FORCES ET FAIBLESSES

Fidèle à sa politique, Gand mise sur la jeunesse. Y compris dans son recrutement, qui s'est principalement tourné vers les Pays-Bas. Lobke Loonen et Rkia Mazraoui viennent de l'équipe B du PSV. Elles ont du talent, mais doivent s'aguerrir au contact de la Super League. D'autres jeunes issues de la deuxième équipe gantoise (on pense à Feli Delacauw, Lyndsey Van Belle ou encore Fran Meersman, toutes Red Flames espoirs) pourraient aussi profiter des trous laissés par les nombreux départs pour se faire un nom.
...

Fidèle à sa politique, Gand mise sur la jeunesse. Y compris dans son recrutement, qui s'est principalement tourné vers les Pays-Bas. Lobke Loonen et Rkia Mazraoui viennent de l'équipe B du PSV. Elles ont du talent, mais doivent s'aguerrir au contact de la Super League. D'autres jeunes issues de la deuxième équipe gantoise (on pense à Feli Delacauw, Lyndsey Van Belle ou encore Fran Meersman, toutes Red Flames espoirs) pourraient aussi profiter des trous laissés par les nombreux départs pour se faire un nom. Pour encadrer tout ce beau monde, La Gantoise a recruté fort avec la double arrivée d' Heleen Jaques et de la Néerlandaise Elise Meijerink, qui arrive d'Heerenveen, où elle portait le brassard de capitaine. Une joueuse dotée d'un certain leadership, capable de diriger ses jeunes équipières. Devant, l'absence d' Elena Dhont, partie tenter sa chance à Twente, risque de peser, elle aussi. En fait, Gand pourrait surprendre par l'enthousiasme de ses jeunes, mais pourrait tout aussi bien payer le prix de ce manque d'expérience au plus haut niveau. Arrivé à la tête de l'équipe A de Gand en 2015, Dave Mattheus s'apprête à relever un sacré défi. Vainqueur de deux Coupes de Belgique (en 2017 et 2019), le natif de Ninove va devoir sortir ses plans d'architecte pour rebâtir un collectif. Avant de prendre les rênes de l'équipe première, il a dirigé l'équipe B, grattant deux montées entre la D3 et la D1 (le deuxième échelon national), ainsi que l'équipe B d'Anderlecht. Il possède donc l'expérience nécessaire avec les jeunes. Avec 18 départs ( ! ) à déplorer, les Gent Ladies ont pour objectif de se reconstruire. Surtout quand on sait que des cadres telles que Kassie Missipo ou Lenie Onzia ont quitté le navire. Heureusement, la gardienne Nicky Evrard et les défenseuses Shari Van Belle et Silke Vanwynsberghe (toutes internationales) sont toujours là. Gand peut viser les play-offs, mais il s'agira surtout de relancer la machine grâce aux jeunes.IN Lakeesha Eijken (Jong Ajax, Ned), Heleen Jaques (US Sassuolo, Ita), Jolet Lommen (Saestum, Ned), Lobke Loonen & Rkia Mazraoui (Jong PSV, Ned), Riet Maes (SC Eendracht Alost), Elise Meijerink (SC Heerenveen, Ned), Emma Van Britsom (Club YLA). OUT Jassina Blom (PEC Zwolle, Ned), Romy Camps, Amber De Priester, Lotte De Wilde, Tine Lemmens & Ella Vierendeels (SV Zulte Waregem), Eva Castano Aguado ( ? ), Marith De Bondt, Faye Lammertijn, Lenie Onzia & Tine Schryvers, (OH Louvain), Elena Dhont (FC Twente, Ned), Amber Maximus & Kassandra Missipo (RSCA Women), Marie Minnaert & Nicky Van Den Abbeele (Club YLA), Nina Stapelfeldt (FC Sochaux, Fra), Nicole Studer (arrêt). Solidement dépecé cet été, le noyau de La Gantoise a connu une belle injection d'expérience et de talent en la personne d'Heleen Jaques (32 ans). Après deux saisons passées en Italie (à la Fiorentina et à Sassuolo), la défenseuse centrale des Red Flames (95 caps) est la garantie de disposer d'une solide dose de leadership en défense. Une qualité qui sera utile pour une arrière-garde qui encaissait trop la saison passée (25 buts en 17 journées disputées). Revenue pour être plus proche de sa famille, la Ouest-Flandrienne constitue un relais idéal entre le coach Dave Mattheus et les nombreuses jeunes joueuses qui peupleront le onze gantois.