. Rester plus longtemps à Valerengen est impensable. Il n'y a pas de compétition entre novembre et avril ! (F. Vanheule)